close
Science

La consommation de cannabis pendant la grossesse n’affecte pas la cognition des enfants

Le cannabis n’est pas fœtotoxique

Apres des décennies d’études sur la grossesse, la totalité des preuves suggère que l’exposition prénatale au cannabis ne conduit pas à des troubles cognitifs. Malgré le peu de données démontrant les effets négatifs prononcés de l’exposition prénatale au cannabis, l’opinion publique et les politiques menées reflètent encore la croyance que le cannabis est fœtotoxique. Les enfants et leurs parents sont régulièrement confrontés à la séparation et à d’autres formes de punition en raison des politiques juridiques et médicales concernant l’exposition prénatale au cannabis et de l’idée que la consommation de cannabis pendant la grossesse peut nuire au développement des enfants. Selon toutes les recherches tenues à ce jour, il n’y a pas de preuves pour soutenir cette fausse hypothèse.

Des chercheurs de l’Université de Columbia, de l’Institut psychiatrique de l’État de New York et de l’Université de Swinburne ont découvert que l’exposition prénatale au cannabis n’entraîne pas de troubles cognitifs chez les enfants, en se fondant sur les données de plusieurs décennies d’études sur cette question.

Publiée ce mois-ci dans la revue Frontiers in Psychology : une grande majorité des études sur ce sujet n’ont pas trouvé de différences statistiques significatives entre les enfants qui ont été exposés au cannabis pendant leur grossesse et ceux qui ne l’ont pas été.

Des recherches ont précédemment établi que l’exposition prénatale au cannabis ne semble pas avoir d’effets négatifs sur le développement physique des enfants. La question de savoir si elle pouvait ou non affecter leur développement cognitif est restée quelque peu sans réponse. En laissant les autorités médicales et juridiques fonder leurs propres politiques sur des études individuelles qui ne montrent pas l’ensemble du tableau statistique et sans parler des implications cliniques pour les enfants dans la vie réelle, les données ont été faussées au fil du temps.

“Ainsi, cet article aborde une lacune importante dans nos connaissances scientifiques dans la mesure où les résultats devraient faire la lumière sur la mesure dans laquelle l’exposition prénatale au cannabis produit des conséquences cliniques sur la progéniture . ce qui pourrait avoir des implications importantes pour la santé publique et les politiques.”

Pour examiner les implications statistiques de toutes les données existantes sur l’exposition prénatale au cannabis jusqu’à présent, les chercheurs Dr Ciara A. Torres, Dr Carl L. Hart, Christopher Medina-Kirchner et Kate Y. O’Malley ont passé en revue des centaines d’études se rapportant au cannabis , à sa consommation , en rapport avec les enfants et en se concentrant sur une dizaines qui traitaient spécifiquement de l’exposition prénatale au cannabis et de la cognition des enfants.

Un examen du nombre total de comparaisons statistiques (n = 1 001) entre les groupes de participants qui ont été exposés au cannabis avant la naissance et les témoins non exposés a révélé que ceux qui ont été exposés ont eu des performances différentes pour une minorité de résultats cognitifs (pire pour <3,5 % et meilleur pour <1 %). La signification clinique de ces résultats semble être limitée car les scores de performance cognitive des groupes exposés au cannabis se situaient en grande majorité dans la fourchette normale lorsqu’ils étaient comparés aux données normatives ajustées en fonction de l’âge et de l’éducation.

«Dans l’ensemble, nous avons trouvé un total de 1 001 comparaisons statistiques entre les groupes de participants qui ont été exposés au cannabis pendant la grossesse et les témoins non exposés et malgré l’analyse d’études depuis trente ans, nous concluons que les preuves ne soutiennent pas une association entre exposition prénatale au cannabis et déficits cognitifs cliniquement pertinents », ont écrit des chercheurs. En général, ils ont écrit: «Les études examinées montrent qu’il existe des différences subtiles dans les performances cognitives entre les enfants qui avaient été exposés au médicament avant la naissance et les témoins, mais les conclusions tirées dépassent parfois trop loin les données réelles.»

“il y a une possibilité , que même si les enfants naissent sain et sans handicaps et qu’il y est un impact invisible, nous devions simplement attendre qu’ils grandissent pour voir surgir une potentielle déficience “

Conclusion : Les données actuelles ne suggèrent pas que l’exposition prénatale au cannabis seule soit associée à des troubles du fonctionnement cognitif cliniquement significatifs. Cependant ils ont averti que ces conclusions devaient être prise avec précaution et prendre en considération que les sujets avaient des disparités sociales et évoluaient dans des environnements différent (citadin , rural ) ainsi que des capacités éducatives de niveau différent .

En ce qui concerne le cannabis , l’alcool où d’autres choix de consommations mais aussi d’autres facteurs comme , l’environnement, la pollution et les produits chlorés de votre eau , il est primordial que les femmes enceintes soient conscientes qu’elles ne peuvent pas contrôler les facteurs les plus important pour la venue de leur enfant

Etude complète dans Forbes

Tags : grossesseRecherche
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.