close
Lifestyle

Le conseil Rastafari du Ghana a organisé sa deuxième conférence cannabique

Le Conseil Rastafari du Ghana, sous les auspices de son Comité de plaidoyer, a tenu le lundi 20 avril la 2ème conférence nationale sur le cannabis. La conférence, qui a été accueillie sur la page Facebook du Conseil par la Maiden Voyage Frequency TV (MVF TV) conformément à l’interdiction des rassemblements sociaux, a réuni plus de 250 participants du monde entier.

Les orateurs ont fait des présentations virtuelles sur le thème “Le Ghana au-delà de l’aide ; perspectives de l’industrie du cannabis“, en compagnie des organisateurs qui ont pris note de tous les commentaires, contributions et questions.

“Je suis très heureux que le Ghana se soit joint à la discution et ait maintenant promulgué des lois pour commencer à bénéficier du chanvre dans un premier temps”, a déclaré Rocky Dawuni, la superstar du reggae ghanéen, lauréate d’un Grammy Award, dans sa présentation. Il a conseillé au gouvernement de se concentrer sur l’industrie du cannabis car elle sera utile pour relancer l’économie, après la pandémie de COVID-19.

“Il est prometteur d’utiliser cette plante dans son mode naturel de guérison et d’autonomisation économique et nous devons élever cette industrie pour aider à construire l’Afrique”, a conseillé Rocky Dawuni dans sa dernière déclaration.

Rocky Dawuni

“Construire des laboratoires pour le contrôle de la qualité, la recherche et la normalisation”, a déclaré Godfred Aboagye, co-fondateur de CBD International et principal intervenant de la conférence, tout en appelant le gouvernement à prêter une attention critique aux sous-secteurs qui ont besoin d’aide, si le Ghana sera capable de produire des produits de chanvre certifiés “Good Manufacturing Practice” (GMP). Il a appelé tous les Ghanéens intéressés par l’industrie, en particulier les défenseurs déjà actifs, à s’unir sous une même égide dans le secteur privé afin de former un partenariat public/privé solide et fiable avec le gouvernement.

“Etablir des réglementations en partenariat avec le secteur privé du cannabis afin de débusquer efficacement les marchés noir et gris”, a mis en garde Godfred Aboagye, qui a soutenu que c’est la seule façon pour le gouvernement de réaliser les hauts rendements fiscaux prévus.

Il a également conseillé au gouvernement de promulguer un programme qui rectifiera les dommages causés par l’application des lois sur la prohibition du cannabis.

Godfred Aboagye

L’impératrice Mawuena Saffi, commissaire aux femmes du GCR, a appelé les Ghanéennes à saisir les opportunités que l’industrie du cannabis offre aux femmes. Elle a encouragé les femmes entrepreneurs à exploiter les sous-secteurs des soins de santé, de la nutrition et de la transformation.

“Rendre modérés les frais de licence pour la culture, la transformation et l’exportation du chanvre”, a déclaré l’impératrice Saffi, qui a demandé au gouvernement de veiller à ce que les agriculteurs pauvres qui ont subi l’incarcération et le mépris de la société reçoivent l’aide appropriée, afin de pouvoir concurrencer les sociétés multinationales qui inonderont notre marché.

l’impératrice Mawuena Saffi

“La Commission des femmes de la RCG espère que le gouvernement légalisera bientôt le cannabis à des fins récréatives et sacramentelles”, a déclaré l’impératrice Saffi dans sa déclaration finale.

L’ambassadeur Lennox Francis Franklin, ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda en Éthiopie et membre de la commission régionale de la CARICOM (Communauté des Caraïbes) sur le cannabis, a félicité tous les gouvernements du monde qui ont dépénalisé ou légalisé le cannabis dans leur pays. Il a conseillé à ceux qui s’accrochent encore à la propagande négative qui prévaut à l’époque de la “guerre de la drogue” de les abandonner et de rejoindre l’économie mondiale du cannabis.

“Suggérer aux législateurs les perspectives du Rastafari sur l’intégralité du cannabis”, a déclaré l’ambassadeur Lennox, tout en admonestant les agriculteurs à maintenir les brevets des souches originales et à ne pas s’engager dans la course folle pour obtenir des niveaux élevés de THC. Il a mis en garde les participants contre les effets secondaires indésirables de certains produits de la CDB et des produits et souches de THC artificiellement élevés.

Ambassadeur Lennox Francis Franklin

“Les sociétés multinationales comme MONSANTO cherchent à monopoliser l’industrie au détriment des cultivateurs traditionnels”, a déploré l’ambassadeur Lennox, appelant le gouvernement ghanéen à ne pas établir des régimes de droits de licence capitalistes pour éliminer l’agriculteur ghanéen moyen comme c’est le cas dans les Caraïbes.

Sœur Molebogeng Miyene, co-fondatrice de Bikoland et membre de l’Association pour le développement de l’industrie du cannabis en Afrique du Sud (CIDASA) a conseillé aux participants et aux agriculteurs de ne pas mélanger le cannabis avec des produits chimiques qui en contamineraient la pureté.

Soeur Molebogeng Miyene

“Le cannabis est présent chez les Africains depuis la nuit des temps et les peuples indigènes en ont toujours fait un usage culturel”, a déclaré Sœur Miyene, tout en conseillant aux Africains de l’utiliser pour leur guérison.

Dans sa brève présentation, Khex Dan Pongo, président du Comité de défense des droits du GCR, a applaudi le Parlement pour la légalisation du chanvre puissant à 0,3 %, mais lui a conseillé d’envisager la légalisation du cannabis dans son intégralité pour un maximum de gains sanitaires et économiques.

Il a terminé son intervention en demandant à tous les participants d’observer une minute de silence pour tous ceux qui ont perdu la vie à cause des lois d’interdiction du cannabis en disant : “Il est vrai que le cannabis n’a tué personne dans l’histoire, mais l’application des lois d’interdiction a fait des victimes ; deux au moins que je connaisse, Jamal de Nungua et Buju de Kokrobite, puissent leurs âmes reposer en paix et que leur sang continue à lutter pour notre liberté”.

   Khex Dan Pongo

Ahuma Bosco Ocansey, président de la RCG et président de la conférence, dans son discours de clôture, a félicité tous les intervenants, participants et sponsors pour leurs efforts et a encouragé les parents qui nourrissent la crainte de problèmes psychotiques avec la légalisation du cannabis à laisser tomber ces craintes car l’Autorité de contrôle des stupéfiants s’assurera que ce n’est pas une affaire de liberté pour tous.

“Une fois de plus, alors que nous sommes aux prises avec une économie battue par le COVID-19 et que nous sortons de ses gonds, le Conseil Rastafari du Ghana souhaite réitérer son appel au Parlement pour légaliser la marijuana médicale car on ne saurait trop insister sur ses bienfaits sanitaires et économiques”, a déclaré Ahuma Ocansey en implorant tous ceux qui souhaitent profiter des opportunités offertes par l’adoption de la nouvelle loi pour contacter le Conseil Rastafari.

Ahuma Bosco Ocansey

“Je suis convaincu que le discours sur les nouvelles réglementations sera guidé par la science et les faits et non par des émotions et des mythes”, a déclaré Ahuma Ocansey dans sa remarque finale.

La conférence s’est tenue en commémoration de la Journée internationale du cannabis, le 20 avril (4/20), et devrait avoir lieu chaque année. Les principaux sponsors étaient Maiden Voyage Frequency (MVF), Xclnc Productions, Lalibela Productions et le Conseil Rastafari.

Par Sena Dogbe

Tags : AfriqueFestivalRasta
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.