Un village belge explore le chanvre pour dépolluer des terres contaminées par les « polluants éternels »

Un village belge explore le chanvre pour dépolluer des terres contaminées par les « polluants éternels »

Un Projet Innovant à Lillo, Anvers

Des chercheurs universitaires et un village en Belgique testent le potentiel de la culture du chanvre pour la dépollution des sols contaminés par les substances per- et polyfluoroalkyles (PFAS) – des « polluants éternels » longtemps utilisés dans une large gamme de produits industriels et de consommation.

Cette initiative vise à nettoyer un site dans le village portuaire de Lillo, une partie d’Anvers contaminée par des PFAS (Les alkyls perfluorés et polyfluorés) provenant de la mousse anti-incendie. Le village prévoit éventuellement de construire une nouvelle caserne de pompiers sur le site.

« Le chanvre n’est pas seulement bon pour notre économie circulaire, mais il a également le potentiel d’extraire les PFAS des sols contaminés. Par conséquent, la recherche dans ce domaine mérite tout notre soutien », a déclaré Bart De Wever, maire d’Anvers et chef des services d’urgence.

https://hemptoday.net/belgian-village-exploring-hemp-to-overcome-pollution-of-land-from-forever-chemicals/

Si elle réussit, cette méthode de nettoyage pourrait être déployée à l’échelle nationale en Belgique, selon les responsables d’Anvers et les chercheurs de l’Université de Gand travaillant sur cette initiative conjointe. Les résultats sont attendus pour l’automne.

Qu’est-ce que les PFAS?

Parce qu’ils ne se dégradent pas dans la nature, les PFAS attirent l’attention des agences environnementales et sanitaires. Ces substances toxiques, présentes dans l’eau, l’air, les poissons et le sol dans de nombreuses régions du monde, sont utilisées depuis les années 1950 pour fabriquer une grande variété de produits de consommation, notamment les poêles antiadhésives « Teflon », les emballages de fast-food, les vêtements et tapis résistants à l’eau, ainsi que les produits de soin personnel tels que les mascaras et eyeliners waterproof, les écrans solaires, les shampoings et les crèmes à raser. En plus de la mousse anti-incendie, l’utilisation industrielle principale de ces produits chimiques est comme lubrifiants.

Une méthode alternative de nettoyage au creusement et à l’incinération des sols pollués consiste à planter du chanvre, qui semble extraire des quantités significatives de PFAS du sol, stockant les polluants dans les feuilles de la plante. Dans ce processus, les parties de la plante qui absorbent les PFAS sont détruites, tandis que le reste de la plante peut être utilisé.

Deuxième projet en Belgique

L’initiative de nettoyage à Lillo est le deuxième projet de ce type en Belgique, où le géant industriel 3M a annoncé il y a deux ans avoir réussi à cultiver du chanvre pour éliminer les PFAS de la couche arable et purifier les eaux souterraines polluées sur un site industriel à Anvers. 3M a été impliqué dans un scandale politique en Belgique en 2022, lorsque des études pour un projet de tunnel ont révélé que l’entreprise avait libéré des niveaux élevés de toxines dans l’eau, le sol et chez les personnes vivant près de son usine. Des analystes ont estimé que les responsabilités et les coûts de remédiation liés aux PFAS pour 3M pourraient s’élever à 30 milliards de dollars.

Efforts aux États-Unis

Aux États-Unis, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) devrait classer certains produits chimiques PFAS comme « substances dangereuses » cette année. L’EPA a déclaré qu’elle prévoyait d’exiger des entreprises qu’elles signalent les rejets de PFAS et qu’elle cherche à obtenir plus de pouvoir pour poursuivre les pollueurs tout en analysant les sites et en récupérant les coûts de remédiation.

Partager ce contenu :

À ne pas manquer