Légalisation du cannabis à des fins médicales en Bosnie-Herzégovine ?

bosnie legal

Légalisation du cannabis à des fins médicales en Bosnie-Herzégovine ?

La conférence sur le thème « Légalisation du cannabis à des fins médicales – comment accélérer le processus ? »

La conférence « Légalisation du cannabis  » organisée pour la première fois à l’Assemblée parlementaire de Bosnie-Herzégovine, a rassemblé des représentants de nombreuses institutions du pays.

Participent notamment à la conférence des représentants du Conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine, des parlementaires des différents niveaux de gouvernement, des représentants du ministère de la Santé de la FBiH, du ministère de la Santé et de la Protection sociale de la RS, des centres cliniques de BiH, du SIPA et du bureau du procureur de BiH, de la police des entités et des districts de Brčko de BiH, de l’Agence pour les médicaments et les dispositifs médicaux et d’autres agences d’État, des instituts, ainsi que des membres de la communauté universitaire, des pharmaciens et des représentants d’associations et d’inspections.

Saša Magazinović, membre de la Chambre des représentants de l’Assemblée parlementaire de Bosnie-Herzégovine et le plus fervent partisan de cette initiative au sein de cette institution, a déclaré que toutes les personnes malades qui consomment de l’huile de cannabis s’attendent à pouvoir l’utiliser de manière légale.

« Ils s’attendent à être traités par des médecins plutôt que par des dealers et à acheter de l’huile de cannabis dans des pharmacies plutôt que dans des parcs obscurs. Si cela n’est pas clair pour tout le monde, nous parlons, et il est important de le souligner, d’un grand nombre de personnes qui souffrent de grandes douleurs, qui souffrent de maladies auto-immunes, de maladies malignes, de troubles neurologiques… nous parlons de personnes dont la qualité de vie est considérablement altérée. Nous sommes tous ici à cause de ces personnes », a déclaré M. Magazinović.

Il a ajouté que la conférence réunissait des personnes qui prennent des décisions, les exécutent et traitent ce sujet d’un point de vue juridique, sécuritaire et scientifique.

 » Il y avait des personnes de différentes institutions avec diverses orientations politiques réunit avec un objectif commun , celui de permettre enfin l’usage du cannabis à des fins médicales » a déclaré Magazanovic.

Il a indiqué qu’il s’occupait de ce sujet depuis quatre ans et que, grâce à son travail sur cette question, il était en communication avec des centaines de personnes qui utilisaient illégalement de l’huile de cannabis.

« Ils sont la motivation pour pousser cette histoire jusqu’au bout. Autrefois, la légalisation du cannabis était une idée progressiste, aujourd’hui ce n’est plus le cas, il s’agit d’une obligation internationale. Il y a trois ans, la Commission des drogues des Nations unies a retiré le cannabis de la liste des substances interdites et l’a transféré dans la deuxième colonne – autorisé sous contrôle spécial. C’est ce dont nous avons besoin », a-t-il déclaré.

Nataša Grubiša, directrice de l’Agence des médicaments et des dispositifs médicaux de Bosnie-Herzégovine, a déclaré qu’afin de protéger la santé de leurs patients, ils souhaitaient disposer de médicaments clairs, de haute qualité et contrôlés grâce à cette initiative.

« Actuellement, nous ne savons pas quel type de résines nos patients reçoivent, nous ne savons pas comment elles sont dosées, de quelle manière elles sont reçues, et nous sommes conscients que nos médecins eux-mêmes les achètent, car lorsque nous nous trouvons dans une situation, nous ne choisissons pas les moyens. En ce moment, nous sommes tous des acteurs, sans mentionner certains actes, sans les nommer, mais nous sommes conscients que nous devons agir non seulement en raison de la Convention que les Nations Unies nous mandatent, mais aussi parce que nous voulons que nos citoyens reçoivent des médicaments sûrs, efficaces et de haute qualité », a déclaré M. Grubiša.

Nediljko Rimac, ministre de la santé de la Fédération de Bosnie-Herzégovine, a déclaré que le sujet abordé aujourd’hui était extrêmement important pour la Bosnie-Herzégovine et a ajouté que le ministère fédéral de la santé soutenait cette initiative afin de trouver des solutions juridiques de qualité.

« En tant que médecin, avant d’être à la tête du ministère, j’ai moi-même pratiqué la chirurgie oncologique, et je sais à quel point le cannabis a été utilisé pour supprimer des douleurs intenses », a déclaré M. Rimac, ajoutant que l’objectif de l’événement d’aujourd’hui est de permettre aux patients d’obtenir la préparation nécessaire de manière légale, rapporte AA.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer