close
Santé

Toronto : Les pédiatres voient une demande croissante de cannabis médical pour les enfants

De plus en plus de preuves soutiennent l’utilisation du cannabis médical chez les enfants

La plupart des pédiatres canadiens hésitent à utiliser le cannabis médical pour leurs patients, sachant qu’il peut nuire au développement du cerveau et qu’il n’existe pas beaucoup de recherches pour les guider. Cependant, certains médecins disent qu’ils reçoivent de plus en plus de demandes de cannabis de la part des parents, pour une liste de plus en plus longue de pathologies.

Le Dr Adam Rapoport, directeur médical de l’équipe de soins palliatifs pédiatriques de l’hôpital pour enfants malades de Toronto, déclare : “C’est surtout les parents qui sont à l’origine de ce phénomène, et les médecins ont pris du retard”.

“C’est en train de se produire et nous jouons à rattraper le retard.”

Lauren Kelly est pharmacologue et directrice scientifique du Canadian Childhood Cannabinoid Clinical Trials, un consortium national de recherche. Son groupe travaille rapidement à l’élaboration de réponses aux questions sur le cannabis pour les enfants. “Son utilisation a largement dépassé les preuves, et c’est le plus grand défi”.

50% des pédiatres interrogés en 2017 ont eu au moins un patient qui avait consommé du cannabis pour des raisons médicales au cours de l’année précédente. Mais la consommation de cannabis ne découle pas d’une prescription (appelée autorisation du médecin). Seuls 4 % des pédiatres ont déclaré avoir autorisé le cannabis à des fins médicales pour l’un de leurs patients.

La recherche manque encore pour de nombreuses pathologies. Depuis lors, des pédiatres comme le Dr Daniel Flanders, directeur de Kindercare Pediatrics à Toronto, affirment que les demandes n’ont fait que croître et que les raisons de ces demandes se sont diversifiées.

Le Dr Flanders est interrogé sur le cannabis médical au moins deux à trois fois par semaine pour des questions telles que la douleur chronique, les problèmes de santé mentale, l’arthrite, le TDAH et les problèmes de sommeil.

Mais il n’existe que très peu de conditions pour lesquelles la science est solide lorsqu’il s’agit de la consommation de cannabis chez les enfants.

Le Dr Evan Lewis, neurologue pédiatrique à Toronto, a fait état d’une poignée d’essais contrôlés randomisés bien exécutés et d’une récente revue sur le cannabis médical pour les troubles complexes des convulsions pédiatriques. Il a déclaré qu’il existe de très bonnes preuves de son utilisation dans certaines conditions de convulsions, telles que le syndrome de Lennox-Gastaut, le syndrome de Dravet et la sclérose tubéreuse.

“En dehors de cela, il s’agit en quelque sorte d’extrapoler à partir des preuves et d’utiliser des preuves moins solides dans la littérature”, dit-il.

Cela n’empêche pas certains parents et médecins de repousser les limites.

C’est une voie qui vaut la peine d’être suivie dans certains cas. Lewis utilise maintenant le cannabis pour d’autres types de crises, et autorise également le cannabis dans certains cas pour toute une série d’affections telles que les migraines, les commotions cérébrales, les troubles du sommeil, l’autisme, les tics, les troubles du mouvement et les problèmes de comportement chez les enfants atteints de troubles neurologiques. Il est également utilisé au Canada pour soulager les symptômes dans les soins palliatifs, les troubles de la douleur chronique, la spasticité, les malignités incurables et le TDAH.

Mais, selon M. Lewis, la recherche n’est pas d’aussi bonne qualité qu’il le souhaiterait et, pour de nombreuses pathologies, elle n’existe pas du tout.

Problèmes de dosage : Une autre difficulté est que le dosage standard n’a pas été établi et que les protocoles expérimentaux sur le cannabis utilisent souvent du cannabidiol purifié (CBD), un composé du cannabis sans effet psychoactif.

Ce type de préparation à base de CBD uniquement n’est pas disponible pour les patients au Canada. Les médecins doivent donc choisir des produits qui contiennent à la fois du CBD et le composé delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), qui est psychoactif et donne aux utilisateurs un high.

Le Dr Richard Huntsman, neurologue pédiatrique à l’université de Saskatchewan, fait partie d’une équipe qui tente de résoudre le problème des schémas posologiques pour les enfants souffrant de troubles complexes de convulsions. En plus d’établir une dose cible à l’aide d’huiles, son étude a également mesuré les taux de CBD et de THC dans le sang et a montré que ces taux restaient faibles. L’étude a utilisé une huile qui contenait 20 fois plus de CBD que de THC.

“Les parents sont très inquiets de voir leurs enfants se défoncer”, dit-il, mais sur la base de ces résultats, ajoute-t-il, “ce n’est pas tellement une inquiétude”, du moins dans cette population.

Et contrairement à la croyance populaire, il a constaté que le médicament semblait aider les fonctions cognitives, au lieu de les détériorer. Il se montre toutefois prudent, et prévient que l’étude a été réalisée sur un petit nombre d’enfants.

Lignes directrices en cours d’élaboration : Le paysage du cannabis changeant rapidement au Canada, les médecins cherchent des conseils. La Société canadienne de pédiatrie prévoit de publier des documents d’orientation cet été, selon la coprésidente de son groupe de travail sur le cannabis, le Dr Christina Grant, spécialiste de la santé des adolescents à l’hôpital pour enfants McMaster.

En attendant, elle déclare que chaque jour, elle conseille aux adolescents de son bureau de Hamilton que le cannabis n’est pas une bonne option de traitement pour l’anxiété et la dépression.

“L’effet est contraire”, dit-elle, en remarquant qu’un sixième des jeunes qui expérimentent le cannabis, même pour l’automédication, développent des troubles de la consommation de cannabis.

Alors que les médecins attendent les recommandations, Kelly indique que son consortium de recherche a lancé cinq nouveaux essais cliniques de cannabis médical chez les enfants, et que d’autres groupes de recherche canadiens essaient rapidement de rattraper leur retard.

“Je ne pense certainement pas que cela puisse être la panacée. Ce n’est pas de la magie. Mais certains domaines sont prometteurs… nous devrions investir dans la recherche”, déclare M. Kelly.

Tags : CanadaEnfantMédecineRechercheTraitement
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.