close
Culture

Un dangereux viroïde pourrait entraîner des milliards de dollars de pertes pour les cultivateurs

Viroïde latent du houblon : une menace cachée pour l’industrie du cannabis

Depuis 2018, les cultivateurs de cannabis surveillent de près le viroïde latent du houblon (HpLVd), dangereusement infectieux. Toutefois, ces précautions n’ont pas suffi à empêcher la propagation du viroïde, ou infection de la plante. Aujourd’hui, le secteur est confronté à une pandémie potentielle qui pourrait entraîner la perte de milliards de dollars.

hplvd hop latent viroid
Le Hop latent viroid (HLVD ou HpLVD) du houblon (communément appelé maladie du dudding) est un ARN infectieux circulaire à simple brin

Les chercheurs ont qualifié le viroïde de “plus grande préoccupation pour les producteurs de cannabis et de houblon du monde entier”.

La difficulté avec ce viroïde est qu’il n’y a aucun moyen de l’empêcher d’infecter les plantes. Même les cultivateurs en intérieur ne disposent d’aucun contrôle environnemental pour lutter contre lui. En outre, s’il est présent dans une plante et qu’il n’est pas immédiatement reconnu, il se propage rapidement.

La seule chose que les cultivateurs peuvent faire est de prendre des mesures préventives pour arrêter la propagation du viroïde. Mais cela ne va pas sans difficultés. De plus, il peut être impossible de l’éliminer.

Selon Oussama Badad, cofondateur et directeur scientifique de Growmics, “le problème est que l’industrie du cannabis, depuis au moins 20 ans, n’est basée que sur les clones. Tout le monde expédie donc des clones d’un endroit à l’autre et personne ne fait de tests, ou personne n’est au courant de la méthodologie pour tester ce virus.”

En raison de ces mesures commerciales, ce viroïde s’est retrouvé partout dans le monde. Notamment partout où des clones de cannabis en provenance de Californie ont été expédiés.

Effets du viroïde Latent du houblon

Les experts ont compris que la forme la plus courante de transmission de ce viroïde est l’utilisation d’outils de coupe. Toutefois, cette connaissance n’est peut-être pas suffisante pour prendre des mesures de protection. Le viroïde est furtif en ce sens qu’il apparaît d’abord comme asymptomatique.

Le viroïde se loge d’abord dans les racines de la plante, mais il gagne rapidement les feuilles et les fleurs (en l’espace de deux à trois semaines). Ce virus est souvent apparu dans des cultures hydroponiques, car il se déplace plus facilement dans l’eau.

Une fois infectée, une plante ne meurt pas du virus. Cependant, il provoque des problèmes de croissance – le cannabis semble plus court et les trichomes ne se développent pas. En conséquence, les plantes ont également tendance à présenter des niveaux inférieurs de tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD).

Les experts recommandent de tester les plantes à plusieurs reprises. La difficulté réside dans le fait que les résultats des tests peuvent d’abord être négatifs puis, quelques semaines plus tard, apparaître positifs.

La propagation rapide s’accompagne de pertes financières

Comme nous l’avons vu, le viroïde se propage le plus souvent par l’intermédiaire d’outils de coupe. Cependant, cette propagation ne provient pas uniquement de ces instruments.

Les experts avertissent que le viroïde se dépose probablement dans le sol de la plante de cannabis (ou dans l’eau des cultures hydroponiques). En outre, il a été découvert dans les graines et se déplace par l’intermédiaire de ceux qui les touchent. Dans les cas les plus subtils, il suffit qu’une plante infectée frôle une plante saine pour que le virus se transmette.

Et ce n’est qu’un début. Les insectes qui font des trous dans les plantes peuvent créer d’autres voies d’accès pour le virus. Le viroïde peut se propager dans l’air et se retrouver dans le pollen.

Les chercheurs ont ainsi constaté que dans les installations agréées aux États-Unis et au Canada, le virus apparaît dans 25 à 50% des productions. Selon d’autres estimations, ce chiffre est plus proche de 30%.

Quoi qu’il en soit, comme le fait remarquer Jeremy Warren, directeur de la science des plantes pour la société Dark Heart, basée à Oakland : “Cela se traduit par plus de 4 milliards de dollars de pertes annuelles pour les cultivateurs américains qui devaient produire plus de 7 millions de cannabis légal en 2021.”

La bonne nouvelle, c’est que la recherche trouve des moyens de tuer ce viroïde. Une étude menée par l’équipe du laboratoire Dark Heart a permis d’éliminer le viroïde dans 31 souches.

Cependant, ce viroïde est coriace et continuera à persister. Nombreux sont ceux qui pensent qu’il ne pourra jamais être totalement éradiqué. Cependant, beaucoup sont optimistes et pensent qu’il pourra être réduit à un niveau bas afin de ne pas trop nuire à l’industrie du cannabis.

Tags : Techniques de Culture et Récolte Durables
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.