close
Lifestyle

Twitter: la désinformation peut mettre des vies en danger

Photo Credit : Herb
Blog-Cannabis

Une étude révèle que les robots de Twitter répandent de fausses allégations sur les bienfaits du cannabis pour la santé

L’analyse de l’American Journal of Public Health sur des dizaines de milliers de messages liés au cannabis sur Twitter a révélé que les robots sociaux perpétuaient régulièrement de fausses allégations de santé sur la plate-forme, illustrant comment de fausses déclarations peuvent étouffer une science solide sur les médias sociaux.

Selon des chercheurs de l’Université de Californie du Sud, des allégations erronées formulées dans les milliers de publications de robots sur Twitter nient des faits scientifiques sur le cannabis.

Pour l’étude, l’équipe de recherche a échantillonné des tweets liés au cannabis affichés chaque semaine entre mai 2018 et décembre 2018. Ensuite, ils ont trié les tweets générés par les bots sociaux par rapport à ceux provenant de comptes non-bot en utilisant un outil de recherche appelé Botomètre qui analyse les caractéristiques d’un compte Twitter et lui donne un score basé sur la probabilité que le compte soit un bot

Ils ont ensuite codé les tweets en 12 catégories, y compris les mentions de première utilisation, de santé et de médecine, de légalité, de produits transformés tels que les aliments et la consommation de cannabis en conjonction avec de l’alcool, des analgésiques et des psychédéliques.

“fake news”

” Ce que nous avons constaté, c’est que la proportion de postes de robots qui parlaient des allégations santé était plus importante que celle des comptes non-bots “, a déclaré Patricia Escobedo, étudiante au doctorat et coauteure de l’étude. Escobedo a ajouté qu’ils n’ont pas trouvé une seule référence à des utilisations scientifiquement prouvées du cannabis, comme les médicaments pour le traitement de l’épilepsie chez les enfants, dans leurs données.

Jon-Patrick Allem : auteur principal de l’étude

“Nous sommes dans une période de temps où ces messages trompeurs sont omniprésents en ligne”, a déclaré  Jon-Patrick Allem , professeur adjoint de médecine préventive à la Keck School of Medicine de l’USC et auteur principal de l’étude. «Nous voulons que le public soit au courant de la différence entre une information sanitaire démontrée et scientifiquement appuyée et des allégations qui sont tout simplement inventées.»

Selon des chercheurs de l’Université de Californie du Sud, les publications de robots sociaux ont suggéré que le cannabis pouvait aider à résoudre un éventail de problèmes de santé, notamment le cancer, la fasciite plantaire et la maladie de Crohn, entre autres.

La Food and Drug Administration des États-Unis n’approuve l’utilisation médicale du cannabis que dans un petit nombre de cas, notamment pour aider à soulager les nausées et les vomissements provoqués par la chimiothérapie, pour stimuler l’appétit dans des conditions comme le sida ou le VIH qui entraînent une perte de poids, et pour la prise en charge de deux formes d’épilepsie pédiatrique. Mais selon Jon Patrick Allem, auteur de la principale étude :

L’inquiétude est que tout le bavardage en ligne sur les qualités bénéfiques du cannabis aura des conséquences hors ligne, influençant en fin de compte les attitudes et les comportements, a précisé Allem, auteur principal de l’étude publiée dans l’American Journal of Public Health

“La prochaine étape sera d’examiner les niveaux d’exposition et de croyances déclarés par les personnes concernées par ces allégations, ainsi que les risques et les avantages perçus de la consommation de cannabis, les intentions de consommation et la consommation réelle.”

Tags : ApplicationÉtudeTechnologie