Medical

Aucun lien entre la légalisation et les dommages sur la santé

Selon le Professeur Raphael Mechoulam «Il n’y a pas de lien entre la légalisation & les dommages sur la santé »

Le Professeur Raphael Mechoulam est aujourd’hui, le nom le plus chaud dans l’industrie du cannabis et dans le monde entier. L’israélien qui,dans les années 60 , fut le premier à identifier le THC, (l’ingrédient actif du cannabis ). Il excelle aujourd’hui dans le développement du cannabis médical au niveau mondial. 

mechoulam_8_blog_full

Le père du « cannabis scientifique »

En 1963, Mechoulam élucidé la structure du Cannabidiol (CBD), un des composés plus médicalement pertinentes trouvées dans le cannabis. Peu après, il a isolé et élucidé la structure du composant actif du cannabis, le tétrahydrocannabinol (THC) en 1964. Presque trois décennies plus tard, en 1992 et 1995, il a isolé et identifié les cannabinoïdes endogènes, l’Anandamide et 2-AG, qui, avec des récepteurs spécifiques, forment le système endocannabinoïde – un grand endogène biochimique. C’est le système trouvé dans le cerveau et les organes périphériques qui participe à un large éventail de fonctions physiologiques.

« Notre corps ne produirait pas une telle substance dont les propriétés sont similaires à celles du cannabis s’il n’en a pas besoin !»  dit le professeur Raphael Mechoulam, le premier scientifique à reconnaître le THC.

mechoulam-702x336

Bien que la découverte du THC fut en faite en collaboration avec le professeur Yechiel Geoni, a cette époque la recherche fut répandue au delà des frontières. Dans la pratique, les scientifiques ont commencé a explorer le lien entre le cannabis et le corps humain. Ainsi, on reconnait ce système endocannabinoïde. Il fait partie intégrante du système nerveux dans le corps, y compris dans le cerveau et la moelle épinière. Les récentes découvertes du prof, concernent l’autre composant majeur du cannabis, le CBD (cannabidiol)

Le cannabis est en train de changer le monde de la médecine

« Les études de ces 50 dernières années , a commencé par la découverte des bienfaits médicaux sur lequel repose le cannabis, ce qui peut changer le monde médical ! « dit-il en expliquant la raison pour laquelle tout a commencé dans l’étude du cannabis.

« Cette substance remonte vers l’époque des Assyriens et à travers d’autres périodes de l’histoire. Nous voyons comment il a été utilisé en tant que médicament contre la douleur et pour la guérison. Après qu’il l’ont fait pour la cocaïne et la morphine, je pensais qu’il n’y avait aucune raison que nous n’étudions pas le cannabis. « 

140314142418-sgmd-mechoulam-weed-israel-00002410-story-top

L’histoire la plus familière qui fait même l’objet de son nouveau film ( «Le scientifique») est basé sur son travail professionnel. Notamment quand il a reçu un morceau d’haschisch de la police pour mener à bien la première recherche sur le cannabis en Israël.

« Le directeur de l’Institut était amical avec le commandant de la police de la ville. Quand je lui ai demandé de me fournir une telle quantité de substance, le commandant de la police m’a invité à prendre un café afin d’en obtenir. J’ai pris le cannabis dans le bus, et les passagers ne comprenaient pas l’odeur qui était là dans mon sac « .

Une autre histoire amusante est sa première expérience de consommation de cannabis. Il a demandé à sa femme de préparer un gâteau avec du THC et le mangea avec ses collègues

« On a rit sans cesse, l’autre a commencé à parler de plus en plus, au fur et à mesure de sa consommation, et le troisième nous a fait des attaques de panique, pensant qu’elle perdait le contrôle. Seulement moi, jetais dans un sens, dans un High élevé, » dit-il.

La connexion entre le cannabis et le corps humain

Bien que l’avenir du cannabis médical est garanti, le professeur Meshoulam pense que le processus est encore trop lent:

« Lorsque l’insuline a été inventé, dans les six mois, il était déjà en usage le jour même, une mise en utilisation pharmaceutique de nos jours, signifie qu’une fois que nous trouvons une solution aux maladies, elles ne seront mises en oeuvre sur le terrain, qu’après de nombreuses années. Tout le monde parle des avantages du progrès, mais il y a aussi des lacunes »- « L’urgence est de promouvoir la recherche qui découle de l’importance du système endocannabinoïde dans le corps et de sa relation avec le cannabis. » – « Dans les années 80 ont été en mesure de trouver dans notre corps les récepteurs activés par des cannabinoïdes», dit-Mechoulam, en se référant aux récepteurs des cannabinoïdes, le CB1 et le CB2 qui sont responsables de l’absorption des composants du cannabis et de leur effet convertissable sur l’esprit et le corps.

articles-endocannabinoid-system_text_2

« Notre corps ne produirait pas un tel matériau dont les propriétés sont similaires à celles du cannabis s’il n’en a pas besoin», ajoute-il – « Je crois que si nous pouvons casser ce système, nous trouverons qu’il affecte tous les types de maladies, parce que nous voyons ses traces dans de nombreux endroits dans le corps. »

Ses théories sur le cannabis confirment ce que pensent les consommateurs. La plante doit faire (et fait)  parti de l’alimentation quotidienne de l’homme.

L’alcool & les cigarettes sont plus dangereuses que le cannabis

Mechoulam parle de la nouvelle réforme sur le cannabis médical en Israël. Celle ci comprenant la construction d’une chaîne de fabrication et de son approvisionnement – des fermes (qui ont été autorisées), des installations de fabrication et des pharmacies – et  »nous espérons que ce nouvel agencement sera plus facile pour les patients. »

bn-nm333_cannab_j_20160411092240

«L’usage du cannabis est très répandue  grâce à ces effets contre la douleur cancéreuse aux personnes atteintes du syndrome de Parkinson et de la Tourette qui reçoivent le traitement, » dit-il.

Mechoulam a également abordé la question de la légalisation, il ne semble pas trop s’y opposer :

«Il a été démontré qu’il n’y a pas de lien entre les dommages sur la santé et la légalisation » a-il dit. « Nous avons déjà vu que l’alcool et les cigarettes causent des dommages sur la santé et orientés sur le foie, tandis que le cannabis est illégal. Je n’ai pas d’opinion claire, sur le fait que si le cannabis doit être autorisé par la loi en cas de besoins sociaux . Ceci est une autre question tout à fait sans rapport avec moi. »

Le mois prochain il sera âgé de 86 ans. Un age au rythme des recommandations et des invitations qu’il reçoit. Notamment  pour prendre la parole à des conférences partout dans le monde et récolter des nombreux prix . Lorsqu’on lui demande s’il recevra également le prix Nobel, Mechoulam déclare :

«Nous avons beaucoup de travail, mais je crois que dans un an, il sera possible de prouver l’importance de cette découverte. Je crois que si l’étude se termine et qu’on y investi de l’argent, dans dix ans, il sera alors possible de parler de prix Nobel. « 

Raphael Mechoulam se prépare à intervenir au Colorado

Mechoulam a prévu de prendre la parole dans le cadre de la première Conférence du CSU-Pueblo. Elle se deroulera le 28-30 avril 2017, à la nouvellement formée Institute of Cannabis Research (ICR).

« Je ne pourrais pas être plus fier de notre travail acharné et de la volonté d’aller de l’avant avec l’Institut. Ceci porte déjà ses fruits en attirant l’attention d »un chercheur renommé comme le Prof. Mechoulam au CSU-Pueblo » Dixit, le Président de l’institut, Lesley Di Mare

mechoulam

Ses principales contributions dans le domaine des composants du cannabis sont les avancées dans la découverte des cannabinoïdes endogènes. Ceux qui  se trouvent dans le cerveau et dans les organes périphériques, tels que les reins, poumons, etc.. Il a beaucoup publié sur leurs activités pharmacologiques, et ses recherches ont été cité plus de 40 000 fois.

Tags : cannabis thérapeutiqueCBDIsraelRaphael MechoulamrecherchescienceTHC
weedmaster

The author weedmaster

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis