attica athens university cannabis

Évaluation du cannabis médical et de la qualité de vie liée à la santé

Étude grecque  : Qualité de vie des patients recevant du cannabis médical

Une autre étude portant sur la qualité de vie des patients consommant du cannabis médical a révélé que la majorité d’entre eux en retiraient des avantages, cette fois-ci chez les patients atteints de troubles neurologiques.

Dans le cadre de cette étude menée par des chercheurs du département des soins infirmiers de l’université de l’Attique occidentale, à Athènes, en Grèce, cent patients ayant consommé du cannabis médical ont répondu à un questionnaire sociodémographique et clinique, ainsi qu’à l’échelle SF-36 d’évaluation de la qualité de vie. La RAND Corporation a mis au point l’enquête sur la santé SF-36 en 1992 et l’a largement utilisée depuis.

Les chercheurs ont constaté que la majorité des participants utilisant du cannabis médical pour traiter des troubles neurologiques (58%) ont signalé.

  • une diminution de leurs symptômes (96%)
  • une amélioration de leur énergie et de leur vitalité (68%)
  • une capacité à accomplir leurs tâches professionnelles (88%)
  • une amélioration du sommeil (79%) et de l’appétit (71%)

Les participants qui ont fait état d’une plus longue période d’utilisation du cannabis médical ont également fait état d’une augmentation statistiquement significative de leur énergie et de leur vitalité, ainsi que d’une amélioration de leur état de santé mentale et générale.

Le cannabis médical a fait l’objet de nombreuses stigmatisations. Comment ces patients gèrent-ils la divulgation de leur consommation à leur entourage ?

L’étude a révélé que la majorité des patients (85 %) ont révélé leur consommation de cannabis médical aux membres de leur famille. Il est important de noter que 93 % d’entre eux ont été soutenus par les membres de leur famille dans leur décision. Mais en dehors de la cellule familiale, 81 % n’ont pas révélé leur traitement à d’autres membres de leur entourage.

En 2017, le gouvernement grec a légalisé l’usage du cannabis à des fins médicales sur prescription médicale et, l’année suivante, il a levé l’interdiction de le cultiver ou de le produire pour des parties dûment autorisées. Toutefois, ce n’est qu’au début de cette année que la première installation de production de cannabis médical en Grèce a commencé à fonctionner. L’absence de production, combinée à l’interdiction d’importer des produits à base de cannabis, signifie que de nombreux patients ont encore accès à des médicaments contenant du tétrahydrocannabinol (THC) par des voies illicites, bien qu’il existe un marché légal important pour d’autres cannabinoïdes tels que le cannabidiol (CBD).

Dans le même ordre d’idées, une étude australienne (Swinburne University of Technology, Melbourne, Victoria) publiée en début d’année et évaluant la qualité de vie de milliers de patients souffrant de diverses pathologies* et consommant du cannabis médical a révélé que les patients déclaraient des améliorations significatives par rapport à la situation de départ sur les 8 aspects du SF-36, et que ces améliorations se maintenaient pour la plupart dans le temps.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer