L’université de Yale se penche sur la science du cannabis

yale university cannabis

L’université de Yale se penche sur la science du cannabis

YSM va créer le Yale Center pour la science du cannabis et des cannabinoïdes

Alors que les États du pays légalisent la vente de cannabis, un nouveau centre de Yale étudiera ses effets sur le cerveau et la santé mentale. La Yale School of Medicine a récemment annoncé la création du nouveau Yale Center for the Science of Cannabis and Cannabinoids, qui étudiera les effets aigus et chroniques du cannabis et des cannabinoïdes sur le développement neurologique et la santé mentale. Son directeur inaugural sera Deepak Cyril D’Souza, professeur de psychiatrie Albert E. Kent et expert en pharmacologie des cannabinoïdes.

L’annonce de la création du centre a été faite le 30 janvier 2023 par Nancy J. Brown, MD, doyenne de la faculté de médecine Jean et David W. Wallace et titulaire de la chaire C.N.H. Long de médecine interne ; et John H. Krystal, MD, titulaire de la chaire de recherche translationnelle Robert L. McNeil, Jr. Professor of Translational Research ; professeur de psychiatrie, de neuroscience et de psychologie ; et président du département de psychiatrie de Yale.

Brown et Krystal ont déclaré dans leur annonce que le lancement du centre intervient à un moment où la commercialisation du cannabis est en plein essor aux États-Unis. La vente au détail de cannabis a commencé dans le Connecticut en janvier, et le centre placera Yale à l’avant-garde des études sur ses effets sur la santé humaine.

Le nouveau centre utilisera une approche multidimensionnelle et multidisciplinaire pour étudier les effets aigus et chroniques du cannabis et des cannabinoïdes, ont déclaré les Drs Brown et Krystal. Le financement initial sera assuré par le département de psychiatrie, avec le soutien du bureau du doyen. Le financement soutiendra des études pilotes en vue de l’élaboration d’une demande de subvention de centre de type P50 axée sur le cannabis, les cannabinoïdes, le développement neurologique et la santé mentale.

La création de ce centre intervient au moment où la vente au détail de cannabis commence dans le Connecticut. Vingt et un États ont légalisé la vente de marijuana à des fins récréatives.

M. D’Souza s’est récemment entretenu avec Yale News pour discuter des objectifs du nouveau centre, de ce qu’il souhaite réaliser en tant que directeur et de la manière dont le public peut s’impliquer. L’entretien a été édité et condensé.

Pour commencer, pouvez-vous expliquer la différence entre « cannabis » et « cannabinoïdes » ?

https://news.yale.edu/2023/02/22/yale-digs-science-cannabis

Deepak Cyril D’Souza : Le cannabis contient un certain nombre de produits chimiques, notamment des cannabinoïdes, des flavonoïdes et des terpénoïdes. Le delta-9-tétrahydrocannabinol, ou THC, qui produit les principaux effets psychoactifs du cannabis, est un cannabinoïde. Le THC se lie aux récepteurs cannabinoïdes du cerveau et du corps. Le CBD [cannabidiol] est un autre cannabinoïde présent dans les plantes de cannabis, mais il ne produit pas les effets psychoactifs typiques du THC.
Pourquoi lancer le centre maintenant ?

M. D’Souza : Avec l’évolution du paysage du cannabis, c’est le bon moment. Le Connecticut a récemment commencé à vendre du cannabis au détail, et dans les États du pays, les lois ont été modifiées pour rendre le cannabis plus accessible. Il y a aussi des changements dans la puissance et la disponibilité du cannabis et de ses dérivés. De plus en plus de personnes consomment du cannabis et il est raisonnable de penser que les jeunes vont en être les victimes, tout comme le tabac et l’alcool.

L’évolution des lois a-t-elle facilité l’étude du cannabis ?

D’Souza : Il y a eu des obstacles réglementaires dans le passé et j’espère qu’avec certains de ces changements, il sera plus facile pour un plus grand nombre de chercheurs de faire ce genre de travail.
Quels sont vos objectifs en tant que directeur ?

D’Souza : Le premier est de rassembler les gens. Un aspect important d’un centre est de rassembler des personnes qui ont des intérêts et des compétences complémentaires d’une manière qui n’était peut-être pas possible auparavant. J’aimerais créer un forum où, sur une base régulière, les gens peuvent se réunir pour discuter des projets en cours et des possibilités de collaboration.

Le deuxième objectif est de créer un centre qui soit autosuffisant. Il faut des ressources pour soutenir un centre et, bien que le bureau du doyen et la chaire de psychiatrie aient généreusement contribué au financement d’un programme pilote, nous aimerions soumettre une demande de subvention importante dans deux ou trois ans. Ce type de subvention permettrait de soutenir le centre sur une plus longue période.

Quels types de questions le centre va-t-il poser ?

D’Souza : Pour l’instant, le centre s’intéresse largement à l’impact du cannabis sur le développement du cerveau et sur la santé mentale. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres sujets d’intérêt et de pertinence, et au fur et à mesure que nous lançons des projets pilotes, les objectifs du centre peuvent devenir plus ciblés.

Mais nous aborderons les questions sous différents angles. Par exemple, il y a des études d’observation que nous pouvons faire sur des humains et des études expérimentales que nous ne pouvons pas faire. C’est là qu’interviennent les approches complémentaires, où les études sur les animaux ou sur les organoïdes cérébraux deviennent pertinentes et complémentaires aux travaux sur les humains.

Comment les projets et les chercheurs seront-ils affiliés au centre ?

D’Souza : J’ai réuni à Yale un groupe de chercheurs qui font tout, de la recherche fondamentale à la recherche clinique, et qui travailleront avec moi pour examiner les demandes de financement pilote. Nous espérons annoncer ce processus au cours des prochaines semaines.

Les changements dans les politiques liées au cannabis récréatif se produisent rapidement. Que voulez-vous que le public sache sur le centre ?

D’Souza : En fin de compte, nous faisons cela pour générer des informations de la plus haute qualité que les gens peuvent utiliser pour prendre des décisions à de nombreux niveaux différents – individus, villes, départements de santé publique, États, par exemple.

J’ai déjà reçu des courriels de personnes de la communauté demandant plus d’informations sur le centre et ses objectifs. Certains m’ont demandé si le centre allait être pour ou contre le cannabis. Et ma réponse est que nous voulons simplement recueillir des informations sur la science du cannabis et des cannabinoïdes. Nous voulons faire avancer la science.

Les gens ont également demandé comment ils pouvaient s’impliquer. Et bien que ce soit un peu prématuré pour cela, dès que nous aurons des études approuvées par nos comités d’examen institutionnels, les gens auront la possibilité de participer.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer