Medical

Marijuana : Effectif contre l’Asthme

Marijuana : Effectif contre l’Asthme – Le Traitement au Cannabis

De longue date, les chercheurs s’emploient à lutter contre ce problème de santé publique , via une série de tests impliquant l’utilisation de cannabinol (CBD), et du tétrahydrocannabinol (THC). Les premiers résultats sont concluants ; suggérant notamment que le CBD est un traitement efficace pour minimiser, l’inflammation subit par les asthmatiques.Les maladies dites atopiques, dont l’Asthme étant l’une des plus fréquentes ; celles qui causent à un individu l’Expérience immédiate de réactions fortement allergiques touchent environ 20% de la population mondiale…

L’asthme

L’asthme est une inflammation chronique dont la prévalence dans le monde a connu une progression rapide depuis les années 1970, on considère que l’asthme est le fruit d’une combinaison complexe de facteurs environnementaux et génétiques.

Le médecin ne doit pas traiter la maladie, mais le patient qui en souffre.  – Maimonide Le Traité sur l’Asthme (1138-1204)

L’asthme est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation transitoire des bronches réagissant de façon excessive à certains facteurs. Cette inflammation est responsable d’obstruction bronchique. La crise d’essoufflement aiguë est le symptôme de l’asthme le plus fréquent, mais l’asthme peut également se traduire par une sensation d’oppression au niveau de la cage thoracique, une difficulté à respirer profondément, une respiration sifflante, un essoufflement à l’effort ou une toux qui ne passe pas.

On employa pour la première fois le mot « asthme», pour désigner la « suffocation atroce» dont souffrit Hector étendu dans la plaine. - Homère L'Iliade, au chant XV
On employa pour la première fois le mot « asthme», pour désigner la « suffocation atroce» dont souffrit Hector étendu dans la plaine. – Homère L’Iliade, au chant XV

La maladie s’explique par trois mécanismes caractéristiques

  • une inflammation avec œdème de l’épithélium bronchique
  • une bronchoconstriction par bronchospasmes
  • une hyperactivité bronchique (chronique ou non) se manifestant par une sécrétion accrue de mucus, notamment due à un remodelage des voies respiratoires supérieures.

Environnement

Les déclencheurs environnementaux supposés incluent les polluants, les allergènes tels que les acariens ou la moisissure, la fumée de tabac et l’exposition à des substances potentiellement dangereuses comme le formaldéhyde ou les phtalates que l’on trouve dans le PVC.

Les facteurs environnementaux extrinsèques peuvent conduire à une hyperméthylation ou à une hypométhylation, l’une ou l’autre pouvant affecter la capacité de la cellule à se diviser normalement. Le Caractère héréditaire de l’individu couplé avec une exposition à une endotoxine (environnement) déclenche l’Asthme.

« Un enfant qui vit dans une ville occidentale, évoluant dans un environnement très hygiénique, nettoyé avec des produit anti-bactériens par exemple, et qui a des prédispositions génétiques à l’asthme est un candidat idéal pour développer cette maladie, surtout s’il fait un jour une infection virale respiratoire »  Citation  Fabrice Bureau

Génétique

Diverses études ont permis d’isoler plus de 25 gènes liés à l’asthme, dont un grand nombre ont trait à la réponse immunologique, dont les cellules immunitaires T qui jouent un rôle crucial dans la régulation de l’inflammation,

Les changements héréditaires des cellules T, pourraient être un facteur important expliquant l’augmentation de la prévalence de la maladie sur plan mondial. Ceci pourrait expliquer pourquoi l’Asthme n’a pas était constant dans l’Histoire de l’Humanité… L’hypersensibilité de ces cellules est largement responsable du développement de la maladie.

Il a été démontré que les mécanismes épigénétiques exercent une influence sur la différenciation lymphocytaire T; hors le cannabidiol CBD (non psychoactif) est connu pour ses affinités avec les récepteurs CB2 situés sur les cellules immunitaires T.

Les lymphocytes T constituent une population de globules blancs qui naissent dans le thymus.

Le Système Endocannabinoïde

Le rôle du système endocannabinoïde dans l’asthme et la réponse immunologique en général revêt un grand intérêt pour les chercheurs , des études remontant aux années 1970 ont déterminé que le THC (Tétrahydrocannabinol) avait un effet bronchodilatateur, provoquant un effet stimulant et euphorique. Les applications thérapeutiques connues sont répertoriées par l’Association Internationale pour le Cannabis médical incluent dépressions, maladies auto-immunes et inflammations et les troubles bronchodilatateurs.

Lors de l’effort le corps génère du endocannabinoids. C’est l’endorphine du coureur.

« Le médecin doit se préoccuper que le malade et celui qui jouit d’une bonne santé soient dans une disposition joyeuse ; ils doivent éviter les émotions qui causent des perturbations et des dérèglements. Cela est essentiel pour la guérison du patient et spécialement dans des cas de soins mentaux comme l’hypocondrie, la dépression et la mélancolie. » Dans le Traité sur l’Asthme (VIII, 2) Maimonide

CBD contre l’asthme

Récemment une nouvelle Étude (avec l’approbation du comité d’éthique de l’université brésilienne «Extremo Sul Catarinense» et en collaboration avec le «NIH Guide for the Care and Use of Laboratory Animals») révèle que la CDB induit une réduction de deux types de cytokines; connues sous le nom Tp et Th2. En plus de montrer que le traitement de la CDB a été efficace dans la réduction des niveaux de cytokines, l’étude suggère que la CDB peut influencer une réduction des principaux stimuli à l’hypersécrétion du «mucus», un autre symptôme majeur vécu par les personnes souffrant d’asthme. Les conclusions de l’étude sont compatibles avec celle de l’étude Ribero, qui montre la CDB d’avoir immunosuppresseur puissant et des propriétés anti-inflammatoires. Le CBD (Cannabidiol), annule en partie les effets du THC, et provoque un effet relaxant, voire même sédatif.

Communément, les Études concluent que le THC et le CBD inhibent la production de cytokine et d’interleukine 10 (un agent anti-inflammatoire) dans les cellules T in vitro, ce qui peut être déterminant dans le développement d’inflammations du poumon telles que l’asthme. À noter que le taux de cannabinoïdes peuvent varier fortement d’une plante à l’autre…

L’effet bronchodilatateur

Pendant l’âge d’or de la civilisation islamique médiévale, les médecins arabes ont découvert les propriétés diurétiques,antiémétiques, antiépileptiques, analgésiques (anti douleur) et antipyrétiques, anti-inflammatoires,du cannabis médical. Médecine qui s’est révélée avec diverses méthodes d’ingestion, mais fumer le cannabis s’avère donner les résultats les plus efficaces dans l’immédiat

Il est toutefois recommandé d’éviter les matières non-cannabinoide, telle que le monoxyde de carbone e cyanure d’hydrogène, etc., la vaporisation (chauffage à dégager des vapeurs, plutôt que la combustion) est une méthode d’inhalation des plus sûre et aussi des plus efficaces. Opter pour un vaporisateur portatif, qui fonctionne de manière très comparable à un inhalateur, permet aux composés actifs de pénétrer profondément dans les poumons, même en cas de lésions pulmonaires.

Il est recommandé d’utiliser une plante saine, de choisir les bonnes variétés de cannabis selon le type de symptôme à soulager. Toutefois, le cannabis n’est pas le seul remède traditionnel pouvant être administré en le fumant — l’herbe de Saint-Christophe (A. racemosa) est une autre plante a vaporiser occasionnellement pour soulager les symptômes asthmatiques.

« Le plaisir esthétique, les jeux et les divertissements influent positivement sur la santé, puisque beaucoup de maladies ont disparu par le seul fait de la joie »  Maimonide Dans le Traité sur l’Asthme (VIII, 2)

 

Tags : cannabis médicalÉtuderecherchescience
weedmaster

The author weedmaster

Inscrivez-vous À notre newsletter!

Retrouvez gratuitement toute l’actualité cannabis en vous inscrivant à nos newsletters

copyright © Newsletter | Blog-Cannabis