close
Légal

La Suisse soutient les essais de cannabis à des fins récréatives à une condition

«

Le Conseil des États suisse a approuvé un plan visant à lancer des essais de cannabis à usage récréatif, mais seuls les “consommateurs expérimentés ” devraient s’y soumettre

Le Parlement a soutenu un changement juridique permettant des études pilotes qui distribueront du cannabis à des groupes témoins, afin d’en savoir plus sur les effets de l’utilisation récréative. Les études de contrôle seront limitées en taille et en durée, et n’incluront que les fumeurs actuels de cannabis de plus de 18 ans, a entendu le Sénat mercredi.

Le ministre de l’Intérieur, Alain Berset, qui a soutenu l’amendement, a déclaré que la situation actuelle était “insatisfaisante”. C’est particulièrement le cas dans les grandes villes comme Berne, Genève, Zurich et Bâle, qui ont toutes exprimé un intérêt pour le potentiel de tels essais, a-t-il déclaré.

Un tiers de la population suisse a admis avoir fumé du cannabis à un moment donné, alors que quelque 200000 personnes fument régulièrement. Mais le cannabis reste une substance illégale, et il n’y a aucun contrôle de la qualité ou de l’origine de ce qui est consommé.

Les opposants à cette idée, issus de la droite et du centre-droit politiques, craignent que le projet n’ouvre la voie à une plus grande libéralisation. Les conditions fixées pour les essais ne sont pas assez strictes, disent-ils, et les fonds seraient mieux investis dans des campagnes de prévention.

Un seul élément de la loi reste flou : alors que la grande chambre du Parlement veut que tout le cannabis utilisé soit suisse et produit biologiquement, le Sénat estime que ce n’est pas faisable étant donné la disponibilité locale limitée.

Le débat autour des tests remonte à 2017, lorsque l’Université de Berne a demandé à entamer une telle étude, mais a été informée par l’Office fédéral de la santé publique que la législation n’autorisait la consommation de cannabis que pour des raisons médicales.

En 2008, près de deux tiers des électeurs suisses ont rejeté une initiative visant à dépénaliser le cannabis pour la consommation personnelle ; c’était le deuxième vote national sur cette question en dix ans.

L’étude, qui a été approuvée par le Conseil des États mercredi, espère en savoir plus sur les effets qu’aurait une légalisation contrôlée de la drogue en Suisse. Comme l’a rapporté le quotidien suisse Watson, le gouvernement souhaite que “seuls les adultes qui consomment déjà du cannabis participent à l’étude”. La proposition a déjà été approuvée par la Chambre basse suisse, le Conseil national, en juin. La décision d’entreprendre l’essai devait être prise en mars, mais elle a été reportée en raison de la pandémie de coronavirus. Les expériences doivent être menées dans les grandes villes de Suisse. Bâle, Berne, Bienne, Genève et Zurich ont toutes exprimé leur intérêt pour la réalisation de ces essais.

L’étude vise à comprendre comment fonctionne le marché du cannabis et comment lutter contre le marché noir. Les effets sociaux de la légalisation doivent également être étudiés.

“Les modèles doivent être testés avant d’entamer le débat sur la libéralisation ou non du cannabis”, a déclaré Pierre-Yves Maillard (Socialistes et démocrates), porte-parole de la commission compétente. Seules les personnes qui consomment actuellement du cannabis et qui peuvent le prouver seront autorisées à participer. La preuve sera apportée par un échantillon de cheveux.

Il reste un point de friction entre la chambre basse et la chambre haute de la Suisse. Alors que le Conseil national a exigé que le cannabis biologique cultivé en Suisse soit utilisé dans le cadre du procès, le Conseil des Etats a déclaré qu’il ne voulait pas en faire une obligation. Au contraire, le cannabis biologique cultivé en Suisse doit être utilisé dans le cadre de l’essai “dans la mesure du possible”, le Conseil des États notant que ce type de cannabis est difficile à trouver.

Depuis 2011, la vente de produits à base de cannabis contenant jusqu’à un pour cent de tétrahydrocannabinol (THC), l’ingrédient qui fait planer les consommateurs, est légale en Suisse.

Le cannabis ordinaire et d’autres produits associés tels que le haschisch sont également illégaux, bien que les petites quantités (moins de dix grammes) soient dépénalisées et ne soient passibles que d’une amende de 100 francs sur place.

Un sondage de l’Organisation mondiale de la santé a montré que plus d’adolescents fument en Suisse que dans tout autre pays européen, 27 % des jeunes de 15 ans ayant fumé au moins une fois.

L’utilisation du cannabis à des fins médicales est également fortement limitée en Suisse, un seul produit – l’huile de la CBD, étant légalement disponible à la vente.

Tags : LoiRécréatifSuisse
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.