close
Science

Aucune preuve concrète que les consommateurs développent une dépendance physiologique au cannabis

Les dangers du trouble de la consommation pourraient ne pas exister

La recherche a maintes fois trouvé une corrélation entre la consommation de cannabis et les expériences psychotiques, mais même les études les plus apparemment accablantes admettent que la relation de cause à effet n’est pas claire : comme cette étude tristement publiée dans The Lancet Psychiatry en 2019, dans laquelle ses auteurs déclarent : « Malheureusement, toutes les preuves utilisant différentes méthodes ne sont pas cohérentes quant à la causalité. Par exemple, les études utilisant des données génétiques ont trouvé des preuves éventuellement cohérentes avec une étiologie génétique partagée entre le risque de psychose et la probabilité de consommer du cannabis. » Cela signifie qu’une personne génétiquement prédisposée à avoir un épisode psychotique pourrait s’auto-médicamenter avec du cannabis.

Histoire et réalité

Il existe des effets négatifs associés au cannabis, mais beaucoup d’entre eux ne touchent qu’une petite partie de la population (comme le syndrome d’hyperémèse) ou ceux qui ont commencé à consommer trop jeunes. Le National Institute on Drug Abuse cite les délires et les psychoses comme des effets secondaires de la consommation régulière de cannabis très puissant, mais il oublie de préciser que tout facteur de stress peut déclencher des épisodes psychotiques, y compris toutes les drogues, la mort d’un être cher, la perte d’un emploi et tout autre événement de la vie très chargé.

Selon le National Institute on Drug Abuse, 9% des consommateurs de cannabis développent un « trouble de la consommation de marijuana ». Une nouvelle terreur se profile à l’horizon pour les consommateurs de cannabis. Avec un nombre croissant d’États qui légalisent le cannabis récréatif, c’est a croire que le pays semble être au bord d’une épidémie de dépendance. Les personnes dépendantes de la marijuana peuvent souffrir d’irritabilité, d’insomnie, d’une diminution de l’appétit, d’anxiété et de fringales si elles sont sevrées. Les adolescents qui consomment du cannabis seraient particulièrement exposés au risque de développer un trouble de la consommation, tout comme les consommateurs réguliers.

à lire :  La FDA publie des nouvelles directives visant à encourager la recherche sur le cannabis

Cependant, rien ne semble indiquer que les consommateurs développent une dépendance physiologique au cannabis comme c’est le cas pour la cocaïne ou les opioïdes. Ils peuvent devenir irritables et anxieux, mais ils ne tomberont probablement pas malades ou ne souffriront pas d’hallucinations ou de tout autre phénomène que nous associons souvent au sevrage des substances addictives.

En fait, il semble qu’une grande partie de l’idée de dépendance au cannabis soit centrée sur la violation d’un principe plutôt que sur un dommage réel découlant d’une consommation régulière ou importante.

Mais nous sommes tous tellement coincés dans les détails obscurs de cette discussion que nous passons à côté de la question la plus importante : S’il n’y a pas de danger à consommer régulièrement du cannabis, que les avantages sont nombreux, mais que les preuves de propriétés physiologiquement addictives sont rares, la « dépendance » au cannabis est-elle vraiment si dangereuse ? Si une personne peut consommer du cannabis quotidiennement, que cela n’affecte pas négativement sa capacité à fonctionner comme un membre précieux de la société et qu’elle a accès à un approvisionnement légal, où est le problème, exactement ?

Considérez l’idée de la dépendance aux suppléments vitaminiques. Ce n’est pas une blague, et un certain nombre de personnes prétendent en « souffrir ». Lorsqu’elles sont privées de leurs compléments, elles ressentent des effets négatifs sur leur santé et leur mental qui correspondent aux symptômes de sevrage. Bien sûr, au lieu de les qualifier de « toxicomanes » souffrant de « sevrage », nous disons qu’ils ont une « carence » en vitamines ou autres et les envoyons au rayon santé de l’épicerie la plus proche.

Tout cela peut sembler effronté, mais c’est une question de perspective. Sans aucun doute, l’effet secondaire le plus dangereux de la consommation de cannabis est d’être jeté en prison par les responsables de la guerre contre certaines drogues, et ce sont eux qui ont fait croire que les troubles liés à la consommation de marijuana allaient bientôt envahir le pays.

à lire :  Un hôpital thaïlandais propose un menu à base de weed

Maintenant que les États commencent a légalisé le cannabis récréatif, nous allons commencer à voir plus de consommateurs quotidiens de weed. Il est temps de commencer à penser de façon plus rationnelle et de reconnaître que les seules victimes affligées par leurs « dépendances » sont les compagnies pharmaceutiques et les syndicats de police.

Théories du complot

En 2014, The Nation a publié un article cinglant exposant les liens profonds entre les groupes de pression anti-canna et leurs bailleurs de fonds, les entreprises pharmaceutiques et les syndicats de police. Les enquêteurs ont découvert que la Community Anti-Drug Coalition of America (CADCA) et le Partnership to End Addiction – deux organisations qui ont contribué à faire passer l’idée que le trouble de la consommation de cannabis est une menace pour notre société – étaient financées par des producteurs d’opioïdes sur ordonnance et des lobbyistes de la police.

Les syndicats de police ont une raison de créer la panique autour de cette drogue et de s’opposer à la légalisation du cannabis. Ils doivent s’inquiéter de perdre les fonds fédéraux qui proviennent des programmes de lutte contre la drogue et de perdre les fonds prélevés par la confiscation des biens.

Le rôle des entreprises pharmaceutiques dans ce drame a des implications bien plus sinistres. On a découvert que la CADCA était financée par Purdue Pharma, fabricant de l’OxyContin, un opioïde qui crée une forte dépendance. Il n’y a pas de place ici pour décrire les dommages causés aux États-Unis par les opioïdes en général et l’OxyContin en particulier, il semble donc louche que cette entreprises pharma s’inquiète des dangers posés par la dépendance au cannabis. Il appartient au lecteur de déterminer s’il s’agit d’une manœuvre concurrentielle, d’une préoccupation concernant les affirmations des défenseurs du cannabis selon lesquelles cette drogue combat la dépendance aux opioïdes ou d’un devoir civique sincère.

Mais une chose est sûre : il y a beaucoup d’argent sale derrière le récit selon lequel le cannabis crée une dépendance, et il faut les examiner attentivement avant de les accepter comme des faits.

Tags : consommateursConsommationdépendanceeffets secondairespsychédéliquePsychoactif
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.