close
Medical

De nouvelles recherches confirment que le cannabis tue le cancer du cerveau et NON votre cerveau

Blog-Cannabis

Le cannabis combat-il vraiment le cancer du cerveau ?

Certains diront que c’est trop beau pour être vrai mais les recherches menées au cours des deux dernières décennies donnent à penser que oui.

Le cannabis tue-t-il vraiment les cellules cancéreuses du cerveau ? Les essais cliniques sur l’homme sont en attente de résultats, mais des recherches récentes donnent de l’espoir. Les scientifiques testent le THC en tant que tueur naturel de tumeurs depuis près de 20 ans et leurs découvertes sont surprenantes. Voici quelques cas concrets qui ont réussi a vaincre la maladie.

Cannabis et cancer du cerveau

Ce cas nous est rapporté par un groupe de chercheurs espagnols de l’Université Complutense de Madrid à la recherche de traitements contre le cancer à base de cannabis. Jusqu’à présent, certaines de leurs expériences n’ont été rien de moins que miraculeuses.

L’équipe, dirigée par les professeurs Guillermo Velasco et Manuel Guzman, teste la capacité du traitement aux cannabinoïdes à tuer les cellules gliomes. Les gliomes représentent 80% de tous les cancers malins du cerveau. En fait, c’est l’une des formes de cancer les plus agressives qui soient. Lorsqu’un glioblastome atteint le stade 4, l’espérance de vie moyenne est inférieure à deux ans. C’est avec la chirurgie et les traitements traditionnels comme la radiothérapie et la chimiothérapie que la médecine a recourt.

Cannabis & Cancer, questions en suspend

Avec des diagnostics aussi sombres, la mise au point d’alternatives thérapeutiques efficaces est une nécessité absolue. Heureusement, l’équipe de Madrid connaît du succès là où peu de gens pensaient que le succès était possible.

Au début des années 2000, le Dr Velasco et son équipe ont fait une percée. Ils ont appliqué du THC extrait sur des cellules de glioblastome cultivées à l’extérieur du corps. Le THC est le principal composé psychoactif du cannabis. Ce qui s’est passé a choqué les chercheurs du monde entier. Les cellules tumorales ont cessé de croître. Plus tard, les cellules tumorales ont commencé à mourir.

Mais, comment ? Il s’avère que le THC tue les cellules du glioblastome de plusieurs façons. Le THC et d’autres cannabinoïdes coupent l’approvisionnement en sang de la tumeur et provoquent le suicide des cellules cancéreuses.

Mort par famine

En 2004, des chercheurs ont découvert que le cannabis modifie les gènes qui produisent un composé appelé VEGF qui signifie Vascular Endothelial Growth Factor (facteur de croissance endothélial vasculaire). Ce composé aide à la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins. Lorsque les cellules cancéreuses commencent à grossir, elles doivent commencer à créer leurs propres vaisseaux sanguins.

Les chercheurs espagnols ont traité des souris et deux patients atteints de cancer du cerveau humain avec des médicaments cannabinoïdes. Dans les deux modèles, le VEGF a été réduit, ce qui a limité l’apport sanguin des tumeurs. Cette constatation était vraiment révolutionnaire. Si l’on ajoute à cela les preuves supplémentaires que le cannabis peut ralentir la croissance des tumeurs, les arguments en faveur des médicaments cannabinoïdes ne cessent de s’affirmer.

Le suicide cellulaire

Une autre découverte majeure est que les cannabinoïdes peuvent tuer les cellules cancéreuses. Les composés contenus dans l’herbe empêchaient la croissance des tumeurs, commençaient à les affamer en coupant l’approvisionnement en sang, et finissaient par provoquer l’autodestruction des cellules cancéreuses. Cette autodestruction est une forme de ce que les scientifiques appellent la “mort cellulaire programmée”.

La mort cellulaire programmée se produit de deux façons : l’apoptose et l’autophagie. L’apoptose et l’autophagie sont normales pour les cellules. Lorsqu’une cellule devient trop vieille ou endommagée, le corps utilise ces mécanismes pour éliminer la cellule voyou.

Pour une raison quelconque, les cellules cancéreuses ne s’autodétruisent pas. Au contraire, elles continuent de grandir et de croître, créant des tumeurs qui mettent la vie en danger. Dans leurs recherches, les chercheurs espagnols ont découvert que le THC provoquait l’autodigestion ou l’autophagie des cellules cancéreuses.

Nous avons en fait découvert un nouveau mécanisme par lequel les cannabinoïdes activent une voie de signalisation qui envahit ce que nous appelons l’autophagie, qui serait comme l’autodigestion des cellules. Donc, en fait, lorsque les cannabinoïdes se lient aux cellules, elles déclenchent un mécanisme de signalisation cellulaire.

L’une des choses qu’ils activent, c’est comme une auto-digestion de la cellule qui mène à la mort des cellules cancéreuses.

Ce qui est drôle, c’est que cette mort cellulaire n’arrive qu’aux cellules cancéreuses. Les cellules normales de l’organisme restent indemnes. Cette découverte est intéressante car, en 1998, le même groupe de chercheurs a découvert que le THC déclenche également l’apoptose dans les cellules gliomateuses. Ainsi, les cannabinoïdes tuent les cellules cancéreuses en utilisant les deux mécanismes de la mort cellulaire programmée.

à lire aussi
Un tiers des produits à base de cannabidiol sont étiquetés avec précision

Avec tout ce potentiel, il est grand temps de faire des essais cliniques sur de vrais patients atteints de cancer. Heureusement, certains sont déjà sur le point de commencer.

Début des essais cliniques

Velasco et son équipe travaillent à un essai plus vaste. L’essai portera sur 30 à 40 patients atteints de gliome dans une poignée d’hôpitaux espagnols. L’Université Complutense de Madrid s’est associée à ces hôpitaux pour administrer des traitements au cannabis et en tester l’efficacité. C’est la première fois qu’une telle mesure sera prise à cette échelle dans un hôpital.

Les fonds pour leurs recherches provenaient principalement des efforts de crowdfunding dans toute l’Europe. Certaines des sommes les plus importantes proviennent du Medical Cannabis Bike Tour. La tournée annuelle est organisée par Luc Krol de Paradise Seeds d’Amsterdam et a permis de récolter plusieurs milliers d’euros pour les recherches de Velasco.

En 2006, l’équipe de Velasco a mené une étude pilote avec seulement neuf patients atteints de glioblastome. L’étude n’a porté que sur le THC et a été administrée par voie intracrânienne. Ce qui veut dire qu’il a été donné directement à leur cerveau. À l’avenir, les cannabinoïdes seront administrés sous d’autres formes.

Les résultats de l’étude pilote sont intéressants. L’étude portait sur des patients qui ne répondaient pas aux traitements conventionnels et qui avaient déjà subi une intervention chirurgicale pour enlever les tumeurs. Après l’opération, la plupart des patients ont vécu en moyenne 24 semaines, même avec l’administration de THC. Pourtant, deux des patients ont continué à vivre encore un an. Chez ces patients, le traitement au THC semblait ralentir temporairement la progression des cellules tumorales.

Huit des neuf patients ont montré une réponse positive au traitement au THC, ce qui donne de l’espoir pour l’essai clinique à plus grande échelle.

Comment utiliser le cannabis comme traitement contre le cancer du cerveau ?

Il y a plus que quelques histoires qui circulent de personnes qui ont guéri leur cancer avec le cannabis. Cependant, aucun essai clinique de l’efficacité des médicaments à base de cannabis comme traitement unique du cancer n’a été réalisé. Cela crée quelques problèmes. Les médecins ne savent toujours pas quelle quantité de cannabis devrait être consommée, ou quels sont les meilleurs types de cannabis. Le Dr Cristina Sanchez explique :

Nous ne savons pas si les cannabinoïdes guérissent le cancer parce que nous n’avons pas d’études cliniques contrôlées disant que nous savons qu’ils agissent sur des modèles cliniques de cancer et nous avons beaucoup de rapports anecdotiques de personnes qui disent avoir guéri leur cancer avec des cannabinoïdes. Mais, du point de vue de la communauté médicale, nous n’avons pas encore cette preuve.

Lorsqu’on lui demande quel est le rapport spécifique entre le THC et le CBD dont une personne a besoin pour combattre le cancer, M. Sanchez poursuit :

Je ne dirais pas qu’un rapport de 1:1 est nécessaire. Je dirais que chaque individu, chaque patient, a besoin d’un rapport particulier de cannabioïdes. Ou, du moins, c’est ce que nous avons vu dans nos modèles cliniques de cancer. Non seulement nous, mais aussi les autres groupes de recherche qui travaillent dans ce domaine. Ce que nous constatons, c’est que dans certains types de tumeurs, par exemple, le glioblastome, les tumeurs cérébrales, dans ces cas-là, plus de THC fonctionne mieux qu’un ratio de 1:1.

Pour mémoire, le cannabidiol (CBD) est un composé non psychoactif dans la plante de cannabis.

Il n’y a pas de réponse simple quand il s’agit de traitement au cannabis. Le simple fait de prendre un peu d’huile de cannabis chaque jour peut ne pas réduire la taille ou la gravité d’une tumeur au cerveau. D’une part, le cannabis peut être un traitement extrêmement efficace contre le cancer. D’autre part, il n’existe actuellement aucun moyen de savoir quelle sera l’efficacité pour chaque cas individuel.

Pour éclaircir la question, voici quelques exemples de réussites de personnes qui ont rétréci leurs tumeurs cérébrales à l’aide du cannabis.

Histoires de réussite en matière de cancer du cerveau

Le Dr William Courtney s’est fait un nom en tant que médecin spécialiste du ”jus de cannabis’‘ ou dit autrement ”cannabis cru”. Fervent défenseur , elle a aidé des patientes à surmonter le lupus, l’endométriose, l’arthrite et de nombreuses autres maladies grâce à des régimes de cannabis. Pourtant, le cas de son plus jeune patient est le plus miraculeux de tous.

Le Dr Courtney a supervisé le rétablissement d’un bébé de huit mois atteint d’un cancer du cerveau. Alors que les parents et l’enfant ne portent pas de nom pour leur intimité, les scanners du cerveau montrent qu’une forte teneur en huile de cannabis à forte teneur en CBD a été capable de faire disparaître la tumeur cérébrale de cet enfant.

à lire aussi
300 000 patients en France pourraient bénéficier du cannabis médical

Ils mettaient de l’huile de cannabinoïde sur la tétine du bébé deux fois par jour, ce qui augmentait la dose… Et en deux mois, il y a eu une réduction assez importante pour que l’oncologue pédiatrique leur permette d’aller de l’avant avec le traitement traditionnel.

Courtney appelle ce bébé un “bébé miracle”. Le cannabis a connu un tel succès que le bébé n’a pas eu à subir de chimiothérapie et de radiothérapie, qui ont d’horribles effets secondaires à long terme.

Jeremy Kigar

En tant que diététicien, Jermy Kigar a passé beaucoup de temps dans les hôpitaux. Pourtant, un jour, il a été surpris de constater qu’il était devenu un patient sur son propre lieu de travail. Kigar était entré dans la chambre d’un patient et s’était évanoui. Il avait une attaque. Il s’est réveillé un peu plus tard aux urgences.

Le diagnostic ? Un astrocytome de grade 4 dans le cervelet. Kigar avait une tumeur cérébrale très grave. Il a presque immédiatement commencé la chimiothérapie et la radiothérapie. Ils ont causé la perte de cheveux et Kigar rapidement commencé à développer des effets secondaires graves des médicaments, y compris la maladie de Chron. Le cannabis a aidé Kigar à surmonter ces symptômes.

J’ai pris de l’huile Rick Simpson avec moi. J’ai pris la moitié d’un gramme pendant trois semaines. Au cours de ces trois semaines, j’ai commencé à me débarrasser d’un grand nombre de mes autres pilules que je prenais. J’ai arrêté de prendre des narcotiques, je n’en ressentais pas le besoin. Je n’avais plus l’impression d’avoir besoin d’antidépresseurs, j’avais l’impression que mon corps prenait les médicaments dont j’avais besoin, mais j’étais encore capable de fonctionner. -Kigar

Après avoir commencé un traitement au cannabis, sa tumeur est passée d’un grade 4 à un grade 2. Il a augmenté sa dose à un gramme par jour, par cycles de 90 jours. Il a finalement cessé de prendre sa chimiothérapie orale et utilise maintenant le cannabis comme traitement principal. Sa tumeur a lentement diminué avec l’utilisation d’huile de cannabis riche en CBD.

Kelly Hauf

L’histoire de Kelly Hauf est tout simplement incroyable. Kelly a la cinquantaine et attribue au cannabis la guérison de son cancer du cerveau. Elle a été diagnostiquée alors qu’elle n’avait que 38 ans. Finalement, Hauf a subi une intervention chirurgicale et a fêté son 19e anniversaire de mariage à l’hôpital. La chirurgie a été efficace pendant un certain temps, mais la tumeur est réapparue quelques années plus tard.

Cette fois, Hauf a été confronté à la chimiothérapie et la radiothérapie. Après avoir passé en revue les effets secondaires, elle a décidé d’essayer quelque chose de différent : l’huile de cannabis. Elle travaillait lentement jusqu’à un gramme par jour en cycles de 90 jours. Hauf a opté pour une variété à haute teneur en THC puisque le THC est considéré comme étant le plus efficace pour les tumeurs cérébrales.

Et devinez quoi ? Ça a marché ! Hauf écrit dans son blog :

En août, huit mois après le début du traitement au cannabis, mon IRM a été examinée par un éminent radiologiste, mon neuro-oncologue et mon neurochirurgien du cerveau de renommée mondiale, et il a été conclu qu’il ne restait que du tissu cicatriciel de la tumeur. – Hauf

La réduction tumorale n’était pas le seul avantage du traitement au cannabis. Ses maux de tête avaient disparu. Les douleurs liées à la fibromyalgie qu’elle a ressenties pendant des années ont disparu. Mieux encore, elle a évité les effets secondaires immunitaires compromettants de la chimiothérapie.

Tout le monde ne peut pas s’attendre aux mêmes résultats avec le traitement au cannabis. Pourtant, des données anecdotiques et cliniques suggèrent que les médicaments à base de cannabis sont sur le point d’arriver. Pour l’instant, nous ne pouvons utiliser que les ressources dont nous disposons et attendre que Velasco et son équipe terminent leurs recherches. Espérons des résultats positifs.

Est-ce que vous connaissez ayant eu du succès avec le traitement au cannabis ? Laissez nous un mail : [email protected]

Il y a encore de nombreux cas à étudier, le sujet du cancer est délicat surtout dans les pays sans solution naturelle, cet article n’est pas un remède miracle mais un espoir de guérison. Dans tout les cas soyez suivi par un médecin.

Portant sur le même sujet

Source : HERB

Tags : CancerHuile de cannabisHuile de CBDMédecineNeuroscienceplantes médicinalesRechercheTraitement