close
CBD

Le CBD lors d’un dépistage de stupéfiant

Est-ce que le CBD apparaît lors d’un dépistage de stupéfiant?

Augmentation de l’absentéisme, diminution de la productivité, hausse des accidents du travail… Si vous êtes un travailleur salarié, il est probable qu’un dépistage de stupéfiant vous soit imposé à un moment donné de votre carrière. Cette pratique est courante sur le plan international. En France, l’employeur a beau être soumis à une obligation de veiller à la santé et à la sécurité physique et mentale de ses salariés, il ne peut avoir recours aux dépistages de stupéfiants de manière systématique et généralisée (sauf pour certains métiers)…  Mais les choses pourraient bien changer dans un futur proche. Bien sûr, le THC apparaîtra dans un test de dépistage, parmi les autres vraies drogues aussi…  Mais qu’en est-il pour le CDB  ?

La version courte

La bonne nouvelle est que CBD, tout seul, ne se manifestera pas lors d’un test de dépistage de stupéfiant. C’est parce que les produits chimiques utilisés dans ces tests ne réagissent pas avec la CDB. Les tests de dépistage ne sont tout simplement pas conçus pour détecter le cannabidiol. Mais cela ne signifie pas que vous êtes sorti d’affaire…

En effet, la plupart des produits CBD et des huiles de chanvre ne sont pas pur à 100%. Ils sont riches en CDB, mais composé uniquement de CBD pur… En conséquence, la plupart de ces produits contiennent de petites quantités (voir infimes) de THC, et des tests de dépistage notamment urinaire le détecteront. Donc, en théorie, si vous prenez du CDB pure, elle ne devrait pas apparaître sur les tests …

Dans le monde réel…

Mais dans le monde réel, si vous consommez du CBD, vous recevez également de petites doses d’autres cannabinoïdes comme… le THC. Et puisque le dépistage est à la recherche du THC, votre médicament à base de CBD pourrait “se révéler” sur le test. Autrement dit, tant que le THC est toujours dans votre corps, vous pourriez échouer à un test de drogue. Une petite dose d’huile de CBD, par exemple, ne portera qu’une petite quantité de THC. Assez petite pour que le test ne le détecte pas.

Fini le pet du soir, le THC reste de nombreuses semaines dans le corps…

Mais si vous prenez une grande dose de CBD, les traceurs de cannabinoïdes peuvent être présents dans des quantités suffisamment grandes pour qu’un test échoue. Une petite étude a révélé que, tant que vous prenez moins de 300 mg d’huile de CBD par jour, vous pourrez passer le test. Pourtant, ce n’est pas une garantie. Comme la plupart des produits CBD ont de petites quantités d’autres cannabinoïdes, faire vos propres recherches peut se révéler être une bonne idée. Il faut donc déterminer combien de THC est présent dans le produit CBD que vous utilisez. Ensuite, adaptez votre consommation en conséquence.

Les facteurs d’échec

D’autres facteurs déterminent si la CDB déclenchera un résultat positif sur le dépistage. En plus de ce que vous prenez, de votre métabolisme et de votre santé individuelle, d’autres médicaments ou drogues que vous prenez… Et aussi  votre façon de le consommer, tout joue un rôle.

Il y a aussi l’effet d’«entourage». Ce sont les interactions complexes entre différents cannabinoïdes. Ces interactions produisent différents effets dans votre corps en fonction de la combinaison des cannabinoïdes que vous consommez. Dans certains cas, le CBD finit par bloquer certaines enzymes dans votre corps qui décomposent le THC. Lorsque cela se produit, moins de THC est métabolisé, et plus de THC restera dans votre système… Cela pourrait vous rendre plus susceptible d’échouer lors d’un test de dépistage, surtout s’il s’agit d’un test urinaire…

Fail… La drogue en entreprise, sujet tabou dont le THC paye les frais…

Ces interactions métaboliques complexes signifient que la génétique individuelle d’une personne entre en jeu. Donc, la génétique et les profils chimiques du cannabis que vous consommez. La dose qui déclenche un résultat positif pour une personne pourrait ne pas avoir le même effet entres deux personnes. Et une souche ou produit CBD pourrait avoir une combinaison différente de cannabinoïdes par rapport à d’autres. Toutes ces variables jouent un rôle dans la réussite ou non d’un test “médicamenteux”. On peut ainsi citer une étude qui indique que la CDB peut être converti en THC. Bien que cela soit vrai dans les limites d’un laboratoire, il n’y a probablement aucune raison de s’inquiéter dans la vie quotidienne.

La solution la plus sûre

Le CBD ne se manifestera probablement pas sur votre test de dépistage, sauf à prendre de l’huile de cannabis trop riche en CBD. Et cela même si le test de dépistage ne détecte pas le CDB. Ils peut trouver d’autres traces de cannabinoïdes, et probablement du THC…

Préféré une huile de CBD reconnue…

La solution la plus sûre consiste à s’en tenir à ce qui a été démontré… Recherchez des produits testés en laboratoire qui ne contiennent pas plus de 0,2% (législation européenne) de traces de THC… Et là en effet, vous ne devriez pas vous inquiéter d’un licenciement suite à un dépistage de stupéfiant.

En savoir plus sur le CBD

Le CBD lors d’un dépistage de stupéfiant
4.5 (89.09%) 11 votes
Tags : DepistageModeProhibitionstupéfiantTHC
fr French?
X