close
Santé

Comment fonctionne la tolérance au cannabis

Blog-Cannabis

Est-il possible de réduire sa tolérance

La capacité d’une personne à tolérer le THC affecte à peu près tous les aspects de la consommation. C’est le principal facteur qui détermine le temps qu’il vous faut pour “redescendre” ou la quantité dont vous avez besoin pour obtenir les effets souhaités.

Les consommateurs de longue date savent que : la «pause bedo» ou le «premier joint de la journée» sont des habitudes courantes dans la communauté cannabique et pour de bonnes raisons. La tolérance détermine directement la quantité de cannabis que vous consommez et par conséquent, le montant que vous dépensez a la fin.

Bien que les chercheurs ne soient pas encore décidés sur la possibilité pour un utilisateur de cannabis de ramener sa tolérance à «zéro», la plupart s’accordent pour dire que quelques semaines d’abstinence peuvent faire des merveilles pour rétablir la capacité d’un utilisateur à ressentir les effets du THC. Même une pause de 48 heures peut entraîner une diminution sensible de la tolérance. D’autre méthodes permettront de booster le métabolisme.

C’est pourquoi de nombreux consommateurs de cannabis prennent des pauses pour réduire leur tolérance et que la plupart vous diront que le premier joint de la journée est le meilleur et le plus efficace.

Pour ceux qui doivent consommer du cannabis quotidiennement pour des raisons médicales, il existe des moyens de réduire la tolérance, notamment le microdosage , l’alternance du cannabis avec différents niveaux de THC et même l’utilisation de différentes méthodes d’ingestion.

Par définition, la tolérance est l’acte de durer. Ceux qui ont une tolérance élevée peuvent simplement supporter plus de cannabis à des doses plus élevées que les débutants ayant une faible tolérance.

La science continuera de nous donner plus d’informations sur la tolérance mais de nombreux consommateurs connaissent déjà très bien le concept. A mesure que les habitudes de consommation augmentent la situation soulève la question suivante:

Selon une étude récente, la dépendance au cannabis serait liée a des variantes génétiques «des études ont montré qu’une activation répétée des récepteurs aux cannabinoïdes CB1R conduit d’abord à l’affaiblissement de la réponse au THC, suivie par l’élimination du CB1R a la surface de la cellule. Ainsi, de nouvelles cellules peuvent les remplacer.

En d’autre termes une consommation fréquente de cannabis peut réduire l’efficacité des récepteurs CB1 dans le cerveau, augmentant ainsi la quantité de cannabis nécessaire pour ressentir ses effets.

à lire aussi
Le cannabidiol contre les troubles psychotiques

Pause Instant T : comment réduire

Plus sérieusement, si vous prenez du cannabis pour des problèmes médicaux comme le syndrome du côlon irritable ou l’insomnie, le développement d’une tolérance peut interférer avec votre traitement.

Heureusement, même une courte pause T peut réduire votre tolérance. En fait, certains volontaires stoner recrutés dans des travaux de recherche sur la tolérance au cannabis ont montré une tolérance totale aux effets cognitifs de la marijuana, mais pas à l’aspect euphorique du THC.

Selon l’étude de 2018 de Neuroscience and Behavioral Reviews, la fonction cognitive est le domaine qui présente le degré de tolérance le plus élevé, avec quelques preuves d’absence totale d’effet aigu, selon la recherche, qui consistait en une méta-analyse analysant les résultats de nombreuses études de tolérance au cannabis différentes. «Les effets intoxicants aigus, psychotomimétiques et cardiaques sont également atténués lors d’une exposition régulière, mais dans une moindre mesure (tolérance partielle). Des recherches limitées suggèrent également le développement d’une tolérance du cannabis à d’autres effets comportementaux, physiologiques et neuronaux.

Dans cette expérience, les gros utilisateurs ont montré une réduction marquée des récepteurs CB1, le fer de lance du système de signalisation nerveuse endocannabinoïde du corps, mais ces récepteurs CB1 sont réapparus après avoir cessé de fumer. La même disparition et la même réapparition de la fonction sont observées dans la perte de mémoire induite par le cannabis après trois jours d’abstinence. 

La tolérance au cannabis est-elle permanente?

Bien que l’utilisation de ce médicament chronique ait de profonds effets sur le cerveau, le cerveau des gros fumeurs devient impossible à distinguer du cerveau des non-fumeurs en IRM après aussi peu qu’un mois d’abstinence.

Le système endocannabinoïde humain est une série de récepteurs et de neurotransmetteurs spécifiques concentrés à un degré moindre dans le cerveau, les intestins et dans l’ensemble du corps. Ce système régit l’humeur, la perception, le sommeil, la faim, la réponse au stress et une foule d’autres processus physiologiques et émotionnels. C’est le système endocannabinoïde que le THC et son homologue cannabidiol (CBD) détournent pour produire à la fois le high et les effets thérapeutiques de la plante.

La dépendance au cannabis est associée à une régulation à la baisse de la CB1R, qui commence à s’inverser étonnamment rapidement après la fin de la consommation de cannabis et peut continuer à augmenter avec le temps», indique l’étude.

à lire aussi
Les souches de marijuana qui font rire

Pourquoi perdez-vous les récepteurs CB1 lorsque vous fumez beaucoup ?

Les récepteurs CB1 font partie d’une vaste famille de neurorécepteurs appelés récepteurs couplés aux protéines G (GPCR). Ils sont tous constitués du même substrat de base de molécules disposées dans un anneau, fournissant une ouverture de base dans la membrane cellulaire. Sur cet élément de base, votre ADN code pour toutes sortes d’accessoires moléculaires, en personnalisant cette ouverture pour ne recevoir que des molécules de neurotransmetteur spécifiques.

Pensez à un jeu de blocs Lego. Presque chaque ensemble est livré avec une plaque de base verte et plate à partir de laquelle vous vous êtes construit. Vous pouvez construire un château, un vaisseau spatial ou une maison de poupée, mais dans chaque cas, vous commencez avec la même plaque de base. Le corps humain a des milliers de types de GPCR différents, ainsi nommés car ils sont construits sur le même anneau de base de protéines G, et les scientifiques n’ont aucune idée du fonctionnement de la plupart d’entre elles.

Lorsque vous consommez, vous inondez ces récepteurs CB1 de cannabinoïdes bien au-dessus de ce qu’ils ont évolué pour être traités au jour le jour. En conséquence, les molécules qui acceptent les transmetteurs de cannabinoïdes sont fortement endommagées.

Lorsque vos récepteurs CB1 s’usent, vos cellules les aspirent loin de la paroi cellulaire pour permettre des réparations selon un processus appelé internalisation. Cela provoque le «découplage» du récepteur du processus de signalisation.

Les deux processus ont été proposés comme médiateurs de la tolérance en raison des observations selon lesquelles un traitement chronique au THC provoque à la fois une diminution spécifique des régions des récepteurs CB1 et un couplage de la protéine G dans le cerveau.

Avec une consommation quotidienne continue de cannabis, ces récepteurs découplés tendent à rester découplés plus longtemps. Les récepteurs restants sont capables de faire le travail d’environ 15% des récepteurs qui tombent en désordre chez les fumeurs quotidiens car le cerveau continue à être inondé de cannabinoïdes.

Mais, avec seulement quelques jours d’abstinence, votre corps est capable de repousser cette tolérance au cannabis, de réparer les dégâts et de renvoyer les récepteurs CB1 hors ligne au travail. Ainsi, selon l’étude mentionnée ci-dessus, même les cerveaux de gros porteurs redeviennent normaux après une pause T prolongée d’un mois.

Tags : AddictionConsommationdépendanceÉtudeRécepteurSystème endocannabinoïdeTHC