close
Santé

La consommation de cannabis est associée à une moindre gravité du COVID-19 chez les patients hospitalisés

Une étude préliminaire suggère que les consommateurs actifs de cannabis ont un taux plus faible d’admission aux soins intensifs lorsqu’ils sont hospitalisés pour un Covid

Une nouvelle étude publiée dans le Journal of Cannabis Research a révélé qu’un petit échantillon de consommateurs de cannabis présentait des cas moins graves de Covid-19 pendant leur séjour à l’hôpital que les non-utilisateurs. Les consommateurs de cannabis avaient de meilleurs résultats, notamment un besoin moindre d’admission en soins intensifs ou de ventilation mécanique. L’étude était toutefois très limitée et des études prospectives et d’observation sont encore nécessaires pour tirer des conclusions plus solides.

L’étude a porté sur deux hôpitaux de la région de Los Angeles, en Californie. Sur les 1831 patients sous Covid ayant participé à l’étude, 69 patients ont déclaré consommer activement du cannabis, soit seulement 4% de l’ensemble des patients. Il est important de souligner que les différences de survie globale n’étaient pas statistiquement significatives entre les consommateurs et les non-consommateurs de cannabis, selon l’étude. Voici une ventilation des caractéristiques individuelles des patients.

« Le lien entre l’usage du cannabis et de meilleurs résultats pour le Covid est judicieux », affirment les auteurs de l’étude. Les auteurs admettent également que leur étude était très limitée et que les conclusions tirées ne sont que des suggestions. La méthodologie des auteurs s’est appuyée sur une analyse rétrospective des données des patients, qui comprenait la comparaison des scores de gravité du NIH Covid-19, le besoin d’oxygène supplémentaire, l’admission dans une unité de soins intensifs, la ventilation mécanique, la durée de l’hospitalisation et le décès à l’hôpital pour les consommateurs et les non-consommateurs de cannabis.

« Les consommateurs de cannabis avaient des résultats significativement meilleurs que les non-consommateurs, comme en témoignent les scores NIH plus bas (5,1 contre 6,0), une hospitalisation plus courte (4 jours contre 6 jours), des taux d’admission aux soins intensifs plus faibles (12 % contre 31 %) et un besoin moindre de ventilation mécanique (6 % contre 17 %). Le taux d’admission en soins intensifs était inférieur de 12 points de pourcentage et le taux d’intubation était inférieur de 6 points de pourcentage chez les consommateurs de cannabis », indique l’étude.

à lire :  Des chercheurs canadiens en sont aux premiers stades du test du cannabis pour lutter contre le COVID-19

L’étude suggère que l’usage chronique de cannabis peut avoir des effets positifs sur les résultats de Covid-19 chez les patients hospitalisés. Les auteurs émettent l’hypothèse que de meilleurs résultats pourraient être dus aux propriétés médicinales, notamment aux effets anti-inflammatoires, de certains cannabinoïdes.

« Les consommateurs de cannabis étaient plus susceptibles d’avoir des niveaux de marqueurs inflammatoires plus faibles à l’admission par rapport aux non-consommateurs. Cet effet s’est maintenu pendant leur séjour à l’hôpital, les consommateurs de cannabis continuant à avoir des marqueurs inflammatoires plus faibles que les non-utilisateurs », indique l’étude.

Les consommateurs de cannabis de cette étude avaient tendance à être plus jeunes, 62 % d’hommes et 38 % de femmes, et la majorité était blanche, 48 %, avec 15 % de patients noirs, 4 % asiatiques et 28 % latino-américains. Un pourcentage beaucoup plus élevé, 20 %, de consommateurs de cannabis étaient des fumeurs de tabac, contre seulement 4 % de l’ensemble des patients. « Conformément aux tendances connues, les consommateurs actifs de cannabis étaient globalement plus jeunes que les non-consommateurs », indique le rapport. « Cependant, après ajustement en fonction de l’âge, ces résultats sont restés cohérents ».

L’étude n’a pas fait de différence entre les méthodes de consommation. « Compte tenu des diverses façons dont le cannabis peut être introduit dans l’organisme, notre regroupement du cannabis inhalé et ingéré devrait introduire peu de variabilité dans une cohorte déjà très variable de consommateurs de cannabis. Le fait de regrouper tous les consommateurs de cannabis, quelle que soit la méthode d’administration, donne à notre étude une plus grande puissance d’analyse tout en minimisant le risque de données surajustées. »

Des médecins spécialisés dans les maladies pulmonaires ont été les principaux contributeurs à cette étude. Parmi les auteurs de cette étude figurent le Dr Carolyn M. Shover, spécialiste en médecine d’urgence à Downey, en Californie ; Peter Yan, de la David Geffen School of Medicine de l’Université de Californie à Los Angeles ; Nicholas J. Jackson, du département de médecine (Statistics Core) ; Jennifer A. Fulcher, de la division des maladies infectieuses ; Donald P. Tashkin, de la division des maladies pulmonaires et des soins intensifs ; Igor Barjaktarevic, de la division des maladies pulmonaires et des soins intensifs ; et Russell G. Buhr, de la division des maladies pulmonaires et des soins intensifs, qui travaille également pour le Center for the Study of Healthcare Innovation, Implementation, and Policy, Health Services Research & Development, et le Veterans Affairs Healthcare System.

à lire :  Le cannabis ne crée pas de lésions cérébrales

Ce n’est pas la première étude à se pencher sur les cannabinoïdes et le Covid, même si elle prétend être la première à examiner les données de véritables patients sous Covid qui ont été admis à l’hôpital. Une étude très médiatisée a révélé que les cannabinoïdes CBGA et CBDA bloquent l’entrée du Covid dans les cellules. « Ces cannabinoïdes, isolés ou dans des extraits de chanvre, ont le potentiel de prévenir ainsi que de traiter l’infection par le SRAS-CoV-2 », ont déclaré les chercheurs, rapportés en premier lieu par Forbes. Mais la réalité de cette étude, principalement le fait que ces cannabinoïdes étaient dérivés du chanvre et que le cannabinoïde le plus connu, le THC, n’était pas inclus dans l’étude. La complexité de cette information a pu se perdre dans la traduction lors de son moment viral sur les médias sociaux.

Une étude menée en 2021 a montré que les cannabinoïdes aident à réduire les « tempêtes inflammatoires » dans un modèle de tissu cutané. Ces tempêtes inflammatoires peuvent se produire dans les cas graves de Covid-19. L’ajout d’extraits de cannabis dans le traitement permet de « freiner l’inflammation et de prévenir la fibrose, et conduit à une rémission de la maladie. » Cette étude, réalisée au Canada, a pu examiner le THC et le CBD ainsi que leur effet combiné, qui se trouve être la meilleure efficacité lorsque les cannabinoïdes travaillent de concert.

« En ce qui concerne les produits chimiques spécifiques, notre analyse montre que le CBD ou le THC seuls n’ont pas le même effet », a déclaré l’auteur de l’étude, le Dr Igor Kovalchuck. « Nous croyons fermement au spectre complet, aux effets basés sur l’entourage. Il est probable que des cannabinoïdes secondaires (mineurs) et des terpènes y contribuent, et nous écrivons dans l’article que l’un de ces terpènes pourrait être le caryophyllène. »


Tags : consommateurscoronavirus/COVID-19Etude
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.