close
Légal

La ville d’Oaxaca devient la première ville du Mexique à autoriser explicitement l’usage récréatif

Au Mexique, une ville a ordonné à ses policiers de laisser tout le monde fumer de l’herbe et pas seulement pour le 420

Le conseil municipal d’Oaxaca a ordonné à la police de mettre fin à une pratique prétendument courante consistant à harceler les consommateurs de cannabis qui fumaient en public.

Sous le regard de policiers lourdement armés, des militants ont distribué des parts de ce gâteau ainsi que des copies d’une récente lettre des autorités locales, la première de ce type au Mexique, qui donne le feu vert à la consommation publique de marijuana. Le 20 avril, à 16h20, environ 300 personnes ont allumé leur joint avant de déguster le gâteau qui attire l’attention.

Ce qui est remarquable dans cette scène, ce n’est pas tant la célébration du 4/20. C’est que les mêmes actes sont désormais légaux à Oaxaca de Juárez, capitale de l’État d’Oaxaca, le 21 avril, le 22 avril et tous les jours suivants.

Quelques jours avant le 20 avril, dans un contexte presque surréaliste typique de la vie au Mexique, le conseil municipal de Oaxaca a ordonné à la police de mettre fin à une pratique prétendument banale consistant à harceler les consommateurs de cannabis fumant en public. Dans une lettre de confort (c’est-à-dire une déclaration de politique municipale), le conseil a rendu hommage à la campagne pacifique du groupe militant Plantón 4:20 pour « défendre leurs droits ».

à lire :  La weed récréative est maintenant légale dans l'état du Vermont

Cette politique municipale novatrice n’a pas été adoptée après l’adoption d’une nouvelle loi ou d’un décret, mais reflète simplement l’acceptation par la municipalité du fait qu’il n’existe aucune loi locale pour empêcher la consommation publique de cannabis dans un pays où la possession de 5 grammes maximum est légale depuis 2009.

La ville de Oaxaca est devenue la première ville du Mexique, creuset historique de la guerre mondiale contre la drogue, à autoriser explicitement la consommation de cannabis en plein jour.

La lettre de la ville comprenait une mise en garde aux consommateurs pour qu’ils expriment leur nouvelle liberté en tenant compte de ceux qui les entourent.

« Aucune réglementation municipale n’interdit expressément la consommation personnelle responsable de cannabis dans les espaces publics », indique la lettre. « Un appel est lancé aux consommateurs pour qu’ils évitent de consommer du cannabis dans des lieux où il y a des enfants ou en cas de désaccord explicite d’autres personnes. L’autorité municipale demande instamment à la police municipale de s’abstenir de causer des désagréments aux consommateurs et de ne demander aux consommateurs de passer à autre chose que s’ils fument à proximité d’enfants ou de personnes qui s’y opposent catégoriquement.

Cependant, la légalisation fédérale progresse toujours, lentement. On s’attend toujours à ce que le Congrès légalise dans le courant de l’année après que les jugements des tribunaux l’aient effectivement mandaté pour agir. Ces décisions de justice poussent les législateurs à agir, malgré les hésitations du président Andres Manuel Lopez Obrador. La dernière prise de position du président sur la question date de l’été dernier, lorsqu’il a lancé l’idée d’un référendum national sur la légalisation, pour laquelle il affirme qu’il n’y a pas de consensus.

« Nous sommes heureux et nous nous comporterons de manière responsable »

Ses mises en garde sont venues entre des cris de célébration au micro, alors que d’autres orateurs se relayaient pour narguer doucement les groupes de flics portant des mitrailleuses buvant des sodas et s’appuyant sur des véhicules blindés à proximité.

à lire :  Santé Canada annonce un recouvrement des coûts de consommation

Une nouvelle façon de pousser la dépénalisation

La réponse prometteuse des dirigeants de la ville d’Oaxaca pourrait conduire à l’essai de tactiques similaires dans d’autres villes du Mexique.

Oaxaca montre que la dépénalisation de la consommation publique de cannabis est possible, même sans changer la loi, a déclaré Jorge Hernández Tinajero, président de l’Association mexicaine d’études sur le cannabis. Un peu de volonté politique et quelques directives à la police et aux ministères publics suffisent pour empêcher que les consommateurs soient faussement qualifiés de dealers et que leur arrestation ne soit utilisée par la police pour simuler une lutte contre le trafic de drogue qui, en fait, n’est généralement menée que contre les plus vulnérable.


Tags : 420ConsommationHerbeMarijuanaMexiquepoliceRécréatif
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.