Étude : les cannabinoïdes produits par le corps humain pourraient être la clé du traitement des troubles liés au stress

stress syteme endocannabinoide

Étude : les cannabinoïdes produits par le corps humain pourraient être la clé du traitement des troubles liés au stress

Les molécules cannabinoïdes de votre corps vous calment en cas de stress

L’étude suggère que ce résultat pourrait être lié à l’anhédonie, ou à la diminution du plaisir, souvent ressentie par les patients souffrant de troubles liés au stress tels que la dépression et le syndrome de stress post-traumatique.

Les scientifiques découvrent comment le stress active les mêmes récepteurs que le THC

Lorsque vous étes stressé, votre cerveau peut libérer ses propres molècules cannabinoïdes en activant les mêmes récepteurs cérébraux que le THC issu du cannabis.

Nous savons déjà que l’être humain possède son propre système endocannabinoïde, conçu pour réguler un certains nombre de fonctions à l’aide d’un certain nombre de récepteurs cannabinoïdes qui interagissent avec des composés tels que le THC et le CBD présents dans le cannabis.

Les schémas d’activité cérébrale et les circuits neuronaux régulés par ces cannabinoïdes naturels issus du cerveaux n’étaient pas bien connus, mais de nouvelles recherches ont révélés que notre corps peut en fait libérer ses propres molécules cannabinoïdes dans des circonstances spécifiques, sans l’usage de cannabis externe.

Une nouvelle étude de la Northwestern Medicine sur des souris, publiée dans Cell Reports, a découvert qu’un centre cérébral émotionnel clé, l’amygdale, libère des molécules cannabinoïdes endogènes (propres à l’organisme) en cas de stress, et que ces molécules atténuent l’alarme de stress provenant de l’hippocampe, centre de la mémoire et de l’émotion dans le cerveau. Ces résultats renforcent l’hypothèse selon laquelle les molécules cannabinoïdes endogènes constituent la réponse naturelle de l’organisme au stress.

L’exposition au stress confère un risque de développement ou d’exacerbation des troubles psychiatriques : de l’anxiété généralisée à la dépression majeure en passant par le syndrome de stress post-traumatique, affirment les auteurs dans l’introduction.

“Comprendre comment le cerveau s’adapte au stress au niveau moléculaire, cellulaire et des circuits pourrait fournir des informations essentielles sur la façon dont le stress se traduit par des troubles de l’humeur et pourrait révéler de nouvelles cibles thérapeutiques pour le traitement des troubles liés au stress”, a déclaré l’auteur correspondant de l’étude, Sachin Patel, MD, PhD, président de l’équipe de recherche sur le stress et les maladies mentales.

L’étude pourrait indiquer que des déficiences dans ce système de signalisation cannabinoïde endogène dans le cerveau pourraient conduire à une plus grande susceptibilité de développer des troubles psychiatriques liés au stress, y compris la dépression et le SSPT, bien que cela reste à déterminer chez l’homme, a déclaré Patel.

Pour cette étude, les scientifiques ont utilisé un nouveau capteur de protéines capable de détecter en temps réel la présence de ces molécules cannabinoïdes au niveau de synapses cérébrales spécifiques, afin de montrer que des schémas spécifiques à haute fréquence de l’activité de l’amygdale peuvent générer ces molécules. Le capteur a également montré que ces molécules étaient libérées à la suite de différents types de stress chez les souris.

Lorsque les scientifiques ont supprimé la cible de ces cannabinoïdes, le récepteur cannabinoïde de type 1, cela a entraîné une moins bonne capacité à faire face au stress et des déficits de motivation chez les souris. Plus précisément, lorsque le récepteur cible de ces cannabinoïdes endogènes a été supprimé au niveau des synapses hippocampe-amygdale, les souris ont adopté des réactions plus passives et immobiles face au stress et ont moins préféré boire de l’eau sucrée à base de saccharose après avoir été exposées au stress. Cette dernière constatation pourrait être liée à l’anhédonie, ou à la diminution du plaisir, souvent ressentie par les patients souffrant de troubles liés au stress tels que la dépression et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

Les résultats de l’étude apportent des preuves supplémentaires à l’affirmation selon laquelle le cerveau contient des molécules cannabinoïdes innées, qui jouent un rôle clé dans la réponse naturelle de notre organisme au stress. En outre, l’étude pourrait indiquer que les déficiences de ce système de signalisation cannabinoïde endogène (propre à l’organisme) dans le cerveau pourraient entraîner une plus grande susceptibilité au développement de troubles psychiatriques liés au stress, comme la dépression et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer exactement comment ces mécanismes fonctionnent dans le cerveau humain, a déclaré l’auteur correspondant de l’étude, le Dr Sachin Patel.

Le système endocannabinoïde est l’un des principaux systèmes de signalisation qui a été identifié comme un candidat important pour le développement de médicaments contre les troubles psychiatriques liés au stress, a déclaré Patel.

Déterminer si l’augmentation des niveaux de cannabinoïdes endogènes peut être utilisée comme thérapeutique potentielle pour les troubles liés au stress est la prochaine étape logique de cette étude et de nos travaux antérieurs, a déclaré M. Patel. Des essais cliniques sont en cours dans ce domaine et pourraient permettre de répondre à cette question dans un avenir proche.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer