close
Weed

La Jamaïque est à court de ganja alors que les agriculteurs luttent

Drapeau Jamaique

L’industrie naissante du cannabis en Jamaïque frappée de plein fouet par des catastrophes naturelles

C’est un problème culturel de grande ampleur ! Des pluies abondantes suivies de sécheresse prolongée , face à la hausse de la consommation locale et une baisse du nombre de cultivateurs la Jamaïque se trouve face à une pénurie de ganja dans le pays et selon les experts c’est la pire qu’ils aient jamais vécu jusqu’à ce jour.

Lorsqu’on demande à quelqu’un quel est le pays qui, selon lui, possède le meilleur cannabis, la Jamaïque est probablement citée le plus souvent. Aucun autre pays n’est aussi associé à cette plante que la Jamaïque. Le cannabis est une part importante de la culture, de la société jamaïcaines et, depuis peu, une industrie légale en pleine expansion.

La Jamaïque est depuis 2015 le foyer d’une industrie réglementée du cannabis médical. L’île permet aux citoyens de cultiver jusqu’à cinq plantes, et les rastafariens sont légalement autorisés à fumer de la ganja à des fins cultuelles.

La loi indique que les personnes prises avec 56 grammes ou moins sont censées payer une petite amende et ne risquent ni arrestation ni casier judiciaire. Biensur, cela n’empêche pas de nombreux touristes et locaux a acheter de la ganja dans la rue, où elle est devenue c’est dernier temps plus rare et plus chère. Les difficultés à trouver de la weed sont bien réelles et les touriste ne manque pas de placer des notes sur les sites de voyage, l’info atterrit meme dans les journaux.

à lire :  Booster sa créativité avec la weed

Les militants affirment que la pandémie et l’assouplissement des lois jamaïcaines sur la ganja ont entraîné une augmentation de la consommation locale qui a contribué à la pénurie, même si la pandémie a freiné l’arrivée des touristes en quête de ganja. Le problème a été aggravé par les mesures strictes du COVID-19, notamment un couvre-feu à 18 heures qui empêchait les agriculteurs de s’occuper de leurs champs la nuit, comme c’est la routine, a déclaré Kenrick Wallace, 29 ans, qui cultive près d’un hectare à Accompong avec l’aide de 20 autres agriculteurs.

Paul Burke, PDG de l’association jamaïcaine des cultivateurs et producteurs de Ganja, a déclaré dans une interview que les gens n’ont plus peur d’être enfermés depuis que le gouvernement autorise la possession de petites quantités. Il a ajouté que la stigmatisation de la ganja a diminué et que davantage de personnes apprécient sa valeur thérapeutique et médicinale revendiquée pendant la pandémie. Il a également déclaré que certains petits agriculteurs traditionnels ont cessé de croître frustrer de pouvoir répondre aux exigences du marché légal alors que la police continue de détruire ce qu’il a décrit comme de « bons champs de ganja« .

Des catastrophes naturelles frappent la Jamaïque et sa ganja

« Une catastrophe inattendue  » provoquée par la sécheresse affectant les cultures de cannabis s’est abattue sur la Jamaïque . Et récemment des pluies ont emportés les champs et les routes que les agriculteurs utilisaient . D’après certains cultivateurs de ganja « illégale » la sécheresse et les pluie diluviennes ont considérablement réduit les stocks de cannabis entraînant la perte de dizaines de milliers de dollars.

La situation serait désastreuse, les agriculteurs jamaïcains ayant déclaré à l’Associated Press que des récoltes entières ont été perdues à cause des catastrophes naturelles. De nombreux cultivateurs ne sont pas en mesure de se rendre dans les champs encore cultivables en raison de l’absence de routes d’aller et de retour, et cela vaut également pour l’accès aux sources d’eau.

à lire :  Lenny Kravitz découvre l'herbe et Led Zeppelin le même jour dans un nouvel extrait de mémoire

Les progrès technologiques permettront-ils d’atténuer les problèmes à venir ?

Les climats du monde changent, et une partie de ce changement est une plus grande fréquence des catastrophes naturelles de différentes magnitudes. Si l’industrie jamaïcaine du cannabis a pris un tel essor, c’est en grande partie parce qu’une grande majorité du cannabis est cultivée sans recours à la technologie.

Une infrastructure croissante de serres, de réservoirs d’eau et de systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte contribuera grandement à atténuer les pertes de récoltes en Jamaïque lors des futures fortes pluies suivies de sécheresses. Le cannabis cultivé naturellement régnera toujours en maître en Jamaïque car, après tout, c’est l’un des meilleurs climats pour cultiver le cannabis.

Toutefois, une augmentation des opérations de culture sophistiquées en Jamaïque permettra de combler les lacunes en période de besoin à l’avenir, ce qui sera bénéfique pour les patients et les consommateurs à l’avenir.

La Cannabis Licensing Authority du gouvernement, qui a autorisé 29 cultivateurs et délivré 73 licences pour le transport, la vente au détail, la transformation et d’autres activités a déclaré qu’il n’y a pas de pénurie de ganja dans l’industrie réglementée. Mais que les cultivateurs et les militants affirment que l’herbe vendue dans des dispensaires légaux, appelés « herboristeries » ou « maison a herbes », est hors de portée pour beaucoup, étant donné qu’elle coûte encore cinq à dix fois plus cher que le cannabis dans la rue.


Tags : GanjaJamaïque
Weed-master

The author Weed-master

Diffuseur weed média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.