close
Science

Une étude de l’OEDT révèle une hausse de consommation de cannabis et d’autres drogues en Europe

Analyse des données sur les eaux usées et les médicaments – une étude européenne multi-villes

L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), basé à Lisbonne, a publié un rapport qui révèle les niveaux de consommation de drogues en Europe. Les données ont été recueillies en testant la présence de drogues illicites dans les eaux usées d’environ 80 villes de 23 pays. Les auteurs du rapport affirment qu’il fournit un instantané précieux du flux de drogues dans les villes concernées, révélant des variations géographiques marquées.

La science de l’analyse des eaux usées n’en est qu’à ses débuts, puisqu’elle a été développée dans les années 1990 comme outil de surveillance de l’impact environnemental des déchets ménagers liquides. Des professionnels issus de nombreux domaines scientifiques différents sont impliqués dans les tests et les analyses, tels que l’ingénierie des eaux usées, la physiologie et la biochimie. Depuis 2011, l’OEDT et une organisation appelée Sewage analysis CORE Group-Europe (SCORE), utilisent l’analyse des eaux usées pour estimer la consommation de drogues illégales en Europe.

Pour étudier les habitudes de consommation de drogues de ces communautés, les scientifiques ont prélevé des échantillons d’eaux usées acheminées dans des stations d’épuration au sein de chaque ville testée. Ils ont recherché des drogues illicites dans les échantillons en mesurant les niveaux de métabolites excrétés dans l’urine. Les tests identifient les métabolites de la cocaïne, du crack, du cannabis, de l’amphétamine, de la méthamphétamine et de la MDMA, mais pas de l’héroïne, car son métabolite s’est révélé instable dans l’eau.

à lire :  14% des Américains disent utiliser des produits CBD

Les principales conclusions de l’étude de 2021 sont les suivantes :

Les résultats ont montré des modèles géographiques et temporels distincts de consommation de drogues dans toutes les villes européennes. Bien que les niveaux varient d’un endroit à l’autre, toutes les drogues illicites sont présentes dans presque toutes les villes. Les niveaux du métabolite de la cocaïne, la benzoylecgonine (BE), sont les plus élevés dans les villes d’Europe occidentale et méridionale, et plus particulièrement dans les villes de Belgique, des Pays-Bas et d’Espagne. Londres a déjà été considérée comme l’une des villes européennes où la consommation de cocaïne est la plus élevée, mais Bristol est la seule ville britannique couverte par l’étude. Les villes d’Europe de l’Est présentaient de faibles niveaux de consommation de cocaïne, bien que celle-ci ait augmenté ces dernières années. Les niveaux d’amphétamines varient largement d’une ville à l’autre, les niveaux les plus élevés ont été enregistrés dans le nord et l’est de l’Europe, ainsi qu’en Suède, en Belgique, aux Pays-Bas et en Finlande. Cette évolution suit la tendance observée les années précédentes. La consommation de méthamphétamine, habituellement faible et concentrée en Tchécoslovaquie et en Slovaquie, a été constatée cette année en Belgique, dans l’est de l’Allemagne, en Espagne, en Turquie et en Europe du Nord. Dans d’autres endroits, les niveaux de méthamphétamine étaient très faibles, voire négligeables. Les niveaux de MDMA ont atteint des sommets dans des villes de Belgique, d’Allemagne, des Pays-Bas, de Suède et de Norvège. L’Espagne, la Croatie, les Pays-Bas et la Slovénie présentaient les charges les plus élevées de THC-COOH, un métabolite du cannabis.

à lire :  L'auteur de transpotting dénonce la guerre contre la drogue

L’étude, qui porte sur les eaux usées de près de 45 millions de personnes, a également révélé que la seule drogue dont la consommation n’a pas augmenté était la MDMA, ce qui serait dû à la fermeture à long terme des boîtes de nuit lors des lockdowns pendant le COVID-19. La consommation de cannabis et de cocaïne s’est poursuivie sur une courbe ascendante tout au long de la pandémie.

Les différences dans les niveaux de drogues trouvées, et quelles drogues sont trouvées dans les villes étudiées peuvent être expliquées par de nombreux facteurs, y compris les niveaux de prohibition et d’application de la loi, la capacité des consommateurs à obtenir certaines drogues, les niveaux de vie nocturne, les densités de population étudiante et les données démographiques sur l’âge. Les niveaux de cocaïne et de MDMA sont généralement plus élevés dans les grandes villes que dans les zones rurales, ce qui n’est pas le cas pour le cannabis et les amphétamines.

« Les résultats montrent à la fois une augmentation et une propagation pour la plupart des substances étudiées, ce qui reflète un problème de drogue à la fois omniprésent et complexe », a déclaré Alexis Goosdeel, directeur de l’OEDT.


Tags : consommateursDrogueEuropesondagestatistique
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.