close
Culture & Grow

L’importance du bilan hydrique pour la culture

Lorsqu’il s’agit d’autonomiser les plantes, l’équilibre est essentiel pour tirer le meilleur parti de la croissance

Si l’équilibre de la plante est important pour permettre son assimilation, il n’est pas le seul facteur à prendre en compte pour stimuler la croissance. L’équilibre hydrique est également une partie importante du processus, comme on le voit avec les systèmes d’évaporation et de substrat. Examinons quelques-uns des faits clés qui sous-tendent l’équilibre hydrique et comment tirer le meilleur parti de votre H2O.

Qu’est-ce que le bilan hydrique ?

Le bilan hydrique d’une plante représente l’équilibre entre l’évaporation et l’absorption d’eau. Cet équilibre est vital pour la croissance car, si l’évaporation dépasse l’absorption d’eau, la tension interne de l’eau également appelée turgescence de la plante diminue. (La turgescence est l’état d’une cellule vivante dilatée par l’eau qui y est entrée, et qui s’accumule dans ses vacuoles ou ses vésicules.) Dans ce cas, l’eau est souvent détournée des fruits et des feuilles, ce qui entraîne un rétrécissement. Ce n’est généralement pas un problème, car la réhydratation se produit une fois que la disponibilité de l’eau est rétablie.

Cependant, si ce déséquilibre se produit trop longtemps, les stomates peuvent se fermer pour diminuer l’évaporation, ce qui entrave l’absorption de CO2 et ralentit la photosynthèse et la croissance.

L’énergie est la clé

Alors que beaucoup pensent que l’air de serre est un élément clé du taux d’évaporation, l’énergie en est en fait le moteur. L’évaporation est très gourmande en énergie, avec un taux général de 2,5 méga joules par kilo. Les plantes peuvent tirer cette énergie de l’environnement qui les entoure de plusieurs façons. Il s’agit notamment du rayonnement visible du soleil ou même des lampes, également connu sous le nom de rayonnement à ondes courtes.

Il existe également un rayonnement thermique à ondes longues, qui peut aussi provenir des lampes et du soleil mentionnés ci-dessus, mais aussi de tuyaux de chauffage. L’énergie peut également provenir de la convection de l’air autour des plantes, mais seulement s’il y a un mouvement d’air et que les feuilles de la plante sont à une température inférieure à celle de l’air qui les entoure.

L’évaporation à la rencontre de l’irrigation

En outre, il est très important de calculer l’équilibre entre l’irrigation et les besoins des plantes. Cela peut être fait en additionnant tous les apports énergétiques, ce qui donne un flux énergétique d’évaporation complet qui est exprimé en W/m2.

Chaque fois qu’une certaine somme est atteinte, le cycle de goutte-à-goutte suivant peut commencer, comme dans les tactiques concernant le rayonnement solaire.

Toutefois, contrairement à ces stratégies, les apports énergétiques sont tirés de facteurs supplémentaires provenant du soleil et la somme complète se concentre sur la situation intérieure, afin de tenir compte du blanchiment et des écrans d’ombrage rétractables.

La puissance du système de substrat

Afin de tirer le meilleur parti de votre bilan hydrique, ainsi que de gérer l’eau de la zone racinaire, il est vital d’avoir un système de substrat. Bien que la conception d’un tel système ne soit pas connue de tous, il y a quatre facteurs principaux sur lesquels il faut se concentrer. Il s’agit de planifier la fonction du système, de concevoir une disposition optimale, de tirer le meilleur parti du potentiel de contrôle et de noter les objectifs en matière de changements climatiques et de cultures. Bien qu’il faille un peu de planification et de calcul, il ne s’agit que d’une étape supplémentaire pour optimiser votre bilan hydrique.

La qualité de l’eau

Toutes les eaux ne sont pas créées égales. Le contenu de l’eau de nos robinets, tuyaux, rivières, lacs ou barils de pluie est bien plus que du simple hydrogène et de l’oxygène. L’eau contient une grande variété de minéraux et de bactéries. Certains d’entre eux sont bénéfiques pour une croissance saine. D’autres sont utilisés pour arrêter la croissance dans ses voies. Pensez à la façon dont nous utilisons le chlore pour empêcher les protozoaires / bactéries nocifs dans notre eau.

Couvrir la réduction du pH alcalin dans l’eau

La filtration de l’eau a pour but de réduire la concentration de minéraux dans l’eau. Cela lui permet d’avoir un pH proche de la neutralité (pH7). Elle est réalisée de deux manières : par osmose inverse et par distillation.

L’osmose inverse est un processus dans lequel l’eau est filtrée pour éliminer la majorité des impuretés, notamment les métaux lourds, les autres minéraux et les produits chimiques. Ce processus est réalisé par l’ingénierie inverse du processus naturel d’osmose. Au cours de l’osmose, l’eau passe d’une concentration élevée de particules à une concentration plus faible de particules, afin de tenter d’équilibrer les particules entre deux milieux. L’exemple le plus clair de l’osmose est celui des doigts “fripés” dans un bain. La concentration d’eau dans le tube est supérieure à celle du corps humain. L’eau passe donc de la baignoire, à travers la membrane semi-perméable de la peau, dans les doigts. L’osmose inverse utilise la pression pour faire passer l’eau d’une faible concentration de particules à une concentration élevée. Imaginez que vous puissiez prendre une très grande respiration pendant le bain, en appliquant une pression suffisante aux cellules de la peau pour que l’eau puisse se déplacer de l’intérieur des doigts vers l’extérieur dans la baignoire. C’est ainsi que fonctionne l’osmose inverse.

Les plus grosses particules minérales (minérales/chimiques) restent d’un côté de la membrane et la pression fait sortir les plus petites particules (l’eau), créant ainsi une eau purifiée.

La distillation accélère le processus naturel du cycle naturel de l’eau de la terre pour filtrer les impuretés. L’eau non filtrée est chauffée jusqu’à ébullition. La vapeur (qui est de l’oxygène et de l’hydrogène purs) monte et est déplacée vers un autre récipient au moyen d’un tube ou d’un serpentin de condensation. Les particules passent ainsi du gaz au liquide, ce qui permet d’obtenir une eau purifiée sans oligo-éléments.

Si ces systèmes sont trop coûteux pour votre exploitation actuelle, le PH de l’eau du robinet peut être ajustée à l’aide de kits de micro-ajustement du pH. Ces kits permettent de maintenir la plupart des applications hydroponiques et peuvent être un complément utile à toute culture.

Jaunissement sur le bout des feuilles ou à des endroits irréguliers

Vérifiez si la source d’éclairage est trop ou pas assez exposée à la lumière. Si les autres plantes de la zone concernée sont saines, testez à nouveau le niveau de pH de votre eau et de votre sol. Assurez-vous qu’il n’y a pas d’accumulation de calcium et que l’azote n’est pas bloqué. Si ces niveaux sont normaux, une infection fongique peut en être la cause. Vous pouvez traiter les infections fongiques en plaçant la plante infectée en quarantaine et en ajoutant des bactéries/protozoaires bénéfiques au sol (bactérie bacillus subtilis). Il s’agit d’une bactérie qui se développe naturellement et qui va détruire la croissance fongique. Les infections fongiques se propagent par les spores et peuvent se développer dans les zones où les plantes sont surpeuplées ou où l’humidité est trop élevée.


Tags : Agriculture/GrowbiotechnologieChanvrePermacultureTraitement
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.