close
Science

Un scientifique révèle comment la marijuana agit sur notre système opioïde naturel

Un expert en neuropharmacologie explique comment le cannabis peut traiter la douleur

Un chercheur en neuropharmacologie a étudié les opioïdes et les cannabinoïdes dans le cadre du traitement de la douleur et de la toxicomanie. Ses recherches portent sur la mise au point de composés médicamenteux capables de soulager la douleur chronique sans risque de surconsommation et sans la diminution de l’efficacité qui accompagne souvent les analgésiques traditionnels.

Comment fonctionnent les opioïdes

Notre corps possède son propre système opioïde intégré qui peut aider à gérer la douleur. Ces opioïdes, comme les endorphines, sont des substances chimiques qui sont libérées lorsque le corps subit un stress, comme un exercice intense, ainsi qu’en réponse à des activités agréables comme un bon repas. Mais il s’avère que les humains ne sont pas les seuls organismes capables de fabriquer des opioïdes.

Dans les années 1800, les scientifiques ont découvert que la morphine, un opioïde isolé du pavot à opium, était très efficace pour soulager la douleur. Au cours des 150 dernières années, les scientifiques ont développé d’autres opioïdes synthétiques comme l’hydrocodone et la dihydrocodéine qui soulagent également la douleur.

D’autres opioïdes comme l’héroïne et l’oxycodone sont très similaires à la morphine, mais avec de petites différences qui influencent la rapidité de leur action sur le cerveau. Le fentanyl a une composition chimique encore plus unique. Il s’agit de l’opioïde le plus puissant et c’est lui qui est à l’origine de la flambée actuelle des overdoses et des décès, notamment chez les jeunes.

Les opioïdes, qu’ils soient produits naturellement ou synthétiques, soulagent la douleur en se liant à des récepteurs spécifiques dans le corps, qui sont des protéines agissant comme une serrure qui ne peut être ouverte que par une clé opioïde.

L’un de ces récepteurs, appelé récepteur mu-opioïde, se trouve sur les cellules nerveuses transmettant la douleur le long de la moelle épinière. Lorsqu’ils sont activés, les récepteurs mu réduisent la capacité de la cellule à relayer l’information sur la douleur. Ainsi, lorsque ces opioïdes circulent dans l’organisme et qu’ils atteignent leur récepteur, les stimuli qui provoqueraient normalement la douleur ne sont pas transmis au cerveau.

à lire :  Les flics du Wyoming vont surveiller l’éclipse solaire

Ces mêmes récepteurs se trouvent également dans le cerveau. Lorsque les opioïdes trouvent leur récepteur, le cerveau libère de la dopamine, la substance chimique dite « de bien-être », qui possède ses propres récepteurs. C’est, en partie, la raison pour laquelle les opioïdes peuvent créer une forte dépendance. Les recherches suggèrent que ces récepteurs alimentent le système de récompense du cerveau et favorisent la recherche de drogues. Pour les personnes qui se voient prescrire des opiacés, cela crée un risque d’abus.

Les récepteurs opioïdes sont régulés de manière dynamique, ce qui signifie que lorsqu’ils sont exposés à de plus en plus d’opioïdes, le corps s’adapte rapidement en désactivant le récepteur. En d’autres termes, l’organisme a besoin d’une quantité de plus en plus importante de cet opioïde pour soulager la douleur et produire la sensation de bien-être. Ce processus est connu sous le nom de tolérance. La volonté de rechercher une récompense de plus en plus grande, associée à une tolérance toujours plus grande, est à l’origine du risque de surdose. C’est pourquoi les opioïdes ne sont généralement pas des solutions à long terme pour soulager la douleur.

THC et CBD pour le traitement de la douleur

Il est toutefois intriguant de constater que la recherche suggère que la consommation de cannabis pourrait également réduire le besoin d’opioïdes directement en interagissant avec le système opioïde naturel du corps pour produire des effets analgésiques similaires.

De nombreuses études ont montré que le THC et le CBD atténuent tous deux la douleur, même si, et c’est important, ils diffèrent dans les récepteurs auxquels ils se lient pour produire ces effets.

Le THC se lie aux récepteurs cannabinoïdes qui sont situés dans tout le système nerveux central, produisant une variété de réponses. L’une de ces réponses est l’euphorie associée à la consommation de cannabis, et une autre est le soulagement de la douleur. En outre, on pense que le THC réduit l’inflammation de la même manière que les anti-inflammatoires comme l’ibuprofène.

En revanche, le CBD semble se lier à plusieurs récepteurs distincts, et plusieurs de ces récepteurs peuvent jouer un rôle dans la réduction de la douleur. Il est important de noter que cela se produit sans l’effet euphorisant du THC.

à lire :  Un composé analgésique 30 fois plus puissant que l'aspirine est produit dans le cannabis

Étant donné qu’ils ciblent des récepteurs différents, le THC et le CBD peuvent être plus efficaces lorsqu’ils agissent de concert plutôt que seuls, mais des études supplémentaires sur des modèles animaux et des humains sont nécessaires.

Les cannabinoïdes peuvent également être utiles dans d’autres cas. De nombreuses études ont démontré que les médicaments à base de cannabinoïdes approuvés pour un usage médical sont efficaces contre la douleur et d’autres symptômes comme la spasticité, les nausées et la perte d’appétit.

Les drogues opioïdes, qui comprennent l’héroïne, l’oxycodone et le fentanyl, créent une forte dépendance.

Faire avancer la recherche sur la douleur

Parallèlement à l’association du THC et du CBD, les chercheurs commencent à explorer l’utilisation de ces deux cannabinoïdes avec les opioïdes existants pour le traitement de la douleur. Ces recherches sont menées à la fois sur des modèles animaux et sur des humains.

Ces études sont conçues pour comprendre à la fois les avantages, soulagement de la douleur, et les risques, principalement le potentiel de dépendance, du traitement conjoint par cannabinoïdes et opioïdes. L’espoir serait que le THC ou le CBD puisse réduire la quantité d’opioïdes nécessaire pour un puissant soulagement de la douleur sans augmenter le risque de dépendance.

Par exemple, une étude a testé la combinaison de cannabis fumé et d’oxycontin pour le soulagement de la douleur et la récompense. Elle a révélé que le co-traitement améliorait le soulagement de la douleur mais augmentait également le plaisir procuré par les médicaments. Cette étude, ainsi qu’un nombre limité d’autres études, suggère qu’il n’y a peut-être pas de bénéfice net.

Cependant, de nombreuses autres études de ce type seront nécessaires pour comprendre si les cannabinoïdes et les opioïdes peuvent être utilisés ensemble en toute sécurité contre la douleur. Néanmoins, l’utilisation de cannabinoïdes en remplacement des opioïdes reste une stratégie prometteuse pour le traitement de la douleur.

La prochaine décennie de recherche apportera probablement de nouvelles connaissances importantes sur le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes dans la gestion de la douleur chronique. Et comme la légalisation de la marijuana continue de se répandre, son utilisation en médecine va sans aucun doute croître de manière exponentielle.

Cet article a été initialement publié sur The Conversation et Inverse


Tags : dépendanceDrogueNeuroscienceopioïdes
weedmaster

The author weedmaster

Diffuseur de média et responsable de la communication spécialisée dans le cannabis légal. Vous savez ce qu’on dit ? la connaissance, c’est le pouvoir. Comprendre la science qui se cache derrière la médecine du cannabis, tout en restant informé des dernières recherches, traitements et produits liés à la santé. Restez au courant des dernières nouvelles et des idées sur la légalisation, les lois, les mouvements politiques. Découvrez les conseils, les astuces et les guides pratiques des cultivateurs les plus chevronnés de la planète en passant par les dernières recherches et découvertes de la communauté scientifique sur les qualités médicales du cannabis.