close
Santé

Quel est le lien entre le cannabis et le sucre ?

Quels sont les meilleurs substituts du sucre pour le cannabis ?

Si les produits comestibles sont la méthode choisie par un patient pour consommer du cannabis médical, le sucre pourrait devenir un problème sérieux. Alors, comment les patients peuvent-ils rendre un produit comestible plus sain ? Il existe des ingrédients alternatifs avec les quels une personne pourrait essayer de fabriquer ses propres alternatives plus saines.

L’Amérique consomme quotidiennement plus de sucre que tout autre pays du monde. Selon The Diabetes Foundation, la consommation quotidienne approximative de sucre pour l’Américain moyen est de 126 grammes. Cela représente plus de 45 kg de sucre par an. Les chercheurs et les médecins attribuent au sucre la responsabilité de la crise sanitaire croissante dans le pays, notamment l’augmentation des taux d’obésité, de diabète et de maladies cardiaques.

En raison des risques pour la santé, cet ingrédient sucré est de plus en plus tabou, et maintenant les substituts du sucre sont tout aussi fréquents sur les étiquettes que dans la réalité. Le stévia, les agaves et divers sirops brisent lentement l’emprise du sucre sur notre société, mais sont-ils plus sains ? Examinons l’un des substituts les plus populaires : le stévia est-il mauvais pour la santé ?

Bien qu’il puisse sembler étrange d’aborder le sujet du sucre sous l’angle du cannabis médical, il faut tenir compte de la popularité croissante des produits comestibles. Les analystes s’attendent à ce que les ventes de produits comestibles atteignent 4 milliards de dollars d’ici 2024 aux États-Unis et au Canada. Un coup d’œil sur le rayon d’un dispensaire et le lien avec le sucre est évident. Aujourd’hui, la plupart des produits comestibles sont des brownies, des biscuits, des bonbons, des gommes et des boissons gazeuses. La majorité d’entre eux contiennent du sucre.

L’étiquette peut faire des allégations de santé sur les bienfaits du stévia, de l’agave ou du miel, mais quelle est la vérité ? D’après les recherches actuelles, tous les édulcorants ne sont pas égaux. Le sucre, quelle que soit sa forme, endommagera le corps humain s’il est consommé en quantité importante.

Quel est le problème avec le sucre ?

Le sucre blanc, cristallisé et granuleux, que l’on retrouve dans la plupart des biscuits et des tartes, pose problème. En tant que produit très raffiné, il ne contient absolument aucune vitamine, aucun minéral, ni aucune valeur nutritive.

Le sucre raffiné a un indice glycémique élevé, qui se situe à 65. L’indice glycémique est une échelle qui décrit l’impact d’une substance sur le taux de glucose dans le sang. Un indice glycémique bas signifie une digestion, une absorption et une métabolisation lentes. Les sucres dont l’indice est plus élevé entraînent des pics d’insuline et, à terme, le diabète.

Alors que les édulcorants à indice glycémique élevé sont pires, le principal problème avec tout édulcorant est la quantité même qui se trouve dans le régime alimentaire nord-américain standard. Qu’il s’agisse de sirop d’agave, de miel ou de sucre de canne raffiné, tous ont le même impact. Il est donc préférable de poser la question “Le stévia est-il mauvais pour vous ?” plutôt que “Trop de stévia est-il mauvais pour vous ?

La recherche détaille clairement comment une trop grande quantité de sucre détruit l’esprit et le corps au fil du temps. En 2014, l’American Journal of Public Health a décrit2) comment un régime alimentaire riche en sucres accélère rapidement le processus de vieillissement. La recherche a également confirmé à plusieurs reprises que plus de sucre alimentaire signifie un risque accru d’obésité (comme résumé dans cet article du BMJ de 2014). Un excès de sucre peut également entraîner un déclin neurologique et un risque accru de démence, comme le rapportent les pages de The Atlantic en 2018.

Dans presque toutes les mesures de santé, le sucre a un impact négatif. Il est évident qu’il y a un argument en faveur du passage à des régimes à faible teneur en sucre et de l’adoption de meilleurs substituts du sucre à faible indice glycémique.

Les substituts du sucre dans la cuisine au cannabis

Dans un effort pour réduire les pics d’insuline, certains nutritionnistes plaident pour des édulcorants à faible indice glycémique. À titre d’exemple, le miel a un indice glycémique de 58, l’agave de 19 et le sirop d’érable de 54. Un indice glycémique bas est une bonne première étape, mais la suivante consiste à réduire la consommation de sucre autant que possible.

Si vous cuisinez avec du cannabis, quelles sont les alternatives au sucre blanc utilisées dans de nombreuses recettes ? Voici quelques options :

Stevia : la stévia est un nouvel édulcorant extrait d’une plante appelée Stevia rebaudiana. Contrairement à toutes les autres alternatives populaires au sucre, la stévia n’a aucun impact sur le sucre dans le sang. Ce fait a conduit à sa popularité croissante en tant que substitut. Bien qu’il n’existe aucune étude à long terme sur cette plante, la Food and Drug Administration la considère comme sûre.

Agave : Il s’agit d’une extraction sucrée tirée des plantes d’agave bleu originaires du Mexique. Il est très apprécié des nutritionnistes car il est environ 40% plus sucré que le sucre ordinaire, ce qui signifie qu’un peu d’agave fait beaucoup de chemin. L’agave, bien que moins raffiné que le sucre blanc, ne contient pas d’oligo-éléments précieux.

Le sirop d’érable : Le sirop d’érable est la sève concentrée des érables, une denrée de base au Canada. Chaque quarante litres de sève tirée de l’arbre équivaut à un litre de sirop d’érable. Comme d’autres édulcorants naturels, le sirop d’érable est principalement composé de fructose, mais il contient des antioxydants et plusieurs minéraux essentiels.

Le miel : Le miel est légèrement plus sucré que le sucre de table et a souvent une saveur florale qui dépend des fleurs pollinisées par ses créateurs, les abeilles. Comme le sirop d’érable, il est principalement composé de fructose, mais il contient également des vitamines et des minéraux, dont la niacine, la riboflavine, la thiamine et la vitamine B6. Pour tirer le maximum de nutriments d’une cuillère à soupe de miel, les patients voudront rechercher du miel brut non raffiné de source biologique.

Heureusement, les aliments sont faciles à préparer à la maison et les recettes sont adaptables. Les patients peuvent expérimenter des options salées, des substituts de sucre plus sains ou des recettes à teneur réduite en sucre. Au lieu d’une tasse de sucre raffiné, pourquoi ne pas passer à quelques gouttes de stévia ou à une petite quantité de miel cru et non pasteurisé ? Le régime alimentaire nord-américain est déjà plein de sucre ; il n’y a aucune raison pour que notre médecine le soit aussi.

Tags : AlimentaireConsommationdiabèteSubstitution
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.