Medical

Autisme et thérapie aux cannabinoïdes

L’autisme touche environ 1% des enfants dans le monde. Les traitements à partir de cannabis y font à nouveau leur preuve.

Aux États-Unis, les Centres de contrôle et de prévention des maladies estiment qu’un enfant sur 68 a été diagnostiqué comme souffrant de troubles du spectre autistique (TSA). Dans les cas d’autisme sévère «de bas niveau», les symptômes sont plus prononcés et souvent violents.

Les enfants touchés par cette forme sévère, adoptent des comportements répétitifs et parfois dangereux, comme le balancement et la tête qui claquent, et sont hypersensibles au son et à la lumière, l’exposition déclenchant souvent des crises de colère. Ils ne peuvent pas dormir et ont des crises de colère. Certains de ces enfants n’apprennent jamais à parler, ou ils atteignent leur adolescence en prononçant seulement quelques mots.

Les TSA ne guérissent pas et la plupart des symptômes chez les enfants sont traités avec des médicaments pour la dépression, l’anxiété ou l”hyperactivité

Benjamin est un enfant âgé de quatre ans, vivant dans la ville de Naharya, au nord d’Israël. En 2015, il a emménage des Etats-Unis en Israël avec sa mère, Sharon. Il a été sous ce type de traitement lourd afin de soulager les symptômes de son autisme.

Benjamin et sa mère, Sharon

Ces médicaments causent souvent leur propre ensemble de comportements obsessionnels et d’insomnie, ainsi que le gain de poids.

Pour de nombreux enfants  comme Benjamin, atteints d’autisme grave, les médicaments ne sont efficaces que pendant quelques heures. Une fois qu’elles disparaissent, les symptômes comme l’hyperactivité deviennent encore plus extrêmes.

Pour Colin Jackson, 9 ans, résidant en Géorgie aux Etats-Unis, les symptômes sont similaires. Son père, Dale, a tenté de trouver une solution. Il a réussi à faire passer une loi en 2017, inscrivant l’autisme comme une maladie permettant l’usage du cannabis.

Dale et Colin Jackson

L’huile de cannabis: un traitement efficace

… Mais difficile à obtenir.

En Israël ou aux Etats-Unis, la solution a été trouvé dans le traitement au cannabis.

Pour le jeune Colin, son père fait face à un problème kafkaïen. Son fils a reçu une carte d’autorisation d’utilisation du cannabis par l’état. En effet, l’autisme est indiqué comme faisant parti des maladies permettant d’être légalement soigné par la plante. Cependant, il reste introuvable en Géorgie.

En effet, la loi locale oblige toute production et consommation liées au cannabis médical à se faire dans les frontières de l’état.

“La Géorgie a vraiment rendu un mauvais service à nos citoyens parce qu’ils nous fournissent une carte qui ne nous donne rien.”, précise Dale Jackson.

Cependant l’huile de cannabis qu’il avait pu obtenir a permis à son fils de voir ses symptômes s’estomper grandement.

“Imaginez ne pas pouvoir voir votre enfant dormir la nuit, se réveiller en cognant sa tête contre le mur.” poursuit Dale au sujet des effets de l’autisme sans le cannabis.

Le combat de ce père consiste dorénavant  faire changer la loi.

Une situation différente en Israël

Pour Sharon, la mère de Benjamin, l’idée de la thérapie cannabique est venue de son pharmacien. Alors qu’elle lui exposait les effets secondaires de la Ritaline, que ressentait Benjamin, il lui a recommandé de contacter le Dr Adi Eran.

 

Dr Adi Eran

Ce neurologue pédiatrique consulte à l’hôpital Shaare Tsedek de Jérusalem. Alors que le cannabis se prescrit dans des cas comme l’épilepsie, les douleurs chroniques et certaines formes de cancer, le Dr Eran a commencé en 2015 à expérimenter sur des formes sévères d’autisme.

Suite à cette consultation, Sharon a reçu une ordonnance pour une huile issue d’une souche israélienne spéciale.

Depuis, le comportement du jeune Benjamin s’est radicalement modifié. La mère et l’enfant peuvent dorénavant avoir une vie normale, sortir sans crainte d’épisodes de violence, ou de peur de voir le fils se blesser avec un meuble à la maison.

La science derrière l’huile de cannabis

Le Dr Aran explique que le traitement à base de cannabis est efficace de par le fonctionnement du cerveau. Ce dernier comprends de nombreux capteurs de cannabinoïdes. L’association entre le THC, le CBD et l’un de ses capteurs affectent le comportement et les sensations.

Sur un cerveau normal, ils permettent soit de ressentir la sensation de plâner ou de détente et de relaxation. Dans le cas de l’autisme ou même de l’épilepsie, la chimie du cerveau et de ses réactions est équilibrée à nouveau par les cannabinoïdes.

 

Ainsi, si Israël est à la pointe en la matière de traitements au cannabis, la législation aux USA se fait attendre.

Le père du jeune Colin aux Etats-Unis espère une réforme fédérale qu’il n’ose plus espérer.

 

Autisme et thérapie aux cannabinoïdes
5 (100%) 2 votes
Tags : autismecannabis médicalCBDcerveauGéorgieIsraellegalisationTHC

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis