close
Cannabinoïdes

Découverte d’une nouvelle classe de cannabinoïdes : le Cannabidiexol et Tetrahydrocannabiexol

Nouvelles Cannabinoides

Des chercheurs italiens ont découvert une nouvelle classe de cannabinoïdes : CBDH et THCH utiles pour traiter diverses maladies

L’ an dernier, ce fut le tour du THCP et CBDP, cette année , nous sommes allés plus loin avec la découverte de Cannabidiexol (CBDH) et Tetrahydrocannabiexol (THCH). Cette découverte entièrement italienne peut révolutionner le secteur car cette nouvelle classe de cannabinoïdes est utilisables dans diverses pathologies.

L’augmentation de la concentration de CBDH et de THCH augmente l’effet analgésique

Les professeurs Giuseppe Cannazza et Livio Luongo : « L’augmentation de la concentration de CBDH et de THCH augmente l’effet analgésique, mais au-delà d’un certain seuil, l’effet s’estompe. La raison en est que, en travaillant sur de nombreuses cibles et sur différentes pathologies, en stimulant l’une d’entre elles, on obtient l’effet pharmacologique, mais en augmentant la dose, on touche d’autres interrupteurs qui font perdre cet avantage particulier, peut-être pour en gagner un autre ».

C’est une découverte qui pourrait révolutionner le cannabis en médecine tel qu’il est connu jusqu’à présent. C’est une découverte entièrement menée en Italie par une équipe de chercheurs italiens. Ils sont commencer par une variété de cannabis médical italienne et avec un financement public. Dans le cas présent, il s’agit d’une étude scientifique qui identifie une nouvelle classe de cannabinoïdes : elle a été publiée dans Scientific Reports, une revue qui fait partie du réseau de la célèbre Nature et c’est l’un des effets indirects de la décision de l’ONU, qui a voulu reclasser le cannabis au niveau international en le retirant du tableau IV et en reconnaissant enfin les propriétés médicales : d’où la possibilité d’avoir plus de liberté dans la recherche.

Pour approfondir la découverte le journal ilfattoquotidiano.it s’est entretenu directement avec le professeur Giuseppe Cannazza (chercheur à l’Université de Modène et Reggio Emilia, consultant de l’OMS dans le long processus de révision du cannabis approuvé à l’ONU) et Livio Luongo, professeur associé de pharmacologie à l’Université de Naples Luigi Vanvitelli. Il convient de noter que ce n’est pas la première fois que les chercheurs font une découverte d’une telle ampleur : c’était en fait en décembre 2019, lorsque, toujours dans les Rapports scientifiques, ils avaient découvert une autre classe de cannabinoïdes, aux propriétés pharmacologiques importantes. Et en 2020, ils ont encore réussi. « Nous complétons la série homologue des cannabinoïdes bien connus, le THC et la CBD. L’année dernière c’était le tour du THCP et du CBDP, cette année nous sommes allés plus loin avec la découverte du Cannabidiexol (CBDH) et du Tétrahydrocannabiexol (THCH) », dit Giuseppe Cannazza, précisant que « c’est une nouvelle classe de cannabinoïdes et c’est extrêmement intéressant car ce sont des substances qui ont été confondues avec un autre composé organique (méthyléther, nda), et cela servira à clarifier la composition chimique du cannabis, une opération fondamentale pour la médecine de demain ».

Le chanvre est un véritable atelier de molécules

Le Dr Livio Luongo l’explique en termes simples : « La différence entre le cannabis et les autres plantes est que dans ces dernières il y a au maximum deux ou trois principes actifs utiles à l’homme, alors que dans le cannabis on a trouvé de nombreux composés pharmacologiquement actifs qui peuvent être utiles dans de nombreuses pathologies différentes ». Ainsi, selon le chercheur, « on parle généralement de plantes officinales, mais le chanvre est un véritable atelier de molécules utiles ». Une vision complétée par Cannazza qui poursuit : « C’est comme une petite industrie que nous pouvons orienter vers des pathologies spécifiques, en fonction de la composition. Chaque variété a sa propre composition chimique et chaque variété pourrait être avantageuse pour une pathologie spécifique. C’est une véritable industrie pharmaceutique qui s’adresse à des pathologies diverses ». En ce sens, la collaboration entre les deux chercheurs est fondamentale, car ils unissent l’âme du chimiste – qui étudie la composition d’une variété donnée – à celle du pharmacologue, qui analyse les effets. Et c’est grâce à cette collaboration qu’il a été possible de faire ces nouvelles découvertes importantes, qui doivent être étudiées plus avant.

L’essentiel est d’avoir rendu publique la recherche, « pour donner la possibilité, comme l’a fait le « père » de la recherche sur le cannabis, Rapahel Mechoulam, puis des chercheurs de renom comme Vincenzo Di Marzo, Daniele Piomelli ou Benjamin Cravatt, d’ouvrir des voies pour étudier de nouveaux composés ». Les composés au centre de la dernière publication scientifique, souligne Luongo, « ont tout d’abord mis en évidence le fait que l’augmentation de la concentration augmente l’effet analgésique, mais lorsque la concentration dépasse un certain seuil, l’effet disparaît. La raison en est que, en travaillant sur de nombreuses cibles et différentes maladies, en stimulant l’une d’entre elles, nous avons l’effet pharmacologique, mais en augmentant la dose, nous touchons d’autres interrupteurs qui vous font perdre cet avantage particulier, peut-être pour en gagner un autre. C’est pourquoi ils doivent être étudiés en profondeur, à partir des maladies liées à la douleur, mais aussi celles du tractus gastro-intestinal ».

Si, d’une part, nous avons affaire à des composés qui avaient été négligés par la recherche, d’autre part, il convient de souligner que les technologies modernes permettent de réaliser des tests qui étaient impensables jusqu’à récemment. Et les récents changements, en premier lieu la décision des Nations unies, ouvrent également de nouvelles voies. « C’est une grande révolution », souligne M. Cannazza, qui a joué un rôle clé en tant que consultant dans le processus de réévaluation souhaité par l’OMS, qui a ensuite abouti à la décision de l’ONU. « En réalité, les indications de l’OMS allaient bien au-delà, mais c’est déjà une grande reconnaissance, étant donné qu’un examen critique du cannabis était attendu depuis 60 ans. Avoir participé en tant que chimiste à ce processus est une énorme satisfaction. Nous espérons maintenant que des fonds arriveront également pour le monde de la recherche sur le cannabis, non seulement pour comprendre à quel point il peut être mauvais, mais aussi pour comprendre ce qu’il peut guérir.

Raison de plus pour penser qu’un groupe italien, avec très peu de moyens, s’impose comme l’un des plus actifs au niveau international, avec des découvertes qui pourraient révolutionner le secteur tant en termes de recherche que d’application médicale. « Nous ne devons pas oublier », rappelle M. Luongo, « que pour jeter les bases qui permettront d’aller de l’avant, il faut financer la recherche fondamentale. À ma petite échelle, je travaille davantage avec des projets financés par des entreprises privées ou même de l’étranger, parce que souvent en Italie, c’est considéré comme une option, et pas seulement dans le domaine des cannabinoïdes et le risque est de rester stationnaire ». D’autre part, M. Cannazza souligne que « grâce à un financement ministériel sur le chanvre, j’ai pu acheter les machines qui nous ont permis de faire ces dernières découvertes. Et cela confirme paradoxalement ce que dit mon collègue : sans financement, la recherche s’arrête ». En tout cas, la plus grande fierté est le fait que ces dernières découvertes ont été faites grâce à des fonds publics italiens après avoir remporté un appel d’offres. Et M. Luongo souligne l’importance de cette étape : « Les fonds devraient être publics, et non privés, car les chercheurs sont ainsi libres. La liberté de faire de la recherche fondamentale qui peut ne pas avoir un retour économique immédiat, et ensuite la beauté de faire une découverte et de la partager, de la publier immédiatement, ce qui n’aurait pas été possible avec une entreprise derrière elle. C’est la beauté de pouvoir la donner à tout le monde, ce qui est en quelque sorte le but de la recherche, de faire avancer la science au niveau mondial ».

Tags : ItalieRecherche
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.