close
Histoire

Les racines africaines et afro-américaines de la culture du cannabis

culture africaine du cannabis

Les origines africaines de la culture dagga

Le Mois de l’histoire des Noirs du 1er février au 1er mars se poursuit avec de nombreux programmes qui parlent du rôle des Afro-Américains dans la culture américaine. Nous entendons des récits sur l’esclavage, l’émancipation, les églises noires, la musique de jazz, les suffragettes noires, Jim Crow, les droits civils, Black Harlem, la musique rap, Black Lives Matter… Mais n’oublions pas que les lois mondiales contre le chanvre ont été adoptées pour des raisons essentiellement racistes, pas seulement contre les Mexicains qui par ailleurs ont popularisé le mot marijuana mais également contre les Afro- américains mais de deux façons distinctes .

Alors que les Latinos étaient ciblés pour tenir les gens à distance de la société blanche, les Afro-Américains étaient ciblés parce que les Blancs étaient souvent attirés par leur musique et leur culture. Il s’agissait d’une culture tirée de la culture africaine du cannabis, dont on dit qu’elle remonte au début des temps. Les anciens Égyptiens utilisaient le cannabis lors de rituels secrets et sacrés, tout comme les Éthiopiens.

Mais la consommation de cannabis est en fait assez répandue en Afrique.

Les Pygmées de la forêt équatoriale croient avoir « fumé du chanvre depuis la nuit des temps ». Certaines tribus pygmées n’avaient domestiqué que la plante de chanvre. Il semble que le cannabis soit commun et répandu dans toute l’Afrique depuis des temps immémoriaux. La plupart des histoires tribales n’ont jamais été écrites. Mais « fumer de la terre », c’est-à-dire construire un monticule d’argile et aspirer la fumée directement par un trou dans le monticule, est une ancienne coutume sur le continent. …

Deux bols de pipes en céramique datant d’environ 1320 après J.-C., découverts près du lac Tana en Éthiopie, contenaient des résidus de cannabis. L’un des premiers livres européens sur l’Afrique à mentionner le cannabis a été écrit en 1609 par le prêtre dominicain João dos Santos. …

On dit que les Hottentots sont les descendants de mères bushmen et de soldats égyptiens qui ont déserté leurs postes en Ethiopie en 650 av. En 1705, les Hottentots et les Bushmen voisins fumaient, ayant été initiés à cet art par l’homme blanc. Influencé par « les fumées de la dagga, … le dévot commença à réciter ou à chanter, avec une grande rapidité et véhémence, les louanges de lui-même ou de son chef pendant les intervalles de toux ou de fumée. La tribu Bashilange est passée de la sauvagerie à la civilisation avec l’introduction du cannabis par le chef Kalamba-Moukenge.

à lire :  La Corée du Nord cultive du chanvre à des fins militaire

Alors que Mahomet a interdit l’usage de l’alcool aux musulmans, aucune restriction de ce type n’a été fixée sur l’usage du haschisch (qenab), la résine recueillie des plantes de cannabis. L’utilisation du haschisch s’est donc répandue et est toujours protégée au Maroc. Cependant, l’arrivée des colonialistes européens et les clivages entre les différentes sectes musulmanes ont conduit aux débuts de la prohibition du cannabis sur le continent. En 1910, les seigneurs hollandais en Afrique du Sud et les dirigeants musulmans en Égypte ont pris des mesures pour supprimer les cultures de cannabis indigènes. L’effondrement de l’Empire ottoman laïque turc, fumeur de narguilé, à la fin de la Première Guerre mondiale, a encore réduit la popularité du haschisch et la montée de pratiques musulmanes « fondamentalistes » plus répressives.

Pendant ce temps, aux États-Unis, le racisme atteignait des sommets et se focalisait sur le cannabis.

Dans les États de l’Est, le « problème » a été attribué à une combinaison de Latino-Américains et de musiciens de jazz noirs. La marijuana et le jazz ont voyagé de la Nouvelle-Orléans à Chicago, puis à Harlem, où la marijuana est devenue un élément indispensable de la scène musicale, entrant même dans le langage des tubes noirs de l’époque (Muggles de Louis Armstrong, That Funny Reefer Man de Cab Calloway, Viper’s Drag de Fats Waller).

Une fois de plus, le racisme faisait partie des accusations portées contre la marijuana, comme l’indiquaient les journaux en 1934 dans leurs éditoriaux : « La marijuana incite les Noirs à regarder les Blancs dans les yeux, à marcher tapis dans l’ ombres des hommes blancs et à regarder deux fois une femme blanche. »

marcusgarveyuniform
Marcus garvey en uniforme

Marcus Garvey et les rastafariens

A peu près à la même époque , aux États-Unis où règne la ségrégation , Marcus Garvey a rejoint le mouvement « Backto Africa » et s’est tourné vers l’empereur éthiopien Haile Selassie . Il estimait qu’à cause du séparatisme, l’égalité n’était pas possible en Amérique et que les noirs devaient retourner dans leur patrie ancestrale pour vivre dans la gloire et l’exaltation . Au final ils ne sont pas allés bien loin , ils sont allés en Jamaïque .

à lire :  Transmission Antique de la Marijuana en Chine

Là, les voyageurs afro-américains se sont associés aux anciens esclaves et aux descendants des serviteurs hindous sous contrat pour créer un nouveau mode de vie et une nouvelle religion, le rastafaria. Les Rastas utilisaient le cannabis non seulement comme une pratique culturelle pour les aider à travailler et à faire la fête ensemble, mais aussi comme un sacrement, comme c’est le cas aujourd’hui avec le canthénisme et d’autres pratiques.

Bien qu’il y ait des Rastas ici aux États-Unis, l’Église noire n’a pas seulement manqué à son appel pour célébrer leur héritage africain, mais la plupart des grandes organisations ont activement soutenu l’escalade de la guerre contre la drogue dans les années 1990.

Retrouver la fierté des racines africaines

La décision d’interdire la marijuana a été alimentée par l’hystérie raciste et la guerre moderne contre la drogue a été conçue pour cibler les personnes de couleur. Ainsi, beaucoup ont fait valoir que les décennies d’application disparate de la loi sur le plan racial qui ont suivi n’étaient pas entièrement fortuites.

Même si l’on devait prétendre que les lois américaines sur la marijuana étaient destinées à servir d’instrument d’oppression raciale, elles ont rempli cette fonction avec une précision stupéfiante. Et lorsque les personnes de couleur reçoivent un traitement inégal en vertu de la loi, c’est une question de droits civils.

Pour réclamer une justice équitable, il faut notamment reconnaître et honorer les traditions africaines de consommation de cannabis. C’est pourquoi, lorsque la musique Reggae et le Rap ont commencé à célébrer l’utilisation du cannabis, tant de personnes opprimées ont trouvé du réconfort en eux (en plus, ils aiment le son et l’expérience de la musique, bien sûr).

En examinant la dagga dans le cadre de l’histoire des Noirs, nous avons l’occasion de reconstruire ces liens générationnels, de restaurer la fierté de la culture afro-américaine et de nous rapprocher de l’égalité sociale et raciale. Nous n’arriverons peut-être jamais sur ces rivages sacrés, mais nier le passé est une façon sûre de le répéter.

Tags : AfriqueMarijuanaProhibition
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.