close
Légal

Les îles Anglo-Normandes « en tête de l’Europe » en matière de cannabis médical

Les îles Anglo-Normandes remplissent plus de 2000 ordonnances de cannabis médical

Dans la Manche, entre le Royaume-Uni et la France, les îles Anglo-Normandes ont une longueur d’avance en matière de cannabis médical, avec plus de 2 000 ordonnances délivrées. Les îles Anglo-Normandes ouvrent la voie à un nouveau secteur économique, grâce à une approche plus souple que sur le continent.

Dans le cadre du régime britannique du cannabis médical, les médecins généralistes (GP) ne sont généralement pas en mesure de prescrire systématiquement du cannabis médical par le biais du National Health Service (NHS). Seules les personnes souffrant d’épilepsie sévère et réfractaire et d’autres maladies rares sont éligibles, et souvent les parents n’ont pas le temps d’attendre. Des absurdités bureaucratiques sans fin rendent l’obtention d’une ordonnance presque impossible. Deux ans après le changement de loi au Royaume-Uni, par exemple, seules 10 ordonnances du NHS avaient été rédigées. Mais dans les îles anglo-normandes, c’est une autre histoire.

Les îles sont régies par deux dépendances de la Couronne : le bailliage de Jersey et le bailliage de Guernesey. (L’île de Man, près de l’Irlande, est la troisième dépendance de la Couronne.) Elles sont connues comme des paradis de réglementations fiscalement avantageuses, et ont toutes introduit une nouvelle législation permettant de faciliter l’investissement du cannabis médical. Comme au Royaume-Uni, le cannabis est une substance interdite de classe B dans les îles anglo-normandes, ce qui entraîne les sanctions correspondantes.

Grâce à l’allègement des charges fiscales et aux prescriptions de cannabis médical, les îles anglo-normandes ouvrent la voie à un nouveau secteur économique.

Les îles Anglo-Normandes sont « à la pointe de l’Europe » en matière de traitement médical au cannabis et l’industrie au sens large pourrait un jour être aussi importante à Jersey que la finance, selon des experts. Autre signe de l’évolution rapide des attitudes à l’égard de cette plante, il a été révélé que 2000 ordonnances de cannabis ont été délivrées jusqu’à présent sur l’île.

à lire :  L'UE doit-elle aider à légaliser les fermes de cannabis au Maroc ?

Le Dr Charlotte Cocks, qui travaille à la clinique locale MedicamJersey, a déclaré que grâce aux récents changements législatifs permettant la prescription de cannabis thérapeutique par les médecins traitants a fait de l’île une vraie  » zone test ». « À Jersey et Guernesey, nous sommes en avance en Europe, même par rapport au Royaume-Uni, car ici, les médecins généralistes suivent les modèles ayant fait leurs preuves au Canada, Etats-Unis et en Australie où les prescriptions de cannabis médical existent depuis de nombreuse années » a-t-elle déclaré.

Actuellement, les médecins généralistes britanniques ne sont pas habilité à prescrire du cannabis médical par le biais du NHS.

Par ailleurs, Nicholas Morland, directeur général de Tenacious Labs, a déclaré lors de la Jersey Farming Conference que la culture du cannabis pourrait un jour rivaliser avec l’industrie financière et que l’île devait rapidement faire de cette plante le « Jersey Royal 2.0 » avant que le reste du monde ne la rattrape (article complet : page 5 du JEP de ce week-end).

Le site du NHS indique que très peu de personnes obtiennent une ordonnance pour du cannabis médical en Angleterre et il n’est prescrit que pour certaines formes graves d’épilepsie, en cas d’effet secondaires liée a la chimiothérapie et pour certaines raideurs musculaires dues aux spasmes causés par la sclérose en plaques.

à lire :  Nouveaux patchs contre la douleur

Dans la plupart des pays européens où il est disponible sur ordonnance, son utilisation est tout aussi limitée.

À Jersey, désormais, les patients ont accès à ces traitements sur ordonnance et à des cliniques telles que Medicann qui proposent des consultations directement avec les patients ou sur recommandation d’un médecin généraliste ou d’un spécialiste.

Le Dr Cocks a déclaré que les traitements étaient efficaces non seulement pour les personnes souffrant de douleurs chroniques ou de problèmes de sommeil, d’anxiété et de troubles de l’humeur, mais aussi pour les personnes en fin de vie.

Médecin généraliste depuis plus de 30 ans, elle a déclaré qu’elle avait dû s’informer – après avoir été initialement sceptique quant aux allégations concernant le cannabis médical – suite à l’intérêt manifesté par les patients eux-mêmes.

Elle a souligné l’importance de travailler de manière éthique dans le cadre des restrictions imposées par la licence spéciale requise pour prescrire ce type de médicament et d’être cohérent dans ses prescriptions.

Nous faisons l’objet d’un examen minutieux pour ce nouveau médicament et c’est bien ainsi, alors regardons-le et célébrons le fait que nous pouvons maintenant prescrire. Si un médecin généraliste veut s’informer sur le sujet, il peut rejoindre la Medical Cannabis Clinicians Society. Vous n’avez pas besoin d’être un prescripteur, c’est un forum éducatif et il y a un grand nombre de webinaires avec des prescripteurs qui répondent aux questions. Nous essayons d’inspirer les gens et d’aider les médecins à aider les patients qui sont dans une impasse et qui ne savent pas où aller », a-t-elle déclaré.


Tags : AffairesLoiMédecine
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.