Medical

Psychique & Cannabis

Psychique et le Cannabis – Une nouvelle étude américaine

La Recherche menée auprès de 35 milles résidents des États-Unis montre que la consommation de cannabis n’augmente pas le risque de dépression, d’anxiété ou de schizophrénie. “Cette étude a mis un gros coup à l’hypothèse selon laquelle la plante de chanvre peut provoquer différents problèmes psychiques” tel est la conclusion des chercheurs.

Une nouvelle étude américaine

En effet, une nouvelle étude publiée dans la revue de psychiatrie américaine JAMA a examiné la relation entre la consommation de cannabis et un risque accru de troubles du comportement tels que la dépression et l’anxiété.

happy_stoner_TheDude_640x530
Les résultats indiquent que la consommation de cannabis n’est pas associée à ces troubles du comportement, contrairement aux résultats précédents présentés par les autorités américaines en 2002.

L’analyse des données de la recherche comprenait un examen médical rempli par 34 653 citoyens américains âgés de plus de 18 dans le cadre d’une enquête nationale sur l’alcool et la consommation de différentes drogues .

Le cannabis n’encourage pas la dépression et l’anxiété

L’analyse a été basée sur l’hypothèse de l’étude antérieure de 2002 qui évoque que « La consommation de marijuana est une cause directe de la dépression et des problèmes de comportement ».

Les chercheurs ont examiné s’il y avait des différences de risque de présence de ces troubles chez les personnes qui consomment du cannabis régulièrement et ceux qui ne consomment pas de cannabis du tout.

brain-weed-havard

“La consommation de cannabis n’est pas associée à un risque accru de développement des troubles de l’humeur ou de la personnalité”, ont écrit les chercheurs dans les résultats de recherche. Selon eux, il n’y avait aucune preuve que la consommation de cannabis (quelle que soit la dose ou d’autres caractéristiques de l’utilisation) pourrait encourager le développement de divers problèmes de santé mentaux y compris la dépression, la schizophrénie, l’anxiété, le comportement bipolaire ou autres.

Le cannabis ne provoque pas la schizophrénie

Malgré les arguments que vous entendez des adversaires du cannabis, la marijuana ne provoque pas la schizophrénie – voici une nouvelle étude menée à la prestigieuse université de Harvard aux Etats-Unis.

L’étude a était financée par l’American Health Organization (NIDA) et publiés dans le Journal de l’étude de la schizophrénie, elle a permis aux chercheurs de constaté que le principal facteur influant sur le développement de la schizophrénie est génétique et que la consommation de cannabis n’augmente pas le risque de développer la maladie.

“En résumé, nous avons trouvé que le cannabis lui-même ne provoquer pas de psychose», explique les résultats de recherche. “Bien que le cannabis peut altérer la gravité de la maladie et ses conséquences, l’étude n’a trouvé aucune preuve que le cannabis peut au contraire, provoquer une psychose.”

Lin Dellys, directeur de la recherche

Professeur de psychiatrie à la Harvard Medical School a comparé l’histoire de 108 patients atteints de schizophrénie et 171 personnes qui souffrent de schizophrénie de la famille afin d’examiner si la consommation de cannabis a été un facteur dans le développement de la maladie.

5861926981_47582ffdc4_z

Selon les résultats, les antécédents familiaux de schizophrénie augmente le risque de développer la maladie, indépendamment du fait que le membre de la famille utilise le cannabis ou non. “Il est peu probable que la cause de la schizophrénie soit du cannabis» ont conclu les chercheurs.

L’équipe a également examiné les composantes des cannabis eux-mêmes et a déclaré que “la quantité de THC peut stimuler une préoccupation particulière, tandis que le CBD est précisément un ingrédient très utile pour le traitement de la schizophrénie.”

Ainsi, dans une étude publiée en Septembre 2012 a constaté que non seulement le cannabis ne provoque pas la schizophrénie mais il contribue effectivement au traitement de la maladie.

“Cette étude a mis un gros coup a l’hypothèse selon lequel la plante peut provoquer différents problèmes psychiques” , a déclaré Keith Humphreys,un spécialiste de la toxicomanie et des problèmes de santé mentale à l’Université de Stanford, au Washington Post.

D’autre part une étude a dévoilé que la consommation de cannabis n’a aucun effet sur le QI des adolescents et de nouvelles recherches encore plus complète offre maintenant les mêmes résultats.

Fumer de l’herbe ne nuit pas à l’intelligence des jeunes

Après toutes les discussions sur les psychoses, les suicides, les accidents et les décès causés par la consommation de cannabis la science aurait réfuté de par la recherche, son arsenal de mythes non fondés contre l’utilisation du cannabis et le rapportant spécifiquement à la jeunesse.

Stoned jeune

Dans cette dernière étude menée auprès de milliers de jumeaux, on révèle à nouveau que la consommation de cannabis ne provoque pas de dommages au QI ou une diminution de l’intelligence chez les adolescents.

Cette nouvelle étude menée par les chercheurs des universités de Californie et du Sud du Minnesota avec la participation de 3000 jumeaux de tout les États-Unis,

Chaque jumeaux ont été examinés dans 2 tests de QI différents au cours des 20 premières années de leur vie – pour la première fois entre l’ âges de 9 à 11 ans et une seconde fois entre les âges de 17 à 20

Rapport sur l’utilisation de marijuana

On a demandé aux sujets de faire un rapport sur leur utilisation de marijuana au cours des années.

Les résultats ont montré que bien que le QI de ceux qui ont fumé du cannabis ont chuté en moyenne de 4 points au fil des ans, le QI de ceux qui ne fument pas chuté de la même manière. La baisse des niveaux de QI est du à la combinaison de facteurs personnels, familiaux et environnementaux et la conclusion de l’étude a déterminé qu’il n’y a aucune preuve soutenant l’idée que le cannabis a causé ce dommage.

“Nos données sont une indication que le dommage causé par le cannabis sur le QI n’est pas raisonnable du tout”, a déclaré Claire Mokriiz (Claire Mokryz), chercheur de la revue scientifique Science Mag.

“Nos résultats montrent que les différences entre les jumeaux n’est pas lies aux prises de cannabis mais dépendent de leur environnement commun”, a déclaré le scientifique en chef de la recherche, le Dr Nicholas Jackson (Nicholas Jackson) “Ce facteur est lié à l’environnement familial, milieu scolaire et le cercle d’amis des jeunes. ”

cannabis-youth

Comment les autorités et la population ne tiennent t-il pas compte des faits scientifiques et essayent de falsifier les données, tout en cachant les faits, et publie des témoignages qui ne représentent pas la situation réelle ?

 

Tags : Cannabiscannabis médicalrecherche
weedmaster

The author weedmaster

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis