close
Légal

Une baisse des arrestations plus importante à New York que dans les autres lieux légalisés

L’autorisation de fumer du cannabis en public entraîne une baisse des arrestations a NY

Les données publiées par la police de New York montrent que le nombre d’arrestations et de convocations liées à la marijuana a chuté dans la ville de New York au cours du premier trimestre depuis l’entrée en vigueur de la loi de légalisation de l’État.

S’il n’est pas surprenant de voir le nombre d’arrestations diminuer après la légalisation, la baisse a été beaucoup plus importante que celle observée dans d’autres juridictions qui ont mis fin à l’interdiction du cannabis et cela est probablement lié à un aspect unique de la loi new-yorkaise sur la marijuana qui autorise à fumer en public.

Les arrestations pour possession « pénale » de cannabis sont passées de 163 au premier trimestre de 2021 à seulement huit au dernier trimestre. En vertu de la légalisation, les adultes de 21 ans et plus peuvent posséder jusqu’à 85 grammes de marijuana, de sorte que ces arrestations concernent la possession d’une quantité supérieure à la limite autorisée.

Les citations à comparaître liées au cannabis, quant à elles, sont passées de 3687 au premier trimestre à seulement huit en avril, mai et juin. Six concernaient la possession illégale de marijuana et deux la vente illégale. L’État n’a pas encore lancé la vente au détail du cannabis récréatif, ce qui crée un obstacle à l’accès.

Comparez ces chiffres avec ceux de Chicago. Au cours de la première année qui a suivi l’entrée en vigueur de la loi de légalisation de l’Illinois et l’ouverture de la vente au détail en 2020, près de 3000 arrestations liées à la marijuana ont encore eu lieu, ciblant de manière disproportionnée les personnes noires.

Et si la plupart de ces arrestations concernent la possession d’une quantité supérieure à la limite légale ou les ventes illicites, un facteur a probablement contribué à la forte baisse des arrestations et des convocations à New-York c’est que, contrairement à d’autres Etats ou le cannabis est permis, la consommation publique de marijuana est légale dans tous les lieux où la consommation de tabac est autorisée.

à lire :  La Maison Blanche refuse de défendre la sprinteuse Sha’Carri Richardson

Après la légalisation du cannabis au Colorado, Denver a connu une réduction significative des arrestations pour possession, passant de 1548 en 2014 à 351 en 2016. En même temps les arrestations pour consommations publique ont grimpés en flèche, passant de 8 à 891 dans la même période, selon la Drug Policy Alliance.

Une analyse par le Washington Post des données relatives aux arrestations liées à la marijuana à Washington a révélé que les cas de possession dans la capitale nationale ont chuté d’environ 50 % après la légalisation. Pourtant, les arrestations globales de cannabis ont continué, en grande partie à cause de l’absence d’un modèle de vente légal et de la criminalisation continue de la consommation publique.

De 2015 à 2019, l’ère post-légalisation, la police du district a procédé à 3631 arrestations liées au cannabis. Il y en a eu 900 pour la seule consommation publique. Et encore une fois, les disparités raciales dans ces cas sont restées importantes malgré l’intention du changement de politique.

Tout cela pour dire que, dans la ville de New York, la nouvelle loi et ses protections spécifiques pour la consommation publique semblent atteindre l’un des principaux objectifs de la réforme en temps voulu.

Le fait qu’après que le gouverneur de l’époque, Andrew Cuomo, ait signé la loi de légalisation, la police de New York a envoyé un mémo aux agents pour les informer des nouvelles politiques relatives à la marijuana et leur expliquer ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas arrêter.

Et alors que la vente au détail ne devrait pas commencer dans l’État avant l’année prochaine, la nouvelle gouverneure Kathy Hochul, qui a remplacé Cuomo la semaine dernière après sa démission suite à un scandale de harcèlement sexuel, donne la priorité à la mise en œuvre de la légalisation.

à lire :  Le Luxembourg autorise tous les médecins à prescrire le cannabis médical

Son bureau a récemment déclaré qu’elle s’engageait à pourvoir rapidement les postes de réglementation du marché du cannabis. Le prédécesseur de Mme Hochul a été critiqué pour l’impasse dans laquelle se trouvaient les négociations avec les législateurs sur les nominations potentielles, et la nouvelle gouverneure prend désormais la barre et discute avec les dirigeants de la manière de faire avancer le processus.

Le fait que les régulateurs du New Jersey voisin aient récemment publié des règles pour son programme de marijuana à usage adulte, qui est mis en œuvre après que les électeurs ont approuvé un référendum sur la légalisation l’année dernière, ajoute à la pression pour que le marché soit opérationnel.

Le mois dernier, un sénateur new-yorkais a déposé un projet de loi visant à créer une catégorie de licence provisoire pour la marijuana afin que les agriculteurs puissent commencer à cultiver et à vendre du cannabis avant le lancement officiel du programme pour adultes. Le projet de loi a été transmis à la commission des règles du Sénat.

Le contrôleur d’État a récemment prévu que New York pourrait générer 245 millions de dollars de revenus annuels provenant de la marijuana.

Pour la première année de vente de cannabis, l’État ne devrait percevoir que 20 millions de dollars en taxes et redevances. Cette somme fera partie des 26,7 milliards de dollars de nouveaux revenus que New York devrait générer au cours de l’année fiscale 2021-2022, selon le budget adopté par la législature en avril.

« La légalisation du cannabis créera plus de 60 000 nouveaux emplois, stimulera une activité économique de 3,5 milliards de dollars et générera des recettes fiscales estimées à 300 millions de dollars lorsqu’elle sera pleinement mise en œuvre », a déclaré le bureau de l’ancien gouverneur en janvier.

Entre-temps, un législateur new-yorkais a présenté en juin un projet de loi qui obligerait l’État à créer un institut chargé d’étudier le potentiel thérapeutique des substances psychédéliques.

Tags : décriminalisationLoiNew YorkpoliceProhibition
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.