close
Légalisation

Ouganda : le cabinet des ministres approuve les règles de production du cannabis

De nouvelles règles pour la production et la vente de cannabis ougandais ont été approuvées le 2 mars

Le cabinet ougandais s’est réunit ce lundi pour approuver les nouvelles directives sur la culture et la vente de marijuana ougandaise. Les ministres ont proposé un nouveau régime de pré-licence qui exige, pour la nouvelle industrie du cannabis en Ouganda, de s’assurer de la présence des acheteurs avant d’accorder des licences rapporte le Daily Nation.

La nouvelle proposition au sous-comité du cabinet sur le cannabis provient de l’Autorité nationale des drogues (NDA) et du ministère de la Santé. Les architectes de la nouvelle proposition espèrent qu’une mesure aussi radicale rationalisera les choses et aidera le gouvernement à chasser les spéculateurs de l’industrie du cannabis médical, qui représente plusieurs milliards d’euros.

« Nous avons besoin de gens sérieux, pas de vendeurs. Nous ne voulons pas de personnes qui vont obtenir une autorisation et ensuite commencer à vendre des licences de cannabis médical… Nous voulons des investisseurs sérieux qui vont produire du cannabis à des fins médicales uniquement », a expliqué le président de la NDA, le Dr Medard Bitekyerezo.

En vertu des lignes directrices révisées proposées pour ce commerce, plus de 100 sociétés et individus dont les demandes sont en cours seront invités à présenter des preuves d’acheteurs avant d’obtenir des licences pour la culture ou l’exportation de produits a base de cannabis.

Des sources proches de la sous-commission du Cabinet sur le cannabis ont déclaré au Sunday Monitor que des réunions sont organisées pour décider si tous ceux qui ont soumis une demande doivent être invités à soumettre à nouveau des demandes avec des « accords d’achat contraignants ». La négociation de tels accords prend des mois, voire des années.

Des accords sont conclus entre les producteurs et les acheteurs pour acheter ou vendre une certaine quantité de production future. Elles sont généralement négociées bien avant la construction d’une usine afin de garantir que celle-ci puisse être utilisée pour la production future.

L’obligation de conclure des accords d’achat intervient un mois seulement après que la sous-commission du Cabinet sur le cannabis médical ait proposé un capital minimum de 5 millions de dollars (18,3 milliards de shillings) et une garantie bancaire similaire.

Ils avaient également exigé un certificat de dégrèvement fiscal de l’Autorité fiscale ougandaise. En plus des listes d’employés et de leurs descriptions de poste, une licence d’exploitation valide, la preuve de la valeur ajoutée au cannabis et des comptes vérifiés. L’autre exigence est de veiller à ce que ces fermes de culture ne soient pas situées à proximité d’écoles, d’hôpitaux et de zones résidentielles.

Tags : AfriqueAgriculture/GrowLoi