close
Santé

Au Royaume-Uni, l’institut national de la santé et du soin s’opposent au Sativex

Blog-Cannabis

NICE et NHS contestent le Sativex et recommandent plus de recherches sur les cannabinoïdes

Pour traiter la spasticité chez les personnes atteintes de sclérose en plaque un projet d’orientation publié par l’institut national pour l’excellence de la santé et du soin (NICE) et le Service national de santé (NHS) du Royaume-Uni demandent que davantage de recherches soient menées sur le cannabis médical pour la sclérose en plaques et les autres maladies.

Pour des raisons liées à sa rentabilité, NICE recommande également de ne pas prescrire le Sativex comme traitement de la spasticité, raideur musculaire et exagération du réflexe ostéotendineux, la spasticité étant un étirement rapide d’un muscle qui entraîne trop facilement sa contraction réflexe chez les personnes atteintes de SEP.

Les directives du Conseil sur les médicaments à base de cannabis, qui seront publiés prochainement le 4 novembre, font suite à la reclassification de ces produits l’année dernière pour permettre leur utilisation par les patients dont les besoins cliniques ne peuvent être satisfaits par des médicaments approuvés.

L’évaluation a porté sur l’efficacité clinique et la rentabilité de la plupart des produits à base de cannabis, y compris le Sativex (par GW Pharmaceuticals). L’institut a également envisagé des traitements pour les nausées et les vomissements dus à la chimiothérapie, à la douleur chronique et à l’épilepsie grave résistante au traitement.

Huit recommandations distinctes pour des recherches plus approfondies ont été formulées pour toutes les indications et tous les produits couverts, ce qui, selon NICE, reflétait l’absence totale de preuves de bénéfice clinique et de rentabilité de ces produits.

Sativex n’est pas recommandé pour traiter la spasticité due à la sclérose en plaques car il s’est avéré non rentable, son prix est trop élevé. Le guide recommande également de ne pas utiliser d’autres options pour le même but en dehors d’un essai clinique en raison d’un ” manque de preuves claires que ces traitements offrent des avantages “, déclare NICE dans son communiqué de presse.

En raison des avantages limités par rapport aux coûts élevés, aucun produit à base de cannabis ne devrait être utilisé pour traiter une douleur chronique autre qu’un cannabidiol d’origine végétale dans le cadre d’essais cliniques, ajoute-t-il. Cependant, le cannabinoïde synthétique, le nabilone, peut être utilisé comme traitement d’appoint pour les adultes souffrant de nausées et de vomissements provoqués par une chimiothérapie et ne répondant pas aux médicaments classiques.

à lire aussi
Une nouvelle étude israélienne prouve que le cannabis provoque la mort des cellules cancéreuses

Aucune recommandation n’a été formulée quant à l’utilisation de médicaments à base de cannabis dans le traitement de l’épilepsie résistante grave, encore une fois parce qu’il n’y a pas de preuves claires de leurs bienfaits.

“Nous reconnaissons que certaines personnes seront déçues que nous n’ayons pas été en mesure de recommander une utilisation plus large des médicaments à base de cannabis”, a déclaré Paul Chrisp, directeur du Centre for Guidelines au NICE, dans le communiqué.

Selon M. Chrisp, des préoccupations au sujet de l’absence de preuves solides de l’existence de ces ” produits pour la plupart non homologués ” étaient présentes lorsque le NICE a commencé à élaborer ses lignes directrices. “Après avoir examiné toutes les preuves disponibles, il n’est donc pas surprenant que le comité n’ait pas été en mesure de faire de nombreuses recommandations positives sur leur utilisation “, a-t-il déclaré.

Plus de recherche

L’appel du NICE pour plus de recherche fait également écho à un appel récent du National Institute of Health Research. “NICE se félicite de la récente suggestion du Comité de la santé et des services sociaux de la Chambre des communes d’encourager les entreprises à entreprendre ou à permettre la recherche sur leurs produits médicinaux à base de cannabis “, a déclaré Chrisp.

à lire aussi
Le cannabis & votre métabolisme

Le service national de santé (NHS) du Royaume-Uni a évalué les obstacles à la prescription de tels traitements lorsqu’ils sont sûrs et cliniquement appropriés. Après avoir écouté les familles et les médecins spécialisés dans des domaines pertinents, la revue du NHS appelle également à davantage de recherche, en particulier des essais cliniques incluant des enfants et des jeunes adultes et à des directives plus claires et cohérentes. Elle favorise également la mise en place d’un réseau d’experts cliniques capables de fournir des conseils aux professionnels de la santé prescripteurs.

“Il est clair que les cliniciens sont très réticents à prescrire du cannabis médical “, a déclaré Keith Ridge, directeur des produits pharmaceutiques du NHS .

NHS Angleterre a conclu que l’insuffisance des données sur l’innocuité et l’efficacité à long terme a été un facteur clé dans la décision des cliniciens de prescrire ou non des traitements médicaux à base de cannabis. Deux essais cliniques sont recommandés pour aider à remédier à cette limitation.

“Ces recommandations visent à nous aider à élaborer une base de données probantes pour comprendre à quel point ces produits sont sûrs et à faire en sorte que les cliniciens du Royaume-Uni aient accès à de l’information et à des conseils d’experts pour les aider dans tout le pays “, a dit Mme Ridge.

Sativex et nabilone sont les seuls médicaments à base de cannabis dont l’utilisation est autorisée pour les adultes au Royaume-Uni.

Tags : RechercheSativexSclérose en plaquesTraitementUK