Plus d’un quart des patients français atteints de SLA utilisent des produits à base de cannabinoïdes

motor neuron lateral sclerosis

Plus d’un quart des patients français atteints de SLA utilisent des produits à base de cannabinoïdes

Le cannabis pour le traitement de la sclérose latérale amyotrophique : Quel est le point de vue des patients ?

Le cannabis est un médicament, que certain politiciens prohibitioniste le veuillent ou non, dans bons nombres de pays dans le monde. Depuis des siècles l’homme utilise le cannabis à des fins médicinales, alors que la prohébition est une politique récente créée par une nouvelle gestion politique et donc par les hommes.

L’histoire a clairement démontré que les êtres humains utiliseront le cannabis à des fins médicales, qu’il soit légal de le faire ou non. Après tout, ils souffrent d’une ou de plusieurs maladies, et si le cannabis aide à traiter ces maladies, de nombreux humains prendront le risque.

En France, la politique en matière de cannabis médical est limitée, mais les patients continuent de consommer du cannabis malgré ces restrictions. Une étude récente a examiné les taux d’utilisation du cannabis , plus particulièrement, chez les patients atteins de SLA.

Marseille, France, selon les données d’une enquête nationale publiée dans la Revue Neurologique, environ 22% des patients suivis pour une sclérose latérale amyotrophique ( SLA ou maladie de Lou Gehrig ) ont déclaré utiliser du cannabis sous forme de fleur ou d’huile de CBD pour atténuer les symptômes de leur maladie.

Les participants à l’enquête ont déclaré que les cannabinoïdes amélioraient leurs capacités motrices, réduisaient la douleur, augmentaient leur humeur et amélioraient leur qualité de vie en général. Les effets secondaires signalés étaient sans gravité (somnolence, sécheresse de la bouche, etc.).

À notre connaissance, il s’agit de la première étude présentant une vaste enquête par questionnaire sur la situation « réelle » de l’utilisation du cannabis dans le contexte médical chez les patients atteints de SLA en France », rapportent les auteurs de l’étude. « Nos données démontrent qu’une proportion non négligeable de patients atteints de SLA utilisent le cannabis pour soulager les symptômes de la maladie. … Cette étude souligne la nécessité de poursuivre les recherches sur les avantages potentiels de l’utilisation du cannabis pour la gestion des symptômes moteurs et non moteurs de la SLA ».

Les modèles précliniques suggèrent que les cannabinoïdes peuvent retarder la progression de la SLA et atténuer certains de ses symptômes. Un essai clinique randomisé contre placebo est actuellement en cours en Australie pour déterminer si les extraits de cannabis peuvent ralentir la progression de la SLA.

Malgré ces quelques limites, les résultats confirment la nécessité de poursuivre les recherches sur les avantages potentiels de la consommation de cannabis pour la gestion des symptômes moteurs et non moteurs de la SLA. Les cannabinoïdes pourraient être un ajout important à l’éventail des options de traitement des symptômes de la SLA. Ainsi, il est urgent d’interroger un plus grand nombre de patients SLA, d’écouter leurs besoins et d’initier des essais cliniques bien menés sur ce sujet. Les patients le réclament.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer