close
Science

Cannabis et psychose: Sommes-nous plus proches de comprendre la relation?

Une étude met en lumière le lien entre le cannabis, l’anxiété et le stress

Une molécule naturelle produite par le cerveau active les récepteurs endocannabinoïdes, protégeant contre le stress en réduisant les connexions génératrices d’anxiété entre l’amygdale et le cortex préfrontal. Les résultats peuvent aider à expliquer pourquoi les gens se tournent vers la marijuana lorsqu’ils se sentent anxieux ou stressés.

Cette découverte, publiée aujourd’hui dans Neuron , pourrait aider à expliquer pourquoi certaines personnes consomment du cannabis lorsqu’elles sont anxieuses ou stressées. Cela pourrait également signifier que les traitements pharmacologiques qui augmentent les niveaux de cette molécule, connue sous le nom de «2-AG», dans le cerveau pourraient réguler l’anxiété et les symptômes dépressifs chez les personnes souffrant de troubles anxieux liés au stress, évitant potentiellement une dépendance à la marijuana médicale ou à des traitements similaires .

Une molécule produite par le cerveau qui active les mêmes récepteurs endocannabinoïdes réduit les connexions provoquant l’anxiété entre deux régions du cerveau, rapportent les chercheurs du Vanderbilt University Medical Center.

L’effondrement de la signalisation endocannabinoïde contribue au renforcement amygdalo-cortical induit par le stress

«Le circuit entre l’amygdale et le cortex frontal s’est révélé plus fort chez les personnes souffrant de certains types de troubles anxieux. Alors que les personnes ou les animaux sont exposés au stress et deviennent plus anxieux, ces deux zones du cerveau se collent et leur activité se renforce ensemble », a déclaré Sachin Patel, MD, PhD, l’auteur correspondant du journal et directeur de la Division de psychiatrie générale à Vanderbilt. Centre médical universitaire.

Lorsque les souris sont exposées à un stress aigu, une rupture de la connexion génératrice d’anxiété entre l’amygdale et le cortex frontal causée par le 2-AG disparaît temporairement, provoquant l’émergence de comportements liés à l’anxiété.

«Nous pourrions prédire qu’il y a un effondrement du système endocannabinoïde, qui comprend le 2-AG, chez les patients qui continuent à développer un trouble. Mais, tout le monde ne développe pas un trouble psychiatrique après une exposition à un traumatisme, alors peut-être que les personnes qui ne développent pas de trouble sont capables de maintenir ce système d’une manière ou d’une autre. Ce sont les choses que nous souhaitons tester ensuite. »

L’étude a également révélé que la signalisation entre l’amygdale et le cortex frontal peut être renforcée par des manipulations génétiques qui compromettent la signalisation endogène des cannabinoïdes dans cette voie, ce qui rend les souris anxieuses même sans exposition au stress dans certains cas. Cette découverte démontre que le système de signalisation cannabinoïde qui supprime le flux d’informations entre ces deux régions cérébrales est essentiel pour fixer le niveau d’anxiété chez les animaux.

«Nous ne savons pas comment ni pourquoi ce système de signalisation cannabinoïde disparaît ou se désagrège en réponse au stress, mais il se traduit par le renforcement de la connexion entre ces deux régions et une augmentation des comportements d’anxiété chez la souris. Comprendre ce qui cause ce compromis, ce qui provoque le retour du système de signalisation après quelques jours, et de nombreuses autres questions sur les mécanismes moléculaires par lesquels cela se produit sont des choses que nous souhaitons suivre », a déclaré Patel, également James G Professeur Blakemore de psychiatrie et de sciences du comportement, de physiologie moléculaire et de biophysique et de pharmacologie.

David Marcus, étudiant diplômé en neurosciences et premier auteur de l’article, et S. Patel s’intéressent également à la façon dont le système réagit à des formes de stress plus chroniques et veulent déterminer s’il existe d’autres expositions environnementales qui compromettent ou améliorent ce système pour réguler le comportement.

Comment le cannabis court-circuitent les connexions cérébrales liées aux troubles du stress et de l’anxiété

En terme scientifique : Le couplage fonctionnel entre l’amygdale et le cortex préfrontal dorsomédial (dmPFC) a été impliqué dans la génération d’états affectifs négatifs; cependant, les mécanismes par lesquels le stress augmente la force synaptique amygdale-dmPFC et génère des comportements de type anxiété ne sont pas bien compris. Ici, nous montrons que le circuit de cortex préfrontal pré-limbique de l’amygdale basolatérale (BLA) de la souris (plPFC) est engagé par le stress et l’activation de cette voie chez l’anxiogène. De plus, nous démontrons que l’exposition au stress aigu entraîne une augmentation durable de la force synaptique au sein d’un sous-circuit réciproque BLA-plPFC-BLA. Surtout, nous identifions la signalisation endocannabinoïde médiée par le 2-arachidonoylglycérol (2-AG) comme un mécanisme clé limitant la libération de glutamate aux synapses BLA-plPFC et l’effondrement fonctionnel de la signalisation multimodale 2-AG comme mécanisme moléculaire conduisant à un renforcement synaptique persistant spécifique au circuit et à l’anxiété ressemblant à des comportements après une exposition au stress. Ces données suggèrent qu’une altération spécifique au circuit dans la signalisation 2-AG pourrait faciliter le couplage fonctionnel entre le BLA et le plPFC et la traduction du stress environnemental en pathologie affective.

Conclusion

  • Le circuit BLA-plPFC est engagé par l’exposition au stress et son activation est anxiogène
  • Le stress améliore la libération de glutamate dans un sous-circuit réciproque BLA-plPFC-BLA
  • L’entraînement glutamatergique BLA-plPFC est contraint par la signalisation multimodale 2-AG
  • L’effondrement de la signalisation 2-AG contribue au renforcement du circuit induit par le stress et à l’anxiété

Bien que de nombreux utilisateurs ne jurent que par les effets apaisants de la weed, des recherches comme la nouvelle étude Vanderbilt devraient aider le médicament à obtenir le sceau d’approbation officiel pour le traitement de conditions supplémentaires. 

D’une part, leur étude offre une explication de la raison pour laquelle l’herbe pourrait vraiment être une clé pour réduire l’anxiété.

Tags : anxiétéNeurosciencepsychiatriestressSystème endocannabinoïde