close
Cannabinoïdes

Un cannabinoïde rare semble prometteur pour le diabète

«

Un nombre restreint mais croissant de recherches suggère que certains cannabinoïdes pourraient être prometteurs pour traiter le diabète

Le cannabis pourrait-il aider à traiter le diabète ? Le dernier ajout à la littérature scientifique vient de l’Institut de chimie biomoléculaire en Italie. Une étude publiée dans la revue Molecules, les chercheurs ont découvert que le cannabimovone (CBM), un cannabinoïde rare, peut sensibiliser les cellules à l’insuline. Le CBM rejoint ainsi le CBD, le THC, le THCV et le THCA comme une piste de recherche potentiellement prometteuse pour la prévention du diabète.

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est une maladie caractérisée par la présence de trop de sucre dans le sang. Non traité, il peut entraîner des problèmes de santé comme les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et la cécité, entre autres. La maladie se présente sous deux formes, appelées diabète de type 1 et diabète de type 2.

Le diabète de type 1 survient lorsque le pancréas produit trop peu d’insuline, l’hormone qui régule la quantité de sucre dans le sang. Ce type est assez rare, généralement génétique, et apparaît le plus souvent pendant l’enfance. Le traitement consiste généralement en des injections d’insuline pour contrôler le taux de sucre dans le sang.

Dans le type 2, l’organisme ne peut pas traiter le sucre dans le sang normalement, et résulte d’une combinaison de facteurs génétiques et de style de vie. Les personnes de type 2 soit ne produisent pas assez d’insuline pour réguler le sucre dans le sang, soit leurs cellules sont résistantes à l’insuline.

Bien qu’elle soit désormais considérée comme sûre, l’administration d’insuline est souvent considérée comme une dernière ligne de défense pour ces patients. De nombreuses personnes préfèrent ne pas avoir à recourir aux injections pour gérer leur état, et épuisent donc toutes les autres options de traitement avant de se tourner vers l’insuline.

À la recherche de meilleurs traitements

Plus de 34 millions d’Américains vivent avec le diabète de type 2, soit environ 10 % de la population. En 2017, le diabète a coûté aux Américains 327 milliards de dollars par an en dépenses de santé et en baisse de productivité. C’est l’une des maladies les plus coûteuses, tant pour les individus que pour les systèmes de santé.

En 2015, l’Institut national de la santé a consacré 1,1 milliard de dollars à la recherche sur le diabète. Compte tenu de la prévalence et de l’impact économique de la maladie, les nouvelles options de traitement sont très recherchées.

Comme le diabète de type 2 peut être évité, la première étape de sa prise en charge implique souvent des modifications du régime alimentaire et de l’exercice physique. Les traitements médicamenteux entrent en jeu lorsque les changements de mode de vie ne suffisent pas à le guérir. Ces médicaments agissent le plus souvent en abaissant le taux de sucre, en augmentant la production d’insuline ou en sensibilisant les cellules à l’insuline. Bien qu’ils soient efficaces pour gérer la maladie, ces médicaments peuvent également entraîner de graves effets secondaires.

Des niveaux plus faibles d’insulinorésistance

Malgré l’effet bien connu de l’herbe qui stimule la faim, des enquêtes ont montré que les consommateurs réguliers de cannabis ont généralement un IMC (indice de masse corporelle) plus faible et une taille plus petite que ceux qui n’en consomment pas.

Les chercheurs ont également associé la consommation de cannabis à des niveaux plus faibles d’insulinorésistance, ce qui est une excellente nouvelle pour les cannabinophiles à risque de diabète. De nombreuses études ont tenté de déterminer exactement quels cannabinoïdes ont un impact positif sur le diabète et comment.

Réduire l’inflammation

De nombreux cannabinoïdes, comme le THC et le CBD, peuvent réduire des types spécifiques d’inflammation associés à l’obésité et au diabète. Il a été démontré que de petites doses de THC-V chez l’homme réduisent le taux de sucre dans le sang et augmentent la production d’insuline.

Le THC-A, le THC et le CBD se sont tous révélés prometteurs pour augmenter la sensibilisation à l’insuline et diminuer le taux de sucre dans le sang grâce à l’activation d’un récepteur spécifique appelé PPARɣ. La cannabimovone, qui fait l’objet de la recherche italienne, pourrait être une option encore plus intéressante pour l’activation de PPARɣ.

PPARɣ est un récepteur qui joue un rôle clé dans la régulation du métabolisme des lipides et du glucose. Il est largement distribué dans les tissus adipeux et augmente la sensibilité à l’insuline des cellules de plusieurs façons. C’est pourquoi il a été la cible de nombreux médicaments développés pour traiter le diabète de type 2. Le groupe le plus important de ces médicaments, appelés thiazolidinediones (TZD), agit en sensibilisant les cellules à l’insuline.

Les TZD peuvent être efficaces pour un traitement à long terme et, sans doute, présentent un meilleur profil de traitement que les traitements du diabète plus populaires. Malheureusement, leurs effets secondaires, notamment un risque accru de crise cardiaque et d’ostéoporose, ont entraîné une diminution de leur utilisation. Comme ces effets secondaires sont associés à la puissance avec laquelle ils se lient à PPARɣ, les chercheurs sur le diabète souhaitent découvrir ou développer un composé qui est un activateur moins puissant de PPARɣ. Ils veulent conserver les effets positifs de sensibilisation à l’insuline, tout en minimisant les effets négatifs en trouvant un équilibre dans la manière dont le récepteur est activé. C’est là que la cannabimovone pourrait potentiellement entrer en jeu.

Qu’est-ce que la cannabimovone (CBM) ?

La cannabimovone (CBM) est un cannabinoïde rare qui a été isolé pour la première fois en 2010 à partir d’une variété de chanvre italien. Bien que le CBM soit rare dans la plupart des souches de la plante, les chercheurs ont eu peu de difficultés à synthétiser la molécule en laboratoire.

Les chercheurs italiens se sont intéressés aux effets du THC et du CBD sur la sensibilisation à l’insuline et se sont demandé s’il existait d’autres cannabinoïdes qui pourraient faire la même chose avec moins d’effets secondaires. À l’aide d’une modélisation informatique, ils ont consulté leur base de données sur les cannabinoïdes, et le résultat était là : Le CBM rentrait dans le modèle.

À la recherche d’une cible étroite

Avant cela, la seule cible biologique connue pour la MRC était le TRPV1, le récepteur qui permet de ressentir la chaleur de la capsaïcine, le composant actif des piments forts. Bien qu’il soit possible qu’il y ait beaucoup plus de cibles biologiques pour le CBM, les chercheurs sont très intéressés par la découverte de composés qui ont un nombre limité de cibles dans le corps. De nombreux effets secondaires indésirables des médicaments proviennent d’interactions en dehors de ceux qui sont spécifiquement ciblés.

Rien de tout cela n’a d’importance, bien sûr, si le CBM tue des cellules saines. Cela signifierait que le CBM est toxique, et l’exclurait de tout développement ultérieur. L’équipe italienne a évalué la toxicité du CBM en exposant un groupe de cellules rénales in vitro à différentes concentrations du composé. Les cellules se sont très bien comportées à chaque niveau de concentration, ce qui signifie que le CBM a passé son premier test sur son chemin vers un traitement thérapeutique potentiel.

Un long chemin à parcourir encore

L’étape suivante a consisté à comparer le CBM à un médicament couramment utilisé contre le diabète. Sur ce plan : Jusqu’ici, tout va bien. Le CBM a sensibilisé les cellules aussi bien que l’option pharmaceutique, tout en encourageant l’expression de PPARɣ – ce que le médicament pharmaceutique n’a pas fait.

Comme pour toute forme de recherche précoce, les résultats de l’étude italienne doivent être considérés comme une nouvelle encourageante, mais pas comme une preuve définitive de l’efficacité du CBM pour les patients atteints de diabète. De nombreuses études in vitro sont prometteuses, mais le corps humain est bien plus complexe qu’un tube à essai.

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que le CBM ne devienne un traitement pour le diabète, s’il s’avère sûr et efficace. Le CBM n’a même pas encore été testé sur des animaux de laboratoire, et encore moins sur des humains. Mais l’étude italienne nous éclaire un peu plus sur les utilisations potentielles des cannabinoïdes rares que nous commençons tout juste à découvrir et à comprendre.

Tags : CBMdiabèteMedicalTraitement
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.