close
Culture

Plantes greffées multi-souches : cultiver plusieurs variétés sur une seule plante

Guide du croisement : variétés différentes sur une seule plante

Une méthode agricole traditionnelle permet de cultiver plusieurs variétés différentes de cannabis sur une seule plante. Quelle en est sa complexité, à qui elle convient le mieux, quels en sont les autres avantages et peut-elle être utilisée pour cultiver d’autres plantes qui contiendront du THC.

Les cultivateurs de cannabis à domicile qui souhaite utiliser plusieurs variétés sont souvent obligés de faire une sélection et d’abandonner certaines variétés faute de place dans leur espace de culture. En utilisant la technique connue sous le non de « greffe », il est possible de cultiver plusieurs variétés de cannabis sur la même la plante. De plus, cela peut également être une aide en cas de problème d’enracinement ou de maladie venant du sol.

La greffe est une pratique ancienne, couramment utiliser pour les arbres fruitiers et pour d’autres cultures. En fait, aujourd’hui, il n’y a pas ou peu de plant d’agrumes qui n’est pas subi de greffes.

Les assemblages peuvent faire gagner beaucoup de temps aux producteurs et aux horticulteurs : « Les tomates, par exemple, sont souvent cultivées pour améliorer la taille des fruits, la durée de conservation, la teneur en sucre des fruits, etc. » Ce processus se fait par assemblage, c’est-à-dire , cultiver un plant de tomate qui produit des fruits pauvres et peu attrayants, mais qui résiste aux maladies des racines telles que le poserium ou le phytium, et le même plant est composé d’un autre plant de tomate, que vous cultivez pour des caractéristiques telles que la taille ou le goût du fruit, etc.

Une plante pour cinq variétés différentes

Outre la possibilité d’utiliser différentes propriétés telles que la résistance aux maladies du sol ou à divers ravageurs, certains agriculteurs utilisent la technique d’assemblage pour cultiver une plante avec une variété de variétés différentes.

Aujourd’hui, vous pouvez aller dans une pépinière et acheter un arbre d’agrumes qui a deux branches d’oranger, deux branches qui produiront de la mandarine et une autre branche qui donnera du pamplemousse mais lorsqu’il s’agit de se poser la question d’assembler plusieurs variétés sur un plant de cannabis, cela nous rend perplexes. Le greffage est plus courant sur les arbres et les plantes vivaces, mais concernant les plantes annuelles on en entend moins parler.

En théorie, il est possible de greffer plusieurs variétés de cannabis sur une même plante. C’est sympathique, mais pas pratique, principalement parce que le cannabis est une plante annuelle avec un cycle de croissance court et que l’opération d’assemblage demande du temps et de l’énergie, à la plante.

Cependant, il existe plusieurs exemples de producteurs affirmant qu’ils étaient capables d’assembler plusieurs souches de cannabis sur une plante, et même de compléter un cycle de culture complet, de sorte qu’en fait ils ont raccourci à partir d’une plante de cannabis plusieurs profils de cannabinoïdes différents.

C’est une pratique plus compliquée que le bouturage, mais qui ne nécessite pas de matériel spécifique ou de connaissances scientifiques, n’importe qui peut tenter l’expérience. Assembler des variétés avec des temps de floraison différent entraînera fatalement des problèmes, notamment lorsqu’il s’agit de nourrir la plante. Le produit fini ne sera pas toujours le même comparé a un plant cultivé de manière conventionnelle.

à lire :  Le cannabis: addictif ou pas?

Comment assembler une plante de cannabis ?

Le terme « assemblage végétal » décrit généralement une méthode de multiplication végétative (propagation qui ne se fait pas par l’acte de fertilisation ou le transfert de semence héréditaire d’un organisme à un autre, semblable au bouturage par exemple). Il s’agit d’une méthode agricole ancienne qui a été documentée depuis l’époque de la Chine et de la Mésopotamie, en particulier dans les arbres fruitiers.

L’essence de la technique est une action qui relie une branche coupée d’une plante ( le greffon) et sa transplantation sur un autre plant ((dit « hôte »). Au fil du temps, les deux plantes vont fusionner en une seule plante, le greffon peut garder certaines de ses propriétés et caractéristique d’origine, principalement ceux qui concerne le goût et son profil chimique, et en même temps acquérir de nouveau traits qui sont souvent liés à l’enracinement ou autre.


Équipement requis:

  • sécateur
  • Lame / couteau tranchant / ciseaux
  • Parafilm (« bande de greffage »)
  • Sacs en plastique (de préférence avec un moyen de scellement)
  • Pulvérisateur contenant une solution d’irrigation (avec un peu d’engrais)
  • Fil galvanisé / certains fils métalliques
  • Verre d’eau
  • Planche à découper propre

Comment faire une transplantation de cannabis ?

1. Choisissez une plante de cannabis saine à partir de laquelle vous couperez une branche qui vous servira de greffon. Trouvez, en même temps une zone saine sur une autre plante saine qui vous servira à recevoir votre greffon. Assurez-vous que la branche du greffon et votre zone de greffage soient de diamètre sensiblement identique.

2. Retirez la majeur parie des feuilles du greffon, en veillant à laissez quelques feuilles au sommet de votre branche.

3. Coupez votre greffon à l’aide de ciseaux et transférez-le rapidement sur votre plant « hôte ». Effectuez à l’aide d’un couteau une diagonale le long de la base de votre greffon, l’idée est de créer autant d’espace que possible afin de permettre à votre greffon et plante « hôtesse » de fusionner correctement.

4. Après la coupe, mettez votre greffon dans un verre d’eau et en attendant passez à l’étape suivante. À l’aide des ciseaux, faites une entaille sur votre zone d’assemblage, faites une coupe en diagonale qui sera la plus identique à celle de votre greffon.

5. Vaporisez largement votre greffon et la zone à utiliser avec un peu de solution d’enracinement. Retirez votre greffon du verre d’eau et connectez-le doucement à votre branche receveuse, faites bien attention aux tissus internes. Plus la connexion est précise et compatible, plus les chances de succès du processus sont grandes. Dans le cas où les coupes ne correspondraient pas assez, votre greffon peut-être remis dans le verre d’eau pour apporter les améliorations.

6. Une fois que le cavalier et la préparation sont assortis et connectés, serrez-les fermement et enveloppez-les tous les deux dans le film de train (« parafilm »).

7. Ensuite posez un fil galvanisé en croix autour de votre montage afin de renforcer la liaison entre votre plant « hôte » et votre greffon.

à lire :  Guide de la méthode SCROG

Enfin, mettre un peu de solution d’enracinement dans un petit sac et « habillez » votre zone d’assemblage avec. Veillez à laisser un petit espace entre le sac et votre plante, cela permettra à la zone de respirer.

Après quelques jours, les plaies formées fusionnent en une seule plante. Pendant le processus, toutes les manœuvres de croissance doivent être évitées.

Conseils supplémentaires :

  • Il est recommandé de bien ajuster vos branches à connecter.
  • Arrosez abondamment environ une heure avant d’effectuer votre opération.
  • Le greffon aura l’air flétri pendant les trois premiers jours. Le processus devrait prendre environ deux semaines jusqu’à la récupération complète.
  • Un plant féminin peut être greffé sur un plant mâle et inversement.

Houblon avec THC : Assemblage de cannabis sur d’autres plantes et vice versa

Au cours des années 1940, une paire de chercheurs américains de la Carnegie Institution for Science a publié un article affirmant qu’ils avaient réussi à assembler un cavalier d’une plante de houblon (connue pour être considérée comme un parent du cannabis) pour être honnête de la plante de cannabis, et ont même signalé que le cannabis transmettait au houblon certains de ses effets psychoactifs (il convient de noter qu’à cette époque, aucun outil avancé n’était utilisé aujourd’hui pour tester les ingrédients actifs de la plante).

Naturellement, de nombreux cultivateurs de cannabis ont trouvé un intérêt dans cette publication, car elle implique que diverses plantes peuvent être assemblées sur du cannabis et des cannabinoïdes en être extraits. De nombreux cultivateurs sont susceptibles de fantasmer sur le moment où ils rouleront des feuilles sèches de houblon riche en THC, et sur les nombreuses possibilités inhérentes à un tel processus

Trente ans plus tard (1974), cependant, deux chercheurs britanniques de l’Université de Nottingham ont également cherché à tester cette affirmation. Ils ont mené une expérience au cours de laquelle ils ont assemblé une plante de cannabis sur une plante de houblon et vice versa :

Les conclusions de l’étude étaient qu’il est effectivement possible de coupler ces deux plantes, mais contrairement à ce qui avait été publié quelques décennies plus tôt, les chercheurs ont constaté que les cannabinoïdes du cannabis ne se transféraient pas à la plante du houblon.

L’idée de produire des cannabinoïdes sur des plantes non-cannabis fascine les amateurs de plantes (et aussi pas mal de brasseurs) depuis de nombreuses années, et malgré ces découvertes (qui ont prouvé que cela n’est pas possible par simple assemblage), pas mal de cas peut être trouvé en ligne où les producteurs amateurs s’amusent avec cette idée .

En 2019, des chercheurs de l’Université de Californie ont annoncé qu’ils étaient capables de produire des composants de cannabis (THC et CBD) en laboratoire à l’ aide de levures (qui sont connues pour être des champignons et non des plantes), mais il y a encore des scientifiques qui disent que ce sera longtemps avant que les cannabinoïdes du cannabis puissent être produits commercialement.

Ainsi, il est possible que la chance la plus proche de produire des cannabinoïdes sur une autre plante soit toujours grâce à l’utilisation de technologies avancées qui permettent la manipulation génétique telles que « CRISPR » (CRISPR – Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats)


Tags : Agriculture/GrowFeuillePlantationplantes médicinalesRecherche
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.