close
Santé

Que ce passe t-il lorsque vous arrêtez de fumer un joint ?

Voici ce qui arrive à votre corps et à votre esprit quand on fait une pause sur le bedo

Avez-vous récemment arrêté de fumer de l’herbe ? Vous fumez au moins une fois par jour depuis plusieurs années ? Pourquoi la première semaine d’arrêt peut être particulièrement brutale ? Crise de panique, du mal à s’endormir, cauchemars ou des réveils intempestifs en pleine nuit, transpiration accrue sont des symptômes souve nt rencontrés pendant cette première phase. Peut-on alors parler d’addiction au cannabis ? Des chercheurs se sont penchés sérieusement sur la question de la dépendance. Voici ce qui arrive à votre corps et à votre cerveau quand on fait une pause sur le bedo.

Le syndrome du sevrage du cannabis est invalidant et hautement comorbide

L’anxiété est à son comble, la tête bat la chamade avec une douleur sourde et persistante, l’estomac est nauséeux, pas d’envie de manger. Tous ces symptômes finissent par disparaître environ trois semaines plus tard, mais il faut bien un mois entier pour se sentir de nouveau normale.

Les consommateurs désirant faire une pause ou un arrêt souffre, pour la plupart, du syndrome de sevrage du cannabis, que les professionnels de la santé commencent seulement à comprendre. En fait, ce syndrome n’apparaît même pas dans le manuel des troubles mentaux (DSM), la « bible » de la psychiatrie, utilisée pour diagnostiquer les problèmes de santé mentale. Sachant que la dernière édition du DSM remonte en 2015.

Selon cette édition, les signes de sevrage du cannabis peuvent inclure l’anxiété, une humeur dépressive, l’irritabilité, une baisse de l’appétit, des difficultés à dormir, de l’agitation et divers symptômes physiques inconfortables. En général, cela se produit chez les consommateurs chroniques et intensifs, c’est-à-dire ceux qui en consomment tous les jours, explique Yu-Fung Lin, professeur associé à l’université de Californie à Davis, qui enseigne la physiologie du cannabis.

Addiction and Cannabis – Timothy Fong, MD, professeur clinique agrégé de psychiatrie, David Geffen School of Medicine à UCLA Inaugural 2017

Le syndrome de sevrage du cannabis peut être déclenché non seulement par l’arrêt complet de la marijuana, mais aussi par une diminution significative de sa consommation.

Contrairement au sevrage de l’alcool, qui peut être mortel, le sevrage du cannabis ne met pas la vie en danger, explique Timothy Fong, professeur de psychiatrie qui participe à la direction de l’UCLA Cannabis Research Initiative. Néanmoins le bénéfice risque reste positif et en faveur du cannabis thérapeutique , surtout pour certaines maladies réfractaires aux médicaments allopathiques.

Le syndrome de sevrage du cannabis peut être déclenché non seulement par l’arrêt complet de la marijuana, mais aussi par une diminution significative de sa consommation. La réduction minimale nécessaire pour provoquer le sevrage varie toutefois d’une personne à l’autre, ce qui reflète nos différences biologiques individuelles, explique Mme Fong.

à lire :  Trouble déficitaire de l'attention, hyperactivité & impulsivité

Lorsque vous consommez beaucoup de cannabis, vous augmentez considérablement les niveaux de tétrahydrocannabinol (THC), un composé qui provoque un état d’euphorie, dans votre sang. Pour rétablir l’équilibre, votre corps modifie ses niveaux naturels de récepteurs de THC, ainsi que des substances neurochimiques comme la sérotonine et l’adrénaline. La suppression du cannabis (ou la réduction drastique de sa consommation) rompt cet équilibre, que votre corps doit rétablir en modifiant à nouveau les niveaux des récepteurs du THC et des substances neurochimiques.

« Lorsque vous êtes en état de manque… votre corps travaille dur pour retrouver un fonctionnement normal », explique Fong à Mic. « C’est un tel stress pour le corps », ce qui explique pourquoi on a l’impression d’être mort. Des niveaux anormaux de sérotonine peuvent entraîner des nausées, par exemple.

Selon Lin, si vous êtes un gros consommateur chronique de cannabis, vous pouvez commencer à ressentir des symptômes de sevrage environ un jour après votre dernière consommation (bien que Fong ait vu des symptômes apparaître aussi tôt que quelques heures plus tard). Ils atteignent généralement leur maximum un à quatre jours après la dernière consommation et se dissipent progressivement au bout de quelques semaines.

Mais cette chronologie, ainsi que les détails concernant l’apparition et la durée de certains symptômes, diffèrent d’une personne à l’autre. En fait, « il s’agit d’une expérience vraiment individuelle et unique », explique Mme Fong. Par exemple, ce n’est pas parce que les muscles de votre ami ont commencé à lui faire mal dans les quatre jours suivant l’arrêt du tabac que ce sera nécessairement le cas pour vous. De plus, toutes les personnes qui arrêtent de fumer ou qui réduisent considérablement leur consommation de cannabis ne sont pas nécessairement en manque. Une étude récente sur les gros consommateurs de cannabis a révélé qu’environ 12 % d’entre eux en souffraient.

La fréquence semble être plus importante que la puissance ; Lin note que consommer de l’herbe tous les jours, même à de faibles doses de THC, peut entraîner des changements biochimiques qui pourraient, à leur tour, conduire au sevrage.

En savoir plus sur les facteurs de risque de sevrage : Bien qu’il s’agisse d’un domaine dans lequel nous avons définitivement besoin de beaucoup plus de science, dit Fong, nous pouvons supposer que « si vous consommez des produits à haute puissance [c’est-à-dire à haute teneur en THC] plusieurs fois par jour, vous serez probablement plus susceptible d’être en manque ».

Mais la fréquence semble être plus importante que la puissance ; Lin note que consommer de l’herbe tous les jours, même à faible dose de THC, peut entraîner des changements biochimiques qui pourraient, à leur tour, mener au sevrage. Les problèmes de santé tels que le manque de sommeil, la déshydratation et une mauvaise alimentation peuvent vous rendre encore plus vulnérable au stress lié au rétablissement des fonctions normales de votre corps, note M. Fong.

à lire :  L'Ordre des pharmaciens défavorable à la plante médicinale

M. Fong explique , qu’il n’a pas connaissance de facteurs de risque associés à des types spécifiques de produits issu du cannabis . Votre risque pourrait par contre augmenter si vous fumez tous les jours des produits très puissants comme le shatter . Il en va de même pour les médicaments , même si les patients qu’il vit avec ses collègues à l’UCLA Addiction Medecine Clicniq ne consomment pas quotidiennement des edibles .

Si vous pensez souffrir du syndrome de sevrage du cannabis, M. Fong suggère de demander à votre médecin de vous mettre en contact avec un professionnel de la toxicomanie, qui pourra vous donner des médicaments contre l’anxiété et d’autres interventions pour atténuer vos symptômes. Si vous n’avez pas d’assurance ou si votre régime ne couvre pas le traitement de la dépendance, recherchez des programmes de traitement gratuits, financés par l’État ou à but non lucratif, ou des cliniques médicales.

Tout le monde n’est pas amené à suivre un traitement pour ,mais trouvé des stratégies de réductions de l’anxiété comme l’écoute de musique douce, la méditation , faire la relaxation ,des douches froides vous aideront à calmer votre esprit et à vous recentrer sur l’instant présent

L’arrêt de la beuh a aussi ses avantages. Dès que vous cessez d’en consommer régulièrement, votre corps commence à revenir à ce qu’il était avant que vous ne commenciez à fumer de l’herbe, explique Mme Fong. Et si vous luttez contre la dépendance au cannabis, ou si vous voulez arrêter pour d’autres raisons, surmonter le sevrage est la première étape pour renoncer définitivement au cannabis.

Dès que vous arrêtez d’en consommer régulièrement, votre corps redevient ce qu’il était avant de commencer à fumer de l’herbe.

Bien qu’il puisse sembler intuitif que le fait d’arrêter de fumer de l’herbe rétablisse votre fonction pulmonaire, cela peut en fait n’apporter que peu, voire aucun, bénéfice respiratoire. Il est clair que le tabac et la nicotine sont très nocifs pour les poumons, mais la question de savoir s’il en va de même pour le cannabis reste ouverte, selon M. Fong.

Après que les symptômes de sevrage se soient estompés, les consommateurs constatent une diminution d’énergie pour faire de l’exercice et d’autres activités que lorsqu’elle fumait encore de l’herbe

Le plus des grands avantages est l’arrêt du tabac . Il est a noter qu’une fois les symptômes de sevrages disparus , bon nombre d’ex -usagers constatent une baisse importante d’énergie , pour faire de l’exercice physique mais aussi pour effectuer diverses activités quotidiennes , réalisant ainsi à quel point ils s’étaient appuyés sur la weed . Le sevrage du cannabis n’est pas une chose facile mais ce n’est pas impossible , de plus vous pourriez aussi découvrir des ressources en vous que vous ne soupçonniez pas .

Tags : anxiétéConsommationdépendanceDépression
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.