close
Santé

La nicotine et le cannabis font bon ménage mais ne pas confondre avec le tabac

Blog-Cannabis

La nicotine et le cannabis ont des effets compensateurs sur la connectivité cérébrale au repos

Une étude récente financée par la NIDA souligne le fait que l’association du cannabis à la nicotine peut produire des effets qui diffèrent de la somme de leurs effets individuels. Plus explicitement, les chercheurs ont démontré que les consommateurs de nicotine ou de cannabis avaient une connectivité réduite dans plusieurs réseaux cérébraux mais que les consommateurs des deux substances combinées avaient une connectivité similaire à celle des non-consommateurs.

L’étude démontre que :

  • La nicotine et le cannabis ont des effets interactifs sur la structure et la fonction du cerveau.
  • Suggère que des traitement spécialisées pourraient convenir aux personnes qui utilisent ces deux substances.

La Dre Francesca Filbey du Center for Brain Health de l’Université du Texas, à Dallas et le Dr Bharat Biswal du New Jersey Institute of Technology ont réalisé une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle au repos (IRMRSM) pour évaluer la connectivité du réseau cérébrale chez 28 fumeurs de nicotine, 53 de cannabis, 26 utilisateurs des deux substances et 30 non consommateurs.

Dans l’IRMf, on demande aux sujets de se détendre et de laisser leur esprit vagabonder pendant l’imagerie. La connectivité d’un réseau lorsqu’il est au repos fournit un indicateur de base sur la maniere dont les régions qui le composent peuvent se coordonner lorsqu’elles sont appelées à réagir à des stimulus ou déficiences environnementales.

Le laboratoire Filbey (de cette étude) se concentre sur la combinaison de techniques de neuro-imagerie et de techniques génétiques pour caractériser les mécanismes neuronaux associés au dysfonctionnement du système de récompense (par exemple, des troubles de dépendance). Plus particulièrement à la manière dont les facteurs environnementaux (par exemple, le début de l’utilisation chez les adolescents, le stress en début de vie) interviennent dans les mécanismes neuronaux associés aux changements du système de récompense et dans quelle mesure le risque génétique atténue ces effets. Les projets actuels impliquent la détermination de ces effets à l’aide d’outils de neuro-imagerie (IRMf, IRT, IRMf au cours de tâches d’exposition de signaux, tâches de récompense et de punition, tâches d’inhibition de la réponse et tâches de stress, IRMf à l’état de repos) ainsi que des études génétiques chez des toxicomanes, des consommateurs compulsifs et individus à risque.

Figure 1. L’usage de cannabis seul ou de nicotine seul était associé à une connectivité fonctionnelle au repos réduite dans plusieurs réseaux du cerveaux (CTRL).
  • Les utilisateurs non consommateurs des deux substances (CTRL) présentaient une connectivité supérieure à celle des utilisateurs du médicament IC06, qui assure la médiation, et le réseau IC11. dans le gyrus cingulaire postérieur. 
  • Les non-utilisateurs avaient également une connectivité supérieure à celle des utilisateurs de nicotine dans la plupart des autres réseaux observés. 
à lire aussi
Le CBD idéal pour le traitement de la schizophrénie

La figure 1 illustre les différences de connectivité fonctionnelle au repos entre utilisateurs de nicotine uniquement, utilisateurs de cannabis uniquement et non utilisateurs de neuf réseaux cérébraux. Chaque réseau cérébral est représenté par un panneau présentant quatre illustrations du cerveau. Les deux illustrations du haut de chaque panneau représentent une vue extérieure longitudinale du côté gauche et du côté droit du cerveau. Les deux illustrations du bas de chaque panneau représentent des coupes transversales longitudinales du côté gauche et du côté droit du cerveau. Les zones surlignées en rouge indiquent que la connectivité fonctionnelle au repos est plus élevée chez les non-utilisateurs (CTRL) que chez les consommateurs de nicotine, et les zones surlignées en vert indiquent que la connectivité fonctionnelle à l’état de repos est plus élevée chez les non-utilisateurs que chez les consommateurs de cannabis.

Les images IRMf ont révélé que les utilisateurs de nicotine et de cannabis avaient chacun une connectivité réduite par rapport aux non-utilisateurs de deux réseaux, dont l’un qui prend en charge la saillance (attribution d’une importance aux stimuli environnementaux) (voir la figure 1). Les utilisateurs de nicotine avaient également une connectivité réduite dans sept réseaux supplémentaires prenant en charge des fonctions telles que la cognition, la vision et la conscience corporelle. Les utilisateurs des deux médicaments avaient une connectivité comparable à celle des non-utilisateurs dans tous les réseaux; plus grand que les utilisateurs de nicotine ou de cannabis dans six réseaux; et une plus grande connectivité que les utilisateurs de nicotine uniquement mais pas ceux de cannabis uniquement dans quatre réseaux supplémentaires (voir la figure 2 ).

Voir la description du texte
Figure 2. L’usage simultané de cannabis et de nicotine était associé à une connectivité supérieure par rapport a l’utilisation de ces substances séparément
  • Les utilisateurs des deux avaient une connectivité supérieure à celle des consommateurs de nicotine ou de cannabis dans six réseaux (IC03, IC04, IC07, IC08, IC10, et IC15) et une connectivité supérieure à celle des utilisateurs de nicotine uniquement dans quatre réseaux supplémentaires (IC01, IC05, IC06 et IC09). 

La figure 2 illustre les différences de connectivité fonctionnelle entre les utilisateurs de nicotine uniquement, les utilisateurs de cannabis uniquement et les utilisateurs simultanés de nicotine et de cannabis dans 12 réseaux cérébraux. Chaque réseau cérébral est représenté par un panneau présentant quatre illustrations du cerveau. Les deux illustrations du haut de chaque panneau représentent une vue extérieure longitudinale du côté gauche et du côté droit du cerveau. Les deux illustrations du bas de chaque panneau représentent des coupes transversales longitudinales du côté gauche et du côté droit du cerveau. Les zones surlignées en rouge indiquent que la connectivité fonctionnelle au repos est plus élevée chez les consommateurs simultanés de nicotine et de cannabis que chez les utilisateurs uniquement de cannabis; les zones surlignées en vert indiquent que la connectivité fonctionnelle à l’état de repos est plus élevée chez les utilisateurs simultanés de nicotine et de cannabis que chez les utilisateurs de nicotine uniquement,

à lire aussi
Augmentation de la consommation chez les adultes sans lien avec la légalisation

Conclusion :

Le docteur Filbey résume: “La connectivité fonctionnelle entre plusieurs régions du cerveau est affectée par l’utilisation de la nicotine ou du cannabis mais la connectivité de ceux qui utilisent les deux substances ensemble ressemble à celle des non-utilisateurs.” Selon elle, les nouvelles conclusions concordent avec les suggestions selon lesquelles les effets améliorant la cognition de la nicotine pourraient faciliter la consommation de cannabis en neutralisant l’impact négatif du cannabis sur les réseaux soutenant la cognition.

La nouvelle étude s’ajoute aux autres qui démontrent de multiples effets interactifs individuels et complexes de la nicotine et du cannabis sur la structure et la fonction du cerveau. Dans des études antérieures, le Dr Filbey et ses collègues ont montré que la consommation régulière de marijuana réduisait le volume de matière grise dans le cortex orbitofrontal et que l’exposition à la nicotine et au cannabis inversait l’association normale entre un volume d’hippocampe plus important et une performance de mémoire plus élevée.

Le Dr Filbey espère que l’élucidation des interactions entre la nicotine et le cannabis conduira finalement à des interventions de traitement plus efficaces pour les personnes qui utilisent les deux substances, ce qui représente environ 39% des consommateurs de cannabis.

Le Dr Filbey a déclaré: “Ces résultats montrent qu’il existe des interactions complexes entre la nicotine et le cannabis. Bien que nous sachions que ces deux substances ont des effets qui se chevauchent, nous en ignorons beaucoup sur ces interactions. Il est clair, cependant, que comprendre comment le cerveau réagit à la nicotine et au cannabis a des implications importantes pour le traitement.”

Tags : AddictionCannabinoïdesÉtudenicotineRechercheTraitement