close
Lifestyle

La weed améliore-t-elle la capacité à coder ?

Une nouvelle étude révèle que la grande majorité des programmeurs ont consommé du cannabis en travaillant

Le cannabis semble stimuler la créativité des programmeurs de logiciels. En effet, plus d’un tiers des personnes interrogées dans le cadre d’une nouvelle étude ont déclaré avoir consommé de la marijuana pendant leur travail, estimant que cela les aidait à entrer dans la « zone de programmation ». Hashing It Out : Une enquête sur l’utilisation, la perception et la motivation du cannabis des programmeurs

Un tiers des programmeurs consomment de la marijuana en travaillant, avec de nombreux avantages créatifs

Intitulée « Hashing It Out : A Survey of Programmers’ Cannabis Usage, Perception, and Motivation », et publiée au début du mois dans la revue arXiv de l’université Cornell, l’étude révèle que 35% des participants à l’enquête ont « essayé le cannabis tout en programmant ou en effectuant une autre tâche liée à l’ingénierie logicielle », tandis que 18 % le font actuellement au moins une fois par mois. Plus de 70 % de ce groupe ont révélé qu’ils avaient consommé de la marijuana en travaillant au cours de l’année écoulée.

Les résultats proviennent d’une étude menée par des chercheurs de l’université du Michigan qui ont interrogé 803 développeurs, dont 450 programmeurs à temps plein, sur la prévalence de l’usage du cannabis, les perceptions, ainsi que les motivations.

à lire :  Les récepteurs CB2R régulent le cour de la cicatrisation cornéenne

Le plaisir et la perception d’une amélioration de la programmation étaient les principales motivations des participants à l’étude pour consommer du cannabis. Le brainstorming, le prototypage, le codage et les tests étaient les tâches les plus courantes pour lesquelles les gens utilisaient du cannabis.

Dans l’ensemble, nous avons constaté que les programmeurs étaient plus susceptibles de déclarer des motivations liées au plaisir ou à l’amélioration de la programmation que des motivations liées au bien-être : les raisons les plus courantes étaient « rendre les tâches liées à la programmation plus agréables » (61%) et « penser à des solutions de programmation plus créatives » (53%) », indique l’étude.

Au moins 30 % des répondants ont choisi des raisons d’amélioration de la programmation. À l’inverse, les raisons liées au bien-être général, notamment la santé mentale ou la douleur chronique, ont été citées par moins de 30 % des personnes interrogées.

Par ailleurs, la motivation première de l’étude était de remédier aux « pénuries de recrutement pour certains emplois » dans le secteur de la programmation, les politiques de dépistage des drogues étant reconnues comme un facteur contributif possible.

« Cette interdiction de la consommation de cannabis dans l’ingénierie logicielle a contribué à une pénurie d’embauche largement rapportée pour certains emplois de programmation du gouvernement américain », indique l’étude.

à lire :  Des chiens renifleurs entraînés à ignorer les mauvaises herbes

De plus les auteurs de l’étude, Madeleine Endres – KevinBoehnke et Westley Weimer – ont précisé que bien évidemment le problème est le même au niveau fédéral, évoquant l’intention de l’ancien directeur du FBI qui en 2014 souhaitait assouplir les politiques d’emploi du bureau en matière de consommation de drogues.

 » Beaucoup de programmateurs informatiques et gourous du piratage sont également friands de marijuana et ils font parti des meilleurs. Je dois donc embaucher un personnel de qualité pour rivaliser avec ces cybercriminels et certains de ces jeunes veulent fumer de l’herbe » avait-il déclaré dans un entretien en 2014 au Washington Post.

Néanmoins, l’étude a révélé que même ceux qui ne consomment pas de marijuana sont favorables à la réforme, 91% des participants affirmant que le cannabis médical et récréatif devrait être légal, contre 60% de la population générale des États-Unis en 2021, soulignent les auteurs.

« Nos résultats ont une incidence sur l’élaboration des politiques en matière de drogues dans le cadre du travail et motivent également la volonté de futures recherches sur la consommation de cannabis pendant l’élaboration des programmes informatiques  » indique l’étude en conclusion.


Tags : consommateursEtudeMarijuanaTechnologie
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.