close
Science

Le THC peut réduire la fonction plaquettaire

L’administration chronique de Δ9-tétrahydrocannabinol par voie alimentaire à des primates réduit l’activité et la fonction plaquettaires systémiques

La consommation de marijuana peut entraîner un dysfonctionnement des plaquettes, selon les données recueillies dans une nouvelle étude menée sur des primates non-humains. Les plaquettes, un des composants du sang, jouent un rôle important pour garantir la « bonne santé » des vaisseaux sanguins et du système vasculaire, et les plaquettes contribues aussi à la cicatrisation des plaies et au développement du placenta pendant la grossesse. L’article est publié dans l’AméricanJournal Of Physiology-Cel Physiology avant son impression.

Que sont les tests de la fonction plaquettaire ?

Les plaquettes (« thrombocytes« ) sont des cellules du sang qui circulent librement jusqu’à ce qu’une blessure survienne, ce qui les attire pour qu’elles s’accumulent à cet endroit et constituent l’une des premières étapes du processus de coagulation. La guérison commence par l’hémostase, et les plaquettes jouent un rôle initial crucial dans le cycle de coagulation/dissolution du caillot qui fait partie de la guérison.

Les quatre principales fonctions des plaquettes sont :

  • Adhésion les unes aux autres
  • Activation
  • Agrégation
  • la participation synergique avec d’autres facteurs de coagulation.

Lorsque les plaquettes circulantes sont exposées à un tissu, comme c’est le cas lorsqu’une blessure interrompt la paroi qui les sépare, elles adhèrent au tissu, ce qui les active à sécréter des facteurs qui attirent d’autres plaquettes à faire de même. Ensuite, le fibrinogène circulant commence à se lier, ce qui provoque une nouvelle agrégation plaquettaire, qui stabilise le caillot en formation. Pendant ce temps, le tissu exposé à la circulation vasculaire signale d’autres processus qui déclenchent d’autres cycles du processus de coagulation.

Lorsqu’une personne ne parvient pas à coaguler efficacement ou lorsqu’il y a un fonctionnement excessif des plaquettes qui produit des caillots susceptibles d’obstruer la circulation sanguine ou de provoquer une embolie, une ou plusieurs des quatre fonctions ci-dessus sont anormales, et le test plaquettaire est un outil important pour rechercher la cause afin de pouvoir intervenir de manière appropriée.

à lire :  LES CANNABINOÏDES ÉLIMINENT LES PROTÉINES D'ALZHEIMER FORMANT DES PLAQUES DANS LES CELLULES DU CERVEAU

Bien que le simple fait de compter les plaquettes dans un certain volume de sang soit utile pour identifier une thrombocytopénie (c’est-à-dire un nombre insuffisant de plaquettes, entraînant des saignements), cela ne permet pas de mesurer leur bonne fonction ni d’identifier leur dysfonctionnement dans l’organisme. La difficulté d’évaluer la fonction plaquettaire telle qu’elle se produit à l’intérieur du corps, qui rend la numération plaquettaire insuffisante pour les diagnostics de dysfonctionnement, a été résolue grâce à des technologies récentes.

Les tests de la fonction plaquettaire sont non seulement utiles pour diagnostiquer les troubles de la coagulation ou les thromboses, mais aussi pour déterminer l’efficacité du traitement lorsque des médicaments antiplaquettaires sont utilisés pour traiter une tendance à la coagulation dans des situations anormales.

La fonction plaquettaire et le THC

La consommation de cannabis a augmenté régulièrement à mesure que l’acceptation augmente pour des raisons médicales et récréatives. Le cannabis médical est administré pour le traitement de la douleur chronique en partant du principe que les signaux du système endocannabinoïde désensibilisent les neurones capteurs de la douleur et produisent des effets anti-inflammatoires. Le principal ingrédient psychoactif du cannabis est le Δ9-tétrahydrocannabinol (THC) qui signale principalement par le récepteur cannabinoïde 1 (CBr), qui est également présent sur les cellules non neuronales, y compris les plaquettes sanguines du système circulatoire. In vitro, il a été démontré que la signalisation médiée par CBr inhibe de manière aiguë l’activation plaquettaire en aval de la glycoprotéine (GP)VI du récepteur plaquettaire du collagène. Les effets systémiques de l’administration chronique de THC sur l’activité et la fonction plaquettaires restent flous. Cette étude examine les effets de l’administration chronique de THC sur la fonction plaquettaire à l’aide d’un modèle de primate non humain (PNH).

thc in cannabis may re
Figure 1 : Évaluation de l’adhésion des plaquettes à une surface de collagène sous flux après administration chronique de THC comestible. (A) Moment de l’administration du THC comestible chez les femelles (n = 7) et les mâles (n = 3) et mesure des niveaux de THC dans le plasma. (B) Du plasma riche en plaquettes (PRP) provenant de n = 3 animaux mâles a été perfusé à 300 s -1 sur une surface recouverte de collagène pendant 5 minutes avant fixation. (C) Des images représentatives ont été prises et quantifiées pour la couverture de la surface des plaquettes par point de temps et (D) la taille globale sur la surface de collagène pour les femelles (n = 1) et les mâles (n = 3). Les données sont des moyennes ± SEM. Les données ont été analysées par ANOVA avec mesures répétées et Kruskal-Wallis avec test post hoc de Dunn. *p < 0,05 par rapport à la ligne de base. Figure créée avec BioRender.com. Crédit : https://journals.physiology.org/doi/pdf/10.1152/ajpcell.00373.2021

On estime que 22 millions de personnes aux États-Unis consomment chaque mois de la marijuana à des fins récréatives ou médicales. La concentration de delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) – le composant psychoactif responsable du « high » de la drogue – dans les produits à base de cannabis a augmenté au fil des ans, passant de moins de 4 % à plus de 15 % en 2018.

« Bien que la marijuana ait été utilisée pour le traitement des douleurs chroniques, de l’insomnie, des nausées et des vomissements, des études ont également suggéré que la consommation de marijuana est associée à un dysfonctionnement du système cardiovasculaire, y compris à la fois la thrombose et l’intégrité vasculaire compromise dans certains cas », ont écrit les chercheurs d’une nouvelle étude. Dans cette étude, l’équipe de recherche a exploré les effets du THC sur la fonction plaquettaire chez les singes macaques rhésus.

à lire :  Le CBD est un antibiotique contre le streptocoque et le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline

Chaque matin, avant le petit-déjeuner, les macaques rhésus mâle et femelles ont reçu un biscuit avec du THC. Pendant plusieurs mois, les chercheurs ont augmenté progressivement les niveaux de THC des biscuits destinés aux animaux afin de se rapprocher des doses standard en fonction de leurs poids et conformément aux recommandations des doses de cannabis médical recommander au Colorado. L’équipe de recherche a comparé les échantillons du sang des macaques avant et après l’essai et a constaté que le THC réduisait l’agrégation des plaques, étape importante dans le processus de formation de caillots de sang et diminuait la production de thromboxanes, un lipide impliqué dans la coagulation. Par contre, le THC n’a pas eu d’incidence sur le temps de coagulation.

Les chercheurs ont écrit que ces résultats pourraient inciter les personnes qui subissent une intervention chirurgicale ou qui sont enceintes à se soumettre à un examen approfondi de leurs antécédents pharmaceutiques. « Nos observations peuvent avoir des implications importantes pour les politiques de santé clinique concernant l’utilisation de la marijuana médicale à l’avenir. »

Les résultats montrent que les PNH féminins et masculins consommant quotidiennement un aliment au THC avaient réduit l’adhérence, l’agrégation et la sécrétion de granules plaquettaires en réponse à certains agonistes plaquettaires. De plus, une modification des lipides bioactifs (oxylipines) a été observée dans la cohorte féminine après l’administration de THC. Indiquant que l’administration chronique de THC comestible a désensibilisé l’activité et la fonction des plaquettes en réponse à l’activation basée sur les récepteurs couplés aux protéines GPVI et G en interférant avec les voies de signalisation de rétroaction primaires et secondaires. Ces observations peuvent avoir des implications cliniques importantes pour les patients qui consomment de la marijuana à des fins médicales et pour les prestataires qui s’occupent de ces patients.


Tags : douleur chroniqueEtudeSystème endocannabinoïdetest sanguin
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.