close
Santé

Une enquête révèle que près de 70% des médecins pensent que le cannabis a une valeur thérapeutique

Une enquête récente a révélé qu’une majorité de cliniciens pensent que le cannabis a une valeur médicinale

Selon une nouvelle enquête publiée le mois dernier, l’écrasante majorité des médecins américains pensent que le cannabis a une valeur médicinale. Les résultats, publiés dans la revue Cannabis and Cannabinoid Research, montrent que près de 70 % des médecins interrogés « croient que le cannabis a des usages médicinaux », tandis qu’un peu plus de 26 % ont déclaré avoir recommandé de la marijuana à des patients.

Croyances et pratiques des cliniciens liées au cannabis

 » Les médecins qui pensent que le cannabis a des valeurs médicinales ont 5,9 fois plus de chance de recommander du cannabis médical à leurs patients  » ont écrit les chercheurs impliqué dans l’enquête .  » Les croyances sur les conditions d’utilisation du cannabis médical ne correspondraient pas nécessairement aux preuves scientifiques actuelles . Près des deux tiers (60%) des cliniciens interrogés ont déclaré de façon erroné le statut du cannabis dans leur Etat ».

Ils ajoutent, en conclusion : « Les résultats suggèrent que, bien que les médecins croient que le cannabis a des utilisations médicinales, ils peuvent ne pas avoir une compréhension complète des preuves scientifiques et ne pas comprendre avec précision les politiques de leur État en matière de légalisation et d’utilisation du cannabis. Étant donné que les cliniciens sont chargés de recommander le cannabis médicinal dans la plupart des États qui l’ont légalisé, une formation continue sur les effets du cannabis sur la santé est justifiée. »

à lire :  Le cannabis aide à la santé mentale

Les résultats de l’enquête sont révélateurs, bien que probablement pas si surprenants. Le cannabis médical a été légalisé dans plus de 30 États américains, et les professionnels sont convaincus de sa valeur médicinale.

L’enquête est basée sur les données de « 1506 médecins de famille, internistes, infirmières praticiennes et oncologues qui ont répondu à l’enquête DocStyles 2018, une enquête par panel en ligne auprès des médecins. »

« Les questions évaluaient les utilisations médicinales et les pratiques liées au cannabis et évaluaient les connaissances des médecins sur la légalité du cannabis dans leur État. Une régression logistique a été utilisée pour évaluer les corrélats multivariables de l’interrogation sur le cannabis, de son évaluation et de sa recommandation », ont écrit les chercheurs pour expliquer la méthodologie.

Les auteurs ont déclaré que leur recherche était l’une des « premières études à évaluer les croyances et les pratiques des cliniciens en matière de cannabis médical dans un échantillon multi-états des États-Unis ».

« Les résultats de cette étude suggèrent que les conditions de prévalence les plus élevées pour lesquelles les médecins ont indiqué qu’ils croyaient que le cannabis pouvait être utilisé à des fins médicales étaient fondées sur la science – douleur, nausée, activation de l’appétit, anti-convulsions et spasticité », ont-ils écrit.

Les praticiens pensent que le cannabis est bénéfique, les politiciens ne devraient donc pas en empêcher l’accès

Paul Armentano, directeur adjoint de NORML, a indiqué que l’enquête était une raison pour laquelle les politiciens et les gouvernements ne devraient pas empêcher l’accès des patients au cannabis médical.

« Une majorité écrasante de patients et de leurs prestataires reconnaissent que le cannabis est un médicament légitime. Les politiciens ne devraient pas se mettre en travers de leur chemin en s’opposant aux efforts visant à permettre aux professionnels de la santé de recommander du cannabis à leurs patients dans les cas où ils pensent que c’est thérapeutiquement approprié », a déclaré M. Armentano dans un communiqué.

à lire :  Le cannabis ne crée pas de lésions cérébrales

Les résultats de l’enquête qui indiquent que les médecins pensent que le cannabis a une valeur médicale correspondent également à l’opinion publique, les sondages montrant régulièrement que les majorités soutiennent non seulement le cannabis médical, mais aussi la légalisation de l’usage récréatif du pot.

Le cannabis médical est également de plus en plus considéré comme une alternative plus sûre aux médicaments plus puissants délivrés sur ordonnance. Un sondage publié le mois dernier a révélé que 61 % des patients sous cannabis médical au Texas utilisaient l’herbe en remplacement de médicaments sur ordonnance.

L’enquête a été menée par le Baker Institute for Public Policy de l’université Rice.

« Avec l’adoption de la loi sur l’usage compassionnel en 2015, l’État du Texas a officiellement reconnu que le cannabis est un médicament », expliquent les auteurs du sondage. « Pourtant, la grande majorité des patients texans sont exclus de la participation au programme d’usage compassionnel (CUP) en raison des restrictions de la loi de l’État. Notre récente enquête auprès de 2 866 résidents du Texas qui utilisent du cannabis à des fins médicales visait à mieux comprendre les besoins et les expériences de cette population. L’enquête a été menée en ligne entre le 11 août 2020 et le 6 octobre 2020, et a recruté des participants par le biais de réseaux de patients de cannabis médical. Vingt-deux pour cent des répondants étaient des vétérans militaires. »


Tags : MedicalstatistiqueThérapeutique
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.