close
Medical

Peut-on utiliser le cannabis pour traiter le syndrome des ovaires polykystiques?

Blog-Cannabis

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble hormonal qui touche une femme en âge de procréer sur dix, de 15 à 44 ans

Le cannabis pourrait être un moyen de soigner ce trouble. Étant donné qu’il s’agit d’une affection courante, on pourrait supposer qu’il existe un remède contre le SOPK. Malheureusement, à ce jour, il n’y a pas encore eu de percée médicale pour guérir complètement ce déséquilibre hormonal, seulement des traitements qui peuvent diminuer ou éliminer les symptômes du SOPK.

Au cours des dernières années, cependant, on a beaucoup parlé du cannabis comme un moyen de traiter le SOPK.

Dans de nombreuses études, on a constaté que le cannabis traite efficacement la douleur et les crampes d’estomac, soulage l’anxiété et fait améliore la qualité de la peau et des cheveux, qui sont tous des symptômes courants du SOPK. Mais le cannabis peut-il guérir le SOPK ?

Résultat de recherche d'images pour "Polycystic ovary syndrome, PCOS"

Qu’est-ce que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ?

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une affection médicale causée par un déséquilibre des taux d’hormones féminines.

Les femmes qui souffrent de cette condition produisent des niveaux élevés de l’hormone mâle Androgène (hormones stéroïdes qui affectent le développement du système reproducteur masculin) dans leurs ovaires.

Les symptômes les plus courants du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) sont :

  • Règles irrégulières et très douloureuses
  • Pas de menstruations, ce qui peut entraîner différentes complications de santé telles que l’infertilité et le développement de kystes dans les ovaires.
  • Hirsutisme ou poils excessifs sur le menton, les joues, la poitrine et d’autres parties du corps où les hommes ont souvent des poils (mais pas les femmes).
  • Acné sévère et peau grasse
  • Amincissement et perte de cheveux (calvitie masculine)
  • Augmentation du poids corporel
  • Fatigue
  • acrochordons

La cause exacte du SOPK n’est pas encore tout à fait claire. Certaines données suggèrent qu’il s’agit d’une maladie génétique, de sorte que si votre mère, votre sœur ou vos proches parents de sexe féminin ont le SOPK, vous êtes plus à risque. De plus, les personnes obèses ont de bonnes chances de développer le SOPK.

Les femmes souffrant du SOPK courent un risque accru de développer des problèmes de santé plus graves tels que :

  • Intolérance au glucose ou diabète de type 2 (plus de 50 % des femmes atteintes du SOPK développent cette condition plus tard dans leur vie)
  • Hypertension artérielle et hypercholestérolémie
  • Troubles de l’humeur comme l’anxiété et la dépression
  • Apnée du sommeil
  • Cancer de l’endomètre
  • Comment traite-t-on le syndrome des ovaires polykystiques ?

Bien qu’il n’existe aucun remède contre le SOPK, il s’agit d’une affection traitable. Le déroulement du traitement dépend en grande partie de l’étendue des symptômes que la femme peut avoir.

Si les symptômes ne sont pas graves, par exemple, perdre de mauvaises habitudes et réduire son poids peut réguler et corriger le déséquilibre hormonal du corps.

Pour les affections plus graves du SOPK, la combinaison d’un régime alimentaire sain et de médicaments est nécessaire pour traiter les symptômes.

Les femmes qui ne souhaitent pas devenir enceintes peuvent se tourner vers la pilule contraceptive pour rétablir leur équilibre hormonal et aider à réguler leur cycle menstruel.

Si une femme a développé une résistance à l’insuline, elle devra envisager d’utiliser d’autres médicaments contre le diabète.

De plus, pour les femmes qui souffrent de problèmes associés à l’anxiété et à la dépression, différents antidépresseurs peuvent être prescrits.

De plus, les analgésiques sont des médicaments couramment utilisés pour soulager les crampes menstruelles et les douleurs pelviennes.

Microscopie électronique à balayage (MEB) montrant des follicules kystiques sur la paroi de l’ovaire qui empècheront l’ovulation. PROF. P.M. MOTTA, S. MAKABE & T. NAGURO/SPL/PHANIE/phanie

Quel est le rôle du cannabis dans le traitement du SOPK ?

Ces dernières années, le cannabis a attiré l’attention sur ses propriétés médicinales. Mais quand il s’agit du SOPK, le cannabis peut-il traiter ou même guérir ce mal?

à lire aussi
Une fillette de 12 ans pourrait mettre fin à la prohibition aux Etats-Unis

Tout d’abord, le cannabis est largement utilisée pour le traitement de la douleur, un symptôme qui est souvent associé au SOPK.

La plupart des femmes qui souffrent de SOPK ont des crampes menstruelles très douloureuses, des douleurs dorsales intenses pendant leur cycle et parfois des douleurs abdominales dues au développement de kystes dans leurs ovaires.

Dans le cas de la dépression, qui est également un symptôme courant chez les femmes souffrant du SOPK, la marijuana peut avoir des effets bénéfiques et nocifs.

Bien qu’il n’y ait pas de consensus à ce sujet, l’opinion générale semble être que une forte dose de THC va améliorer les symptômes de la dépression, alors que des doses plus faibles de THC et des doses plus élevées de CBD semblent avoir l’effet d’un antidépresseur.

Ainsi, le cannabis peut être utilisé comme traitement palliatif pour les nombreux effets secondaires du SOPK. Mais ce que nous voulons savoir, c’est si le cannabis peut devenir un remède médical potentiel pour cette condition désagréable ?

Le système endocannabinoïde et la fonction ovarienne

Afin de bien comprendre comment le cannabis peut influencer un trouble hormonal comme le SOPK, nous devons comprendre les processus biologiques qui se produisent dans le corps féminin et l’importance du système endocannabinoïde pour la santé reproductive.

Le système endocannabinoïde est un réseau de signalisation du corps qui se compose de :

  • Endocannabinoïdes (molécules créées par notre corps qui sont structurellement très similaires aux cannabinoïdes du cannabis).
  • Différentes enzymes métaboliques qui décomposent les endocannabinoïdes.
  • Récepteurs endocannabinoïdes qui sont situés dans les membranes cellulaires et se propagent dans tout le corps.
  • Le but principal du système endocannabinoïde est de maintenir l’homéostasie, ou en termes simplifiés, de maintenir l’équilibre de toutes les opérations physiologiques dans notre corps. C’est la raison pour laquelle tous les systèmes physiologiques de notre corps ont des récepteurs cannabinoïdes (CB1 et CB2).

Les récepteurs CB1 sont principalement situés dans le système nerveux central et les récepteurs CB2 se trouvent principalement dans les cellules du système immunitaire.

Cependant, ces deux récepteurs sont également présents dans les organes sexuels féminins et jouent un rôle vital dans la régulation de la santé reproductive.

Les ovaires sont les organes reproducteurs féminins qui produisent les cellules reproductrices (gamètes) pour la fécondation et les hormones reproductrices, notamment l’œstrogène, la testostérone, l’inhibine et la progestérone. Ceux-ci jouent un rôle crucial dans le cycle menstruel et la fertilité.

Pendant le cycle menstruel, les ovaires subissent trois séries de changements : la phase folliculaire, l’ovulation, et la phase lutéale.

Pendant la phase folliculaire, le cerveau de la femme (l’hypothalamus) libère l’hormone de libération de la gonadotrophine (GnRH) qui stimule la sécrétion de deux hormones dans la glande pituitaire antérieure : l’hormone folliculostimulante (FSH) et l’hormone lutéinisatrice (LH).

Ces hormones voyagent dans le sang jusqu’aux ovaires de la femme où elles produisent 15 à 20 ovules dans les follicules ovariens.

L’œstrogène est ensuite synthétisé en quantités significatives à partir du follicule préovulatoire pour diminuer les niveaux de LH et de FSH.

Des niveaux inférieurs de ces hormones entraîneront la mort de la plupart des follicules produits, et un seul follicule dominant mûrira complètement pour libérer l’ovule. Cette phase s’appelle l’ovulation.

Vient ensuite la phase lutéale où les ovaires fabriquent une hormone appelée progestérone, qui aide à épaissir la paroi de l’utérus en prévision d’une éventuelle grossesse.

La raison pour laquelle j’explique toutes les phases du cycle ovarien n’est pas que je veuille que vous vous rappeliez le matériel d’étude des cours de biologie de 10e année, mais pour expliquer les effets que les cannabinoïdes semblent avoir dans ce processus naturel.

à lire aussi
Réduire, stopper la consommation en cas de pénurie

L’effet des cannabinoïdes sur les hormones féminines

La science a découvert jusqu’à présent que les récepteurs CB1 sont localisés dans l’hypothalamus, les zones du cerveau où la GnRH est produite.

Cela signifie qu’un taux élevé d’endocannabinoïdes (produits dans notre corps) et de cannabinoïdes exogènes (provenant de la consommation de cannabis) freine la libération de l’hormone libérant la gonadotrophine (GnRH), qui supprime davantage la production de l’hormone folliculaire stimulante (FSH) et l’hormone lutéinisatrice (LH) dans la glande pituitaire antérieure.

Par conséquent, cela nuit à la fonction gonadique féminine et diminue la production d’œstrogènes et de progestérone.

En termes simples, la consommation chronique de cannabis peut entraîner les conséquences suivantes :

  • Diminution de la concentration des hormones sexuelles.
  • Perturbation du cycle menstruel.
  • Retard dans la maturation sexuelle.
  • Dépression de la maturation folliculaire ovarienne.
  • Baisse de la fertilité féminine.

Une autre étude, publiée en 2009, a été la première à découvrir la présence d’un système endocannabinoïde complet dans l’ovaire humain. On a également découvert que le CB2 est concentré à un niveau beaucoup plus élevé dans le follicule ovarien que le CB1.

Cette découverte pourrait suggérer que le système endocannabinoïde a un rôle immunologique très important dans la fonction ovarienne, mais cette hypothèse n’a pas encore été prouvée.

Le système endocannabinoïde (SCE) et le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Lorsqu’il s’agit d’un lien direct entre le SCE et le SOPK, une étude récente a révélé que certaines des caractéristiques les plus dangereuses du SOPK (résistance à l’insuline et obésité) peuvent être associées à son activation.

Cela signifie qu’un niveau accru d’endocannabinoïdes dans votre corps et une forte stimulation des récepteurs CB1 (qui se produisent en consommant du cannabis) peuvent être un facteur de risque de résistance à l’insuline chez les femmes qui souffrent du SOPK.

D’après cette étude, on ne suggérerait pas d’utiliser le cannabis comme traitement du SOPK, car il pourrait mener à la progression du SOPK.

D’autre part, une autre étude a mis en évidence une augmentation des taux de protéine C-réactive (CRP), des cytokines inflammatoires et du nombre de leucocytes chez les femmes atteintes du SOPK.

En d’autres termes, le SOPK pourrait être un processus inflammatoire. Et, nous savons tous que le cannabis s’est avéré être un excellent anti-inflammatoire.

En fait, plusieurs composés trouvés dans le cannabis (THC, CBD, terpènes) se sont avérés avoir de grandes capacités dans le traitement de nombreux troubles inflammatoires.

Cependant, aucune étude n’a permis d’établir un lien direct entre l’usage du cannabis et le SOPK.

Bien que la majorité des études sur l’effet des cannabinoïdes sur la fonction ovarienne aient été menées in vitro, sur des animaux ou sur un petit échantillon, on suppose que le SOPK pourrait être lié à une dysfonction du système endocannabinoïde.

Les cannabinoïdes dérivés du cannabis peuvent fausser le lien délicat entre le SCE et le mécanisme homéostatique dans le processus de reproduction de la femme.

Par conséquent, il n’est pas recommandé d’utiliser la marijuana comme remède potentiel au SOPK ou à tout autre trouble lié à la reproduction chez les femmes.

Cela dit, il n’y a pas eu assez d’études humaines pour prouver un lien négatif entre la consommation de cannabis et la santé reproductive des femmes.

Tout ce que nous savons jusqu’à présent, c’est que l’ECS joue un rôle vital dans le maintien de l’équilibre de notre santé reproductive et les cannabinoïdes exogènes du cannabis jouent certainement un rôle important dans le maintien ou la perturbation de cet équilibre.

Tags : Consommationdouleur chroniqueFertilitéSexualitéSystème endocannabinoïdeTraitement