close
Business

L’industrie du cannabis a-t-elle un problème de monopole ?

Capitalisme et contrôle de part de marché : Antitrust enquête

Le 24 juin dernier, John Elias, porte-parole du ministère américain de la justice, a déclaré que le procureur général William Barr avait ordonné des enquêtes sur 10 fusions de sociétés cannabis au cours de l’année fiscale 2019 en se fondant sur une opinion personnelle pour l’industrie. Cela semble beaucoup, a-t-il dit et c’est le cas. Selon le témoignage d’Elias, ces enquêtes ont représenté 29% des enquêtes complètes de la division antitrust (organisme chargé de l’application des lois américaines) sur les fusions pendant cette période. Les enquêtes du procureur général pourraient le mettre en accusation en vertu d’une nouvelle résolution.

“Ces fusions impliquent des sociétés ayant de faibles parts de marché dans une industrie fragmentée ; elles ne répondent pas aux critères établis pour les enquêtes antitrust”, a écrit Elias, dont la description de poste inclut la poursuite des systèmes de fixation des prix dans l’industrie pharmaceutique. Elias a affirmé que son équipe avait préparé un mémo pour Barr expliquant tout cela, mais que Barr avait rejeté la recommandation. “La raison de cette décision n’était pas centrée sur une analyse antitrust, mais parce qu’il n’aimait pas la nature de leur activité sous-jacente”.

Aujourd’hui, plus de 30 membres du Congrès soutiennent une résolution visant à enquêter et à mettre en accusation Barr pour abus de pouvoir et détournement de ressources, sur la base du témoignage d’Elias.

Si dépenser 29% de l’énergie de la division antitrust pour en vouloir à la weed semble déraisonnable, il est bon de se demander à quel point. Après tout, l’industrie du cannabis a été inondée ces dernières années par de gros capitaux provenant de capital-risques, de conglomérats du tabac et d’alcool et d’investisseurs étrangers. Cette substance n’est toujours pas légale aux États-Unis, mais l’industrie pourrait-elle être menacée de monopole ?

En un mot, disent les initiés de l’industrie : Non.

C’est principalement parce que le cannabis reste très fragmenté, les fabricants n’ayant pas le droit d’envoyer des produits au-delà des frontières de l’État. Bien que certaines entreprises travaillent dans plusieurs États, David Feldman, un avocat basé à New York qui travaille avec des entreprises du secteur du cannabis sur des fusions et acquisitions, estime que les opérateurs multi-états (MSO, en langage industriel) dominants sont au nombre d’une douzaine environ.

“Il n’a pas été facile pour une entreprise américaine en particulier de dominer vraiment de manière écrasante”, dit-il. “Mon impression en apprenant à connaître les dirigeants d’un certain nombre de ces entreprises est qu’ils sont farouchement compétitifs”.

Pour situer le contexte, l’une des OSM les plus saines, Curaleaf, dont le siège est dans le Massachusetts, a enregistré l’année dernière des recettes de 221 millions de dollars, sur un marché légal estimé à 12,2 milliards de dollars aux États-Unis. Quelques calculs sur papier montrent que même Curaleaf, un acteur considérable qui opère dans 17 États, détient moins de 2 % du marché américain.

Andrew DeAngelo, cofondateur de Harborside – une institution parmi les dispensaires californiens qui ont été introduits en bourse au Canada en 2019 – qualifie les enquêtes antitrust de “comiques et absurdes”.

“Être un opérateur multi-états dans le domaine du cannabis est extrêmement coûteux”, dit-il. “C’est pourquoi des organisations comme MedMen et d’autres sont tellement en détresse en ce moment. Cela leur coûte beaucoup plus cher de mettre un pied dans le sol que ce qu’il vaut réellement en ce moment”.

MedMen est en effet en détresse. Dans un effondrement épique comprenant des allégations de manipulation d’actions, de fraude bancaire, de violation du droit du travail et de sectarisme, la chaîne de dispensaires éclaboussée a perdu 95% de sa valeur marchande. La tentative de MedMen d’acquérir la société de cannabis médical PharmaCann, basée à Chicago, en échange de 25 % de ses actions (qui valaient alors près de 700 millions de dollars) est restée bloquée dans un examen du ministère de la justice pendant que ses actions glissaient. MedMen affirme que l’accord a été écrasé un mois après son approbation en raison de retards réglementaires. Et s’il ne fait aucun doute que les allégations contre la société méritent l’attention, son potentiel monopolistique est loin d’être négligeable.

Pour l’instant, c’est l’interdiction fédérale, et non le ministère de la Justice, qui empêche le cannabis de courir un risque significatif de monopole. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun risque. L’analyste de Cowen, Vivien Azer, prédit que le cannabis va évoluer comme l’industrie de la bière : quelques grands acteurs qui contrôlent le paysage national, et des milliers de marques régionales et locales.

“Je pense que l’industrie reste probablement un grand oligopole organisé avec une concentration en termes de force régionale”, dit Mme Azer.

Déjà, sur les grands marchés comme la Californie, ceux qui contrôlent l’offre concentrent le pouvoir. Marie Montmarquet, qui a cofondé MD Farms, une ferme de 50 000 pieds carrés dans la région de la Baie, affirme que ce ne sont pas les lois antitrust qui aideront à protéger les petites et moyennes entreprises comme la sienne, mais les limites de la superficie disponible pour chaque cultivateur. “Pour moi, les monopoles seront créés par les personnes autorisées à obtenir le plus d’espace de culture en Californie”, dit-elle.

Mme DeAngelo convient que des politiques soutenant une diversité d’entreprises seront nécessaires pour créer un accès au cannabis et des prix qui puissent concurrencer le marché illégal.

“Même si une ou deux entreprises, voire une poignée d’entreprises, ne dominent pas le marché, les capitaux nécessaires pour se lancer dans cette activité peuvent mettre à rude épreuve les petites entreprises. C’est là un problème plus important, je pense”, explique M. DeAngelo. “Même

Source : QZ

Tags : DispensaireJusticeTraficUS
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.