close
Science

Les tests de sobriété ne sont pas des sciences

Une étude sur le cannabis et la conduite automobile met en doute les limites de tolérance zéro pour le THC

Pendant qu’en France la Cour d’appel de Paris juge à raison que la surconsommation de cannabis abolissait le discernement d’un meurtrier et que la prise de cannabis peut vous rendre irresponsable pénalement. Un expert au Canada explique pourquoi il considère les limites de tolérance zéro pour le THC comme «excessives et scientifiquement non fondées». Selon une étude récemment publié au Canada, les personnes qui ont utilisé un simulateur de conduite ne montraient aucun signe d’affaiblissement de leurs facultés un jour après avoir fumé du cannabis, bien qu’elles aient quand même été testées positives au THC.

La recherche a des répercussions sur les lois et les règles dans le milieu du travail qui n’exigent aucune trace de THC, ce que Scott Macdonald, professeur à la retraite à l’Université de Victoria, appelle ” non scientifique “.

Je considère comme l’un des plus grands mythes au sujet du cannabis, le fait que les effets de la gueule de bois sont mesurables 24 heures sur 24,” dit-il. “Quand les gens fument du cannabis, ils ne sont affaiblis que pour une courte, très courte période de temps. Vous pourriez avoir du THC dans le sang, mais vous n’êtes pas un danger.”

Des chercheurs du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto ont donné aux participants 10 minutes pour fumer du cannabis au niveau de leur choix, puis les ont testés dans un simulateur de conduite.

Comme on leur permettait de contrôler leur propre consommation, les taux sanguins de THC dans le groupe variaient. Ils allaient de zéro à 42 nanogrammes par millilitre, soit près de 10 fois la limite légale pour conduire.

Combien de temps le cannabis reste-t-il dans votre organisme ?

Le scénario du simulateur de conduite prévoyait un trajet de neuf kilomètres sur un tronçon d’autoroute de campagne signalisé à 80 km/h, avec quelques problèmes simples à résoudre, comme un véhicule lent.

Immédiatement après avoir fumé, le groupe THC a montré des signes d’affaiblissement des facultés, centrant mal la voiture imaginaire dans sa voie et conduisant lentement de façon inappropriée.

Mais lors d’autres tests effectués 24 et 48 heures plus tard, ils présentaient encore des taux détectables de THC et ils se comportaient normalement dans le simulateur de conduite.

“Nous avons trouvé des preuves significatives de différences dans le comportement des conducteurs, la fréquence cardiaque et les effets des drogues autodéclarés 30 minutes après avoir fumé du cannabis, mais… nous avons trouvé peu de preuves à l’appui des effets résiduels “, ont écrit les auteurs.

Cette étude montre que, tout comme l’alcool, l’affaiblissement des facultés par le cannabis disparaît au plus tard un jour après la consommation, sinon beaucoup plus tôt.

Cependant, le THC peut continuer à apparaître dans les tests longtemps après la fin d’une incapacité, contrairement à l’alcool, qui cesserait d’être détectable à mesure que l’incapacité disparaîtrait.

“Les tests biologiques ne sont pas utiles pour identifier les personnes qui représentent un risque pour la sécurité, dit Macdonald. “Ce qui nous reste, ce sont des symptômes comportementaux. Nous travaillons toujours à l’élaboration de tests pour évaluer si une personne qui consomme du cannabis constitue un risque pour la sécurité. C’est difficile à faire.

“Le cannabis n’est pas dans la même classe que l’alcool, en termes de risque pour la sécurité. L’alcool est bien pire.”

Plusieurs provinces interdisent aux jeunes conducteurs ou aux nouveaux conducteurs d’avoir un taux détectable de THC.

En Ontario, par exemple, les conducteurs qui enfreignent une règle de tolérance zéro à l’égard du THC sont passibles d’une suspension de trois jours, d’une amende de 250 $ et de frais de remise en vigueur de 281 $ pour la première infraction. Les peines augmentent pour les récidivistes.

La Saskatchewan a adopté ce qui pourrait être l’approche la plus stricte au Canada : les nouveaux conducteurs de la province, quel que soit leur niveau de THC, risquent une suspension de 60 jours de leur permis, une saisie de trois jours de leur véhicule et quatre points d’inaptitude.

Le ministère des Transports de l’Ontario défend cette politique.

“En octobre 2018, la Société canadienne des sciences judiciaires a publié un rapport indiquant que l’affaiblissement des facultés par le cannabis commence presque immédiatement et peut durer jusqu’à six heures ou plus, selon des facteurs comme le taux de THC et la façon dont il est consommé, a écrit la porte-parole Kristine Bunker dans une réponse envoyée par courriel.

“Comme les effets du cannabis varient, il n’y a aucun moyen de savoir exactement combien de temps il faut attendre avant de pouvoir conduire en toute sécurité.”

Les règles de tolérance zéro fonctionnent comme un moyen détourné d’interdire la consommation de cannabis chez les jeunes, affirme Jenna Valleriani, directrice générale de Hope for Health Canada.

La plupart des jeunes conduisent et ont des responsabilités quotidiennes, comme l’école et le travail, de sorte que lorsque nous disposons de données démontrant que les conducteurs dépasseraient les limites 24 et 48 heures après utilisation, cela ne contribue guère à rendre nos routes plus sûres et mérite une réévaluation “, a-t-elle écrit dans un échange de courriels.

“La conduite automobile est un privilège, mais en même temps, le cannabis est légal aujourd’hui, et les jeunes plus âgés que l’âge d’accès devraient pouvoir consommer la fin de semaine et conduire un jour complet plus tard pour se rendre au travail ou à l’école sans risquer une conduite en état d’ivresse.

Partout au Canada, certains services de police ont effectivement interdit le cannabis à leurs propres membres. Les policiers de Montréal ont le droit de consommer sur leur temps libre, pourvu qu’ils se présentent au travail “aptes au service”. Mais la police de Toronto et la GRC interdisent aux agents de consommer moins de 28 jours avant de se présenter au travail, alors que les agents de police de Calgary n’ont pas le droit de consommer du tout. (Puisque le THC peut être détecté jusqu’à 28 jours après la consommation, ces politiques sont plus ou moins les mêmes.)

Les syndicats de policiers de Toronto et de Calgary se sont opposés à la politique lorsqu’elle a été annoncée, Toronto l’ayant qualifiée de ” malhonnête ” et d'” arbitraire “, et Calgary ayant déclaré que ses membres s’étaient dits ” certainement pas vraiment satisfaits de l’idée que mon employeur me dise ce que je peux et ne peux pas faire avec une substance légale sur mon propre temps “.

“Je pense que les interdictions de 28 jours sont excessives et non fondées sur des données scientifiques, surtout maintenant que le cannabis est légal, dit M. Macdonald. “Si le cannabis était illégal, je pourrais le voir de ce point de vue. Il n’est pas scientifiquement fondé qu’ils représentent un risque pour le public s’ils ont consommé du cannabis au cours des 28 derniers jours.”

La police de Toronto est prête à réexaminer l’interdiction de 28 jours, a déclaré le porte-parole Const. Victor Kwong a écrit dans un e-mail.

“(La règle) a été élaborée de façon réfléchie et fondée sur des conseils et des preuves solides, compte tenu du rôle essentiel que jouent les membres pour assurer la sécurité du milieu de travail et de la collectivité. Nous poursuivrons nos recherches et explorerons cette procédure. Si, à un moment donné, de nouvelles données scientifiques ou de nouvelles recherches nous amènent à réévaluer nos processus, nous le ferons.”

Un arbitre du travail de la Colombie-Britannique a récemment rendu une décision contre TransLink, la société de transport en commun de la région de Vancouver, au sujet de la façon dont elle a traité le test positif de dépistage du THC chez un employé.

David Solomon, un agent de train, a été contraint de subir des tests de dépistage de drogues deux fois par mois pendant un an, malgré l’opinion d’un médecin selon laquelle sa consommation de cannabis n’était pas un problème. Solomon devait appeler le service de test tous les jours pour savoir s’il allait passer un test ce jour-là ou non, et se rendre dans un laboratoire pour être testé si la réponse était oui.

L’armée permet à certains membres de consommer du cannabis à certains moments, selon leur emploi. Certains, comme les plongeurs, les équipages d’aéronefs, les membres d’équipages de sous-marins et les conducteurs de drones, font l’objet d’une interdiction de 28 jours semblable à celle des corps policiers plus restrictifs.

“De nombreux emplois – généralement ceux qui sont sensibles sur le plan de la sécurité – ont adopté une politique de tolérance zéro, mais à mesure que le cannabis s’intégrera davantage dans la société, nous devrons envisager des politiques qui reflètent ce changement et adopteront une meilleure compréhension du cannabis et de ses effets”, a écrit M. Valleriani.

“Certains emplois exigent des tests de dépistage de drogues et d’alcool comme condition d’emploi, mais cela soulève la question de savoir comment les milieux de travail peuvent gérer le risque d’affaiblissement des facultés sans en avoir une mesure précise.”

L’étude a été publiée cette semaine dans le Journal of Drug and Alcohol Dependence. Macdonald n’était pas impliqué là-dedans.

Au cours de l’étude, un groupe placebo a reçu des joints sans THC à fumer, mais il s’est avéré que les participants savaient très bien s’ils avaient consommé du THC ou non, plus de 90 pour cent des deux groupes ayant indiqué avec précision dans quel groupe ils appartenaient.

Au cours de l’étude, un groupe placebo a reçu des joints sans THC à fumer, mais il s’est avéré que les participants savaient très bien s’ils avaient consommé du THC ou non, plus de 90 pour cent des deux groupes ayant indiqué avec précision dans quel groupe ils appartenaient.

Lorsqu’on leur a demandé s’ils seraient à l’aise de conduire une vraie voiture, 80 % des participants du groupe placebo ont répondu par l’affirmative, comparativement à moins de 30 % des participants du groupe THC.

“Il s’agit de l’échantillon le plus important de tous les échantillons que je connaisse “, a déclaré Macdonald sur les 91 participants de l’étude.

CAMH et Santé Canada : auteur principal de l’étude.

Selon une ancienne décision de la Cour suprême de justice du Canada, les tests de sobriété sur le terrain ne peuvent pas être utilisés en justice contre une personne accusée de conduire sous l’influence du cannabis

Une décision du tribunal a décidé que les policiers ne peuvent pas témoigner devant les tribunaux concernant les soi-disant «résultats» des tests de sobriété sur le terrain utilisés lors de la détermination du taux d’alcoolémie d’une personne. Toutefois, les agents sont toujours autorisés à témoigner sur les caractéristiques d’une personne lors d’un contrôle de routine. La décision a déclaré qu’il ne serait pas approprié que ces tests soient utilisés pour déterminer si une personne est sous l’influence de cannabis, citant l’absence de consensus scientifique sur l’efficacité des tests de sobriété sur les personnes qui ont consommé du cannabis.

Le SJC dit maintenant sur la base de la science, le test standard de sobriété sur le terrain que nous utilisons pour l’alcool, que nous avons utilisé dans le passé pour la marijuana, ne correspond pas.

Dans la décision, la Cour suprême judiciaire a écrit que les jurés sont autorisés à utiliser le bon sens lorsqu’ils examinent les éléments de preuve. La décision n’exclut pas non plus les agents de faire des tests de sobriété sur le terrain, mais ils disent qu’ils ne peuvent pas répondre définitivement à la question.

Tags : Alcoolconduiteeffets secondairessans alcoolTesttest salivairetest sanguintest urinaire