close
Histoire

Le cannabis a préservé les anciennes grottes d’Ellora de la décomposition pendant 1500 ans

En Inde les grottes d’Ellora ont été préservé par une tradition particulièrement intéressante des moines bouddhistes

Du VIe au XIe siècle, dans la ville d’Aurangabad, au nord-ouest du Maharashtra, la dynastie des Rashtrakut et les Yadavs ont construit un groupe de 34 grottes. Chacune de ces grottes en pierre était dédiée à trois religion, le bouddhisme, l’hindouisme et le jaïnisme. Au fil des ans, Ellora a été considérée comme un héritage qui reflète l’architecture indienne taillée dans la roche. Cependant, des études récentes menées par des archéologues indiens ont révélé une tradition particulièrement intéressante des moines bouddhistes qui priaient dans ces grottes.

Ellora

Ils ont utilisé du cannabis mélangé avec du plâtre qui couvre les murs et les plafonds peints des sanctuaires, ainsi que de l’argile et de la chaux, pour préserver la structure au mieux de leurs capacités. Et il s’avère que le cannabis présent dans le mélange de terre semble avoir joué un rôle clé dans la prévention de la décomposition du site du patrimoine mondial de l’UNESCO au cours des 1500 ans de son existence.

Selon le directeur Rajdeo Singh, un chimiste archéologue de la branche scientifique de l’Archaeological Survey of India (région occidentale), et Milind M. Sardesai, qui enseigne la botanique à l’université Dr. Babasaheb Ambedkar Marathwada, le mélange a empêché le plâtre de se dégrader pendant plus de 1 500 ans.

« Les grottes sont des exemples époustouflants d’architecture rupestre qui témoignent de l’imagination et du talent artistique de ses créateurs », ont écrit Singh et Sardesai dans la revue Current Science.

Ellora
Les grottes d’Ajanta et d’Ellora

Pour les besoins de l’étude, ils ont analysé le plâtre d’argile de la grotte bouddhiste 12 en utilisant des techniques telles que la transformée de Fourier, la spectroscopie infrarouge et les études stéréo-microscopiques.

Ils ont réussi à isoler des spécimens de cannabis dans le plâtre d’argile et ils ont pu conclure que c’était le cannabis Sativa qui avait aidé à prévenir les insectes à Ellora. ”

La fibre de cannabis semble être de meilleure qualité et plus durable que les autres fibres. De plus, la gomme et les propriétés collantes du cannabis pourraient avoir aidé l’argile et la chaux à former un liant ferme », a déclaré M. Sardesai.

Selon les chercheurs, la substance semblable au béton, appelée chanvre, aurait fourni aux moines bouddhistes un cadre de vie sain, confortable et esthétique.

« Comme le plâtre de chanvre a la capacité de stocker la chaleur, est résistant au feu et absorbe environ 90 % des bruits aériens, un environnement de vie paisible pour les moines a été créé dans les grottes d’Ellora », ont-ils ajouté.

Plusieurs études ont estimé que le chanvre peut durer de 600 à 800 ans, ce qui explique pourquoi la durée de vie de ces grottes a doublé malgré des facteurs environnementaux dommageables, tels que l’humidité croissante à l’intérieur des grottes pendant les saisons des pluies : « Ellora a prouvé que seulement 10 % du cannabis mélangé à de l’argile ou de la chaux dans le plâtre pouvait durer plus de 1 500 ans », a déclaré M. Singh.

Ellora
Grottes d’Ellora

Comme l’a fait remarquer M. Sardesai, « en Inde, le cannabis a acquis une mauvaise réputation en raison de ses propriétés narcotiques ». Cependant, les artistes du VIe siècle ont pu mesurer leurs propriétés.

Ils ont compris qu’elle avait la capacité de réguler l’humidité et qu’elle jouerait un rôle clé dans la résistance aux parasites, la résistance au feu, la non-toxicité, la grande perméabilité à la vapeur d’eau, ainsi que les propriétés hygroscopiques – autant d’éléments qui ont permis de conserver Ellora intacte au fil des ans. Dans la ville voisine d’Ajanta, les artistes n’ont pas utilisé de chanvre, ce qui explique pourquoi l’activité des insectes a endommagé au moins 25 % des peintures.

Considérant qu’en Inde, la culture, le transport, la possession et la consommation de marijuana sont interdits par la loi indienne (bien que les choses semblent changer plus au nord en Uttarakhand), il suffit de dire que dans l’Inde d’aujourd’hui, il pourrait se passer beaucoup de temps avant que nous décidions d’utiliser le cannabis à des fins de construction.

Tags : IndeRecherche
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.