Le Pakistan va légaliser le cannabis à des fins médicinales

Le Pakistan va légaliser le cannabis à des fins médicinales

Le gouvernement pakistanais va légaliser l’utilisation du cannabis à des fins médicinales, ouvrant ainsi la voie à l’exportation du chanvre et de ses produits dans un contexte de détresse économique.

En février, le gouvernement pakistanais a promulgué une ordonnance qui a conduit à la création de l’Autorité de contrôle et de régulation du cannabis (CCRA). La CCRA est chargée de « réguler la culture, l’extraction, le raffinage, la fabrication et la vente de dérivés du cannabis à des fins médicales et industrielles ».

Selon les rapports, alors que le pays fait face à une grave crise financière, le gouvernement vise à pénétrer sur le marché mondial du cannabis et à tirer parti de ses conditions de culture propices.

S’exprimant devant les journalistes, Syed Hussain Abidi, président du Conseil pakistanais de la recherche scientifique et industrielle (PCSIR), a déclaré que la légalisation du cannabis pourrait aider la République islamique à générer des revenus grâce à l’exportation, aux investissements étrangers et aux ventes intérieures pour renforcer ses réserves de change.

Selon la Banque asiatique de développement, le taux d’inflation au Pakistan est monté à 25 % et la croissance économique est au quatrième rang le plus bas, à 1,9 %.

L’autorité de régulation du cannabis sera composée de 13 membres, provenant de plusieurs départements gouvernementaux, agences de renseignement et du secteur privé. L’idée a d’abord été évoquée pendant le mandat d’Imran Khan en 2020.

Les rapports suggèrent que les autorités sont « très sérieuses à propos de cette initiative, et les choses avancent à un rythme très rapide ».

Le cannabis ou le chanvre est une substance psychoactive utilisée à des fins médicales ainsi que pour lutter contre l’anxiété, la dépression et les douleurs chroniques.

« La mauvaise utilisation du cannabis est possible, mais l’éphédrine (utilisée pour traiter l’hypotension artérielle) est également un médicament salvateur qui est également mal utilisé », a déclaré Adnan Amin, professionnel de la santé pakistanais, ajoutant : « Les crises de ma fille ont été réduites de 100 crises par jour à certains jours sans crise grâce à l’huile de THC. »

Il a informé que les lois de l’ONU disent qu’un pays désirant produire, transformer et vendre des produits liés au cannabis doit avoir une entité fédérale qui s’occupera de la chaîne d’approvisionnement et garantira la conformité internationale.

Si cela est adopté, des licences seront également délivrées pour une période de cinq ans. Seul le gouvernement aura le dernier mot sur les lieux où le cannabis peut être légalement cultivé.

« Quand il y avait de la culture de cannabis en Afghanistan, nous faisions souvent des pertes, incapables de récupérer notre investissement dans la culture de la plante. Mais depuis que les talibans ont imposé une interdiction, notre entreprise se porte considérablement mieux », a déclaré un agriculteur aux journalistes.

Une telle régulation aide les agriculteurs et le gouvernement, et donc, ce sera une étape bienvenue.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer