Remède Intelligent pour les Sols Méditerranéens Contaminés par le Cuivre

Remède Intelligent pour les Sols Méditerranéens Contaminés par le Cuivre

Nettoyer les Sols Contaminés par le Cuivre avec le Chanvre

Les métaux lourds, dont le cuivre, peuvent représenter une menace pour la santé des plantes et des animaux en raison de leur densité atomique élevée. Alors que certains métaux agissent comme des oligo-éléments essentiels en faibles concentrations, ils deviennent toxiques au-delà d’un seuil critique. On les désigne alors comme des Éléments Potentiellement Toxiques (EPT). Ces métaux persistent dans l’environnement, provenant à la fois de sources naturelles et anthropiques, avec le développement industriel rapide et l’utilisation intensive des engrais comme principaux contributeurs à la pollution. Une étude du potentiel de phytoremédiation du chanvre industriel dans le nettoyage des sols méditerranéens contaminés par le cuivre a révélé des résultats intéressants.

Phytoremédiation : Une Approche Prometteuse

Les sols, en tant que réceptacles directs ou indirects de polluants résistants tels que les métaux lourds, subissent des conséquences négatives sur leur santé et sur les organismes vivants qui les habitent. La différence entre les concentrations “totales” et “disponibles” pour les plantes dans le sol est cruciale. Les approches conventionnelles pour remédier aux sols contaminés par des métaux lourds incluent l’ajout de médias appropriés, de solides à grande surface et de résidus végétaux. Cependant, ces méthodes sont coûteuses et peuvent présenter des risques environnementaux.

La phytoremédiation, qui consiste à utiliser les plantes pour soulager, stabiliser, transporter ou dégrader les polluants du sol, est une méthode émergente et prometteuse. Elle exploite divers mécanismes, notamment l’accumulation (phytoextraction), la dégradation (phytodegradation), l’immobilisation (phytostabilisation), et la diffusion (phytoprotection) des contaminants. Ces mécanismes sont utilisés individuellement ou en combinaison selon le type de polluant. Les plantes hyperaccumulateurs, capables d’accumuler de grandes quantités de métaux dans leur biomasse aérienne, sont couramment utilisées en phytoremédiation.

Une récente étude, intitulée “Phytoremediation & Valorization of Cu-contaminated Soils Through Cannabis sativa (L.) Cultivation” menée par des chercheurs de l’Université de Thessalie et de l’Université Aristote de Thessalonique en Grèce, a révélé des résultats intrigants quant à l’utilisation du chanvre industriel (Cannabis sativa L.) pour nettoyer les sols méditerranéens contaminés par le cuivre.

L’objectif principal de cette recherche était d’évaluer le potentiel de phytoremédiation du chanvre industriel dans le contexte spécifique des sols méditerranéens contaminés par le cuivre. Les chercheurs se sont également penchés sur l’accumulation de cuivre dans différentes parties du chanvre et ont examiné l’impact du sol contaminé sur la production de cannabidiol (CBD), un composé bénéfique du chanvre.

L’étude a utilisé deux types de sol, un limon argileux et un limon argileux sableux, exposés à des niveaux variables de contamination par le cuivre. Les chercheurs ont analysé les concentrations totales et disponibles de cuivre dans les sols, ainsi que la présence de cuivre dans les différentes parties des plantes de chanvre. Des mesures de hauteur, de biomasse fraîche aérienne et de chlorophylle foliaire ont été effectuées, et la quantité de cannabidiol (CBD) dans les fleurs de chanvre a été déterminée.

Les résultats ont démontré la grande résistance du chanvre, capable de prospérer dans des sols présentant à la fois des niveaux faibles et élevés de cuivre. Les concentrations maximales de cuivre ont été identifiées dans les parties supérieures des racines, diminuant progressivement vers les parties supérieures de la plante. Plus de 50 % de la concentration totale de cuivre a été trouvée dans les racines. De manière intrigante, les plantes de chanvre cultivées dans des sols fortement contaminés par le cuivre ont montré une production accrue de cannabidiol (CBD).

Le chanvre s’est avéré être une plante prometteuse pour la phytostabilisation des sols contaminés par le cuivre, fournissant une biomasse aérienne pratiquement exempte de métaux. Cette biomasse pourrait être valorisée pour la production de fibres. De plus, la présence de cuivre n’a pas perturbé la production de CBD, suggérant que le chanvre cultivé dans de tels environnements pourrait offrir des avantages supplémentaires.

Applications Pratiques

Au-delà de son rôle écologique dans la décontamination des sols, la culture du chanvre pourrait devenir une source prometteuse de cannabidiol (CBD). Les plantes cultivées dans des sols riches en cuivre ont présenté une production accrue de CBD, ouvrant des perspectives passionnantes pour l’industrie pharmaceutique et les produits dérivés du chanvre.

Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’impact des métaux accumulés sur la qualité et la sécurité du CBD produit. Ces études pourraient fournir des informations cruciales pour guider l’utilisation du chanvre dans la phytoremédiation et la production de composés bénéfiques pour la santé humaine.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer