Origines du Seuil de 0,3% de THC

Origines du Seuil de 0,3% de THC

Une taxonomie pratique et naturelle pour le cannabis

Dans certaines juridictions, les plantes de chanvre légales deviennent du cannabis et sont donc illégales lorsque les concentrations de THC dépassent 0,3% du poids sec. Mais d’où vient ce chiffre?

Aux États-Unis, le chanvre industriel est défini au niveau fédéral comme :

“la plante Cannabis sativa L. et toute partie de cette plante, y compris ses graines et tous les dérivés, extraits, cannabinoïdes, isomères, acides, sels et sels d’isomères, qu’elle pousse ou non, avec une concentration de tétrahydrocannabinol delta-9 (THC) de pas plus de 0,3% en poids sec.”

Alors, d’où vient cette figure magique de 0,3 % pour le THC? A-t-elle un lien avec le potentiel d’intoxication ou a-t-elle été simplement choisie au hasard? C’est plutôt cette dernière option et certainement pas la première.

Les Origines du Seuil

En 1976, les chercheurs canadiens Ernest Small et Arthur Cronquist du New York Botanical Gardens ont publié leur étude “A Practical and Natural Taxonomy in Cannabis”, dans laquelle ils ont choisi le seuil de 0,3% comme point de démarcation entre les plantes de cannabis.

Dans l’article, ils déclarent :

“Il est à noter que nous adoptons arbitrairement une concentration de 0,3% de Delta9-THC (en poids sec) dans les feuilles jeunes et vigoureuses de plantes relativement matures comme guide pour discriminer deux classes de plantes.”

“Arbitrairement” signifie sur la base du choix aléatoire ou du caprice personnel, plutôt que pour une raison ou un système spécifique. Messieurs Small et Cronquist n’ont peut-être pas envisagé les implications à long terme de l’utilisation de cette figure. Mais ils précisent que leur seuil est basé sur des “feuilles jeunes et vigoureuses”, alors que les tests de nos jours se font souvent sur la fleur où les cannabinoïdes sont présents en concentrations plus élevées.

Problèmes liés au Seuil de 0,3%

L’un des problèmes majeurs avec la limite de 0,3% est le peu de marge de manœuvre laissée aux agriculteurs qui y sont soumis. Malgré leurs meilleurs efforts, des variations naturelles telles que les conditions environnementales peuvent transformer une culture qui serait autrement légale en une culture “chaude”. Dans de tels cas, la récolte doit être abandonnée et/ou détruite aux frais de l’agriculteur, et des accusations criminelles peuvent même être engagées.

Un autre défi est que le seuil de 0,3 % limite considérablement les variétés de chanvre industriel que les agriculteurs peuvent planter par rapport à celles dans certaines juridictions où le seuil peut atteindre jusqu’à 1 %, donnant ainsi un avantage concurrentiel à ces agriculteurs.

Même à 1%, la plante de chanvre industriel n’a aucune valeur récréative sans une concentration importante, ou une manipulation des composés non-THC pour les transformer en formes de tétrahydrocannabinol. Mais cette même manipulation peut être utilisée sur des plantes qui restent en dessous du seuil de 0,3 %. Il est peut-être nécessaire de faire davantage de recherches pour déterminer quel niveau de THC dans la plante pourrait poser particulièrement problème, et pour que les règles et réglementations reflètent cela.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer