close
Santé

Plus de weed moins de maux de tête ?

Blog-Cannabis

L’inhalation de cannabis réduit de 47,3 % la gravité des maux de tête et de 49,6 % la gravité des migraines.

Selon une étude récente menée par Carrie Cuttler, professeure adjointe de psychologie à l’Université de l’État de Washington, l’inhalation de cannabis permet de réduire de 47,3 % l’intensité des maux de tête et de 49,6 % celle des migraines, selon des déclarations volontaires.

Une étude qui confirme les recherches précédentes

L’étude, publiée récemment en ligne dans le Journal of Pain, est la première à utiliser une base base de données sur des patients souffrant de maux de tête et de migraines et utilisant du cannabis. Des études antérieures ont demandé aux patients de se rappeler les effets de la consommation de cannabis dans le passé. Un essai clinique a montré que le cannabis était meilleur que l’ibuprofène pour soulager les maux de tête, mais cette étude utilisait du nabilone, un cannabinoïde synthétique.

“Nous avons été motivés à faire cette étude parce qu’un nombre important de personnes disent consommer du cannabis contre les maux de tête et la migraine, mais étonnamment peu d’études ont abordé le sujet,” dit Cuttler, l’auteur principal de l’article.

Dans le cadre de l’étude de la WSU (Washington State University), les chercheurs ont analysé les archives de données de l’application Strainprint, qui permet aux patients de suivre les symptômes avant et après la consommation de cannabis médical acheté auprès de producteurs et distributeurs canadiens. L’information a été soumise à plus de 1300 patients qui ont utilisé l’application plus de 12 200 fois pour suivre l’évolution des céphalées d’avant à après la consommation de cannabis, et 653 autres qui ont utilisé l’application plus de 7 400 fois pour suivre l’évolution de la gravité des migraines.

à lire aussi
Un essai de cannabis médical ciblera 20000 patients britanniques

“Nous voulions aborder cette question d’une manière valable, c’est-à-dire en examinant les patients qui consomment du cannabis à base de plantes entières pour se soigner chez eux et dans leur environnement “, a dit M. Cuttler. “Ce sont aussi de très grandes données, ce qui nous permet de généraliser de façon plus appropriée et plus précise à l’ensemble des patients qui consomment du cannabis pour traiter ces affections.”

Aucune preuve que le cannabis cause des maux de tête excessifs

Cuttler et ses collègues n’ont vu aucune preuve que le cannabis causait des “maux de tête excessifs”, qui est l’un des inconvénients des traitements plus conventionnels qui peuvent aggraver les maux de tête des patients avec le temps. Cependant, ils ont vu des patients consommer de plus grandes doses de cannabis au fil du temps, ce qui indique qu’ils pourraient développer une tolérance au produit.

L’étude a révélé une légère différence entre les sexes, les hommes (90,0 %) ayant déclaré un nombre beaucoup plus élevé de séances de réduction des céphalées que les femmes (89,1 %). Les chercheurs ont également noté que les concentrés de cannabis, comme l’huile de cannabis, produisaient une plus grande réduction des céphalées que la fleur de cannabis.
Il n’y avait toutefois pas de différence significative dans la réduction de la douleur entre les souches de cannabis dont les niveaux de tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD), étaient supérieurs ou inférieurs. Comme le cannabis est composé de plus de 100 cannabinoïdes, cette découverte suggère que différents cannabinoïdes ou d’autres constituants comme les terpènes peuvent jouer un rôle central dans le soulagement des maux de tête et des migraines.

à lire aussi
Les récepteurs CB2R régulent le cour de la cicatrisation cornéenne

D’autres recherches sont nécessaires, et Cuttler reconnaît les limites de l’étude Strainprint puisqu’elle repose sur un groupe de personnes volontaires qui s’attendent déjà à ce que le cannabis soulage leurs symptômes et qu’il n’a pas été possible d’employer un groupe témoin pour analyser un éventuel effet placebo.

“Je soupçonne qu’il y a de légères surestimations de l’efficacité “, a déclaré M. Cuttler. “J’espère que cette étude motivera les chercheurs à entreprendre le difficile travail de mener des essais contrôlés par placebo. En attendant, cela donne au moins aux patients et à leurs médecins un peu plus d’informations sur ce à quoi ils peuvent s’attendre lors de la consommation de cannabis.”

Tags : Étudemigrainestatistique