close
Science

La Weed du future ou du cannabis sur mesure c’est bientôt possible !

Le professeur israélien qui inventait des variétés de cannabis rares

Comment faire du cannabis blanc ou violet voire noire, comment déterminer à l’avance le pourcentage d’ingrédients actifs, quel cannabinoïde pourrait vous faire halluciner et existe t’il une différence chimique entre “indica” et “sativa”, ces réponses et plus encore dans une interview avec le professeur israélien qui produit des variétés de cannabis très spéciales. Une interview du magazine Israël cannabis.

Comment monsieur désire son herbe ? violette? blanche? parfum citron? diesel? avec des fleurs compressées ? dures? douces ? De telles questions sont encore un rêve, mais ces jours-ci, ce rêve est probablement plus proche que jamais de se réaliser. La spécialisation dans la culture de variétés de cannabis ces dernières années, en particulier en Israël, a conduit au succès dans la production de variétés rares qui en fait n’ont jamais existé auparavant.

Pendant le développement de la plante, les signaux externes ne sont pas sûr pas tout. Il s’avère que les quantités d’ingrédients actifs, cannabinoïdes, terpènes et flavonoïdes, peuvent également être déterminées à l’avance !

Une entreprise qui a besoin d’une variété a 22% de THC avec un parfum de mangue ? C’est possible. Vous voulez une souche violette non métallique au goût clair qui contient 10% du mystérieux cannabinoïde parent CBG ? C’est possible. Vous souhaitez une souche contenant 5% de THCV, le cannabinoïde minceur et deux types particuliers de terpènes? C’est également possible.

Cette innovation est non seulement bonne pour les consommateurs intéressés par les parfums, les effets et les couleurs mais également dans le domaine de la médecine. Une fois que les chercheurs découvrent «l’effet entourage» d’une souche, elle peut être produite exactement sous sa composition cannabinoïde et terpénique et ainsi traiter un problème de santé.

Le professeur Moshe Fleischman (64 ans), un généticien israélien qui a travaillé au Volcanic Institute, le plus grand institut de recherche agricole en Israël, chercheur sur le cannabis depuis environ 4 ans, insiste sur le fait qu’il peut le faire aujourd’hui. Dans une conversation, il explique comment cela s’ est fait et où il veut en venir , quelles variétés spéciales seront bientôt sur le marché, ce qu’elles contiendront et aussi un conseil comme par exemple – pourquoi ne pas acheter telles graines de cannabis si vous voulez la plante herbacée.

Que recherchez-vous exactement dans le cadre de votre projet, quelle est exactement l’innovation et quelle est l’origine génétique des souches que vous avez développées?

On peut dire qu’après 2000 ans d’exil, il y a une amélioration ordonnée du cannabis. Cette amélioration ordonnée signifie que les variétés importées sont prises sous forme de graines du monde entier, avec des compositions de cannabinoïdes larges et rares, elles subissent d’abord une hybridation avec une génétique différente, puis hybridations sur d’hybridations et ainsi de suite. Chaque hybride donne une différence dans la structure de la fleur, sa couleur, sa taille, sa composition en cannabinoïdes, sa résistance aux maladies et plus encore. Chacun donne la priorité à ses objectifs, j’appelle cela des «filtres» et sélectionne le meilleur à chaque fois . Avec eux, en fonction du filtre que vous définissez, vous produisez le cycle suivant, il n’y a donc aucun lien entre celui-ci et les variétés sources dont il provient.

Qu’en est-il du flux vers le THC élevé? Que tout le monde veut des variétés avec autant de THC que possible, et pourquoi n’en avez-vous pas?

C’est vraiment un domaine dans lequel je dois m’investir . Quand j’ai commencé, j’ai dit que je n’avais pas l’intention de m’améliorer au sujet du THC, mais au final, c’est ce que le marché veut. Nous avons donc de telles variétés qui arrivent sur le marché dès maintenant, par exemple «Inspire» de «cannasure», avec environ 18% de THC et nous espérons atteindre bientôt plus de 20%. D’après mes connaissances, les gens de l’époque de » Woodstock « sont soit disant devenus dépendants du cannabis avec 3% de THC ,et la demande augmente. J’ai pensé que 17% ou 18% sont suffisant et on devrait concentrer nos efforts sur d’autres caractéristiques, mais aujourd’hui tout le monde veut un high de plus en plus » haut » . Si nous parlons de cannabis médical, nous recherchons également d’autres cannabinoïdes, par exemple le cannabigerol CBG, qui est le nouveau CBD.

Y a-t-il une limite au pourcentage d’ingrédient actif qui peut être atteint dans le cannabis en général?

Bonne question ! À mon avis, la plante de cannabis sur le sujet des cannabinoïdes a une limite, une limite supérieure, une quantité totale, que si vous atteignez un total d’environ 30% de cannabinoïdes, c’est un pourcentage conséquent et probablement qu’il sera difficile de faire mieux.

La protubérance fait partie des caractéristiques qui peuvent être déterminées à l’avance, selon le professeur Fleischman

Donc, l’innovation est que vous savez produire des variétés de cannabis à la demande?

Comme je l’ai dit, je pense que c’est la première fois qu’un tel programme d’amélioration est mis en place, pour créer une génétique unique, dans le cannabis.

D’autres entreprises diront qu’elles le font, pourquoi dites vous que ce que vous faites est compliqué?

Parce que la sélection ordonnée signifie que vous sélectionnez des variétés après 4 à 8 générations de combinaisons hybrides. De plus, vous connaissez l’hérédité des traits du cannabis, vous savez dire si elle est mère d’autres boutures, si nous en tirerons une énorme quantité de THC, ou si elle le paralysera. Je comprends la génétique, l’hérédité. Tout le monde peut semer et prier bien sûr, c’est un beau processus, mais ce n’est pas une amélioration. Les variétés avec lesquelles nous avons commencé sont des variétés que les gens ont semées et jugées appropriées, mais à partir de là, faire un processus d’amélioration ordonné, comme c’est le cas pour les tomates, c’est un registre différent, c’est une science en soi. Avec tout le respect que je dois aux entreprises qui apportent des semences de différentes sources et les cultivent, ce n’est que le début. À partir de là, faire les combinaisons, en continuant jusqu’à la 5e génération et au-delà, dans des combinaisons orientées objectifs, est déjà une amélioration.

Selon vous, qu’est-ce qui est important en tant que caractéristique du cannabis en termes de propriétés?

L’odeur. Toutes nos variétés sont parfumées dans une gamme folle. Nous n’avons aucune limite sur les odeurs et il est très important que les usagers reconnaissent la souche à travers l’odeur et il existe une étonnante variété d’odeurs que nous introduisons par des hybrides, à base de terpènes bien sûr.Par exemple, une des entreprises a demandé l’odeur de la mouffette (« skunk »), je sais comment le faire, pour savoir si une telle odeur sort du de citron où provient d’ailleurs , voire même de ces prédateurs qui font également partie de l’effet d’entourage, selon les experts.

Quels cannabinoïdes intéressants y a-t-il dans les nouvelles variétés et ceux -ci les comment affectent-elles ? Quelle est la grande nouveauté?

Nous avons tous les V, THCV, CBDV ect.. et ainsi de suite, dans des pourcentages relativement élevés. Je n’aborde pas le problème médical de l’effet cannabinoïde mais c’est le point essentiel, nous devons l’examiner de manière stratégique. Israël est une puissance dans le développement et la compréhension des cannabinoïdes depuis la lignée du P. Meshoulam mais ne l’était pas dans de domaine de la création de souches. Ils achetaient des semences et les apportaient des Pays-Bas. Maintenant, nous sommes devenu créateur de génétique sur mesure, c’est notre unicité, car ce que nous avons aujourd’hui, personne au monde ne l’a.

Si nous mettons de côté le médical un instant, génétiquement, les odeurs, les tailles, les pourcentages d’ingrédients actifs, quel est le meilleur succès d’après vous?

Le succès le plus extraordinaire réside dans les compositions et les recettes de cannabinoïdes. Je sais aujourd’hui les mettre en symbiose pour produire des compositions de cannabinoïdes qui ne sont pas disponibles dans le monde. Pour produire une fleur, il y a d’autres personnes qui savent faire comme moi mais les compositions de cannabinoïdes et de terpènes et savoir composé avec un peu de ceci un peu de cela pour qu’ils arrivent au final par amoindrir ou augmenter tel ou tel récepteur, c’est l’aspect médical et c’est ça notre vraie singularité.

Comment fonctionne la relation avec les chercheurs?

Il y a deux modes d’action, soit nous faisons quelque chose de particulier en demandant aux «médecins» ce qu’on peut en faire pour eux soit les médecins viennent nous voir et me disent «écoutez, nous avons trouvé qu’il y a un avantage à telle ou telle composition, faites-nous les choses». En fin de compte, si vous regardez la plante de cannabis, ce que nous vendons, c’est de la chimie, et nous créons une chimie ciblée.

Innovation ?

En conclusion , vous dites que vous pouvez descendre où augmenter non seulement une résolution de THC et de CBD, mais aussi que vous savez comment produire une fleur qui contiendra également X pour cent de THCV, une quantité spécifique de terpènes “myrcene”, des trucs comme ça? Et donc en fait,vous êtes capable” de construire” une recette entière et que celle-ci peut être parfaitement adaptée à ce que les chercheurs veulent. Les gens sont passionnés par les formes et les couleurs. S’il s’agit d’une fleur ronde ou allongée ou en forme de poire, une avec des poils rouges, violets, blancs, une fleur violette, etc.

Nous sommes déjà en capacité d’y répondre , il suffit de prioriser les objectifs. Maintenant, si vous voulez un THC élevé, alors il y aura un THC élevé. Je le répète, on crée de la chimie, donc on finit par produire des compositions chimiques qui correspondent aux aspects médicaux. Bien sûr, nous avons également besoin d’une productivité élevée, d’effets médicaux de grande portée, en fin de compte, c’est un travail conjoint entre nous et les médecins. C’est une plante qui est produite à des fins médicaux . On peut bien sûr voir aussi l’aspect des loisirs, mais sous cet aspect la gamme de substances psychoactives est très limitée. En termes de rémission , d’effet entourage, la gamme d’ingrédients est beaucoup plus large.

L’interview complète sur קנאביס.com .

Son projet de sélection et d’hybridation est réalisé par le professeur Fleischman en collaboration avec la ferme de cannabis «Bar Lev Agricultural Crops» à Moshav Kfar Hess. Les résultats du premier cycle de culture à partir des fruits de son développement peuvent être dégustés par les consommateurs dans le cadre de la série “Select” de la société “Cannasure”, qui comprend les variétés “Karma”, “Spirit”, “Inspire”et “Grace”.

Tags : CannabinoïdesGénétiqueIsraelMédecineRechercheSoucheTerpène
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.